L'Expresso du 05 décembre 2012 

Le décrochage est lié à de nombreux facteurs. Parmi ceux-ci le style d'enseignement y a sa part. Celui-ci ne peut pas changer sans prise de conscience de l'Ecole.

 

Le plan anti-décrochage lancé par Vincent Peillon peut frapper par la modestie des objectifs. "Raccrocher" 20 000 jeunes pour leur éviter d'entrer dans la vie par le chômage et l'isolement social peut sembler peu au regard de la masse de 140 000 à 150 000 jeunes qui en sont victimes. Il faut tout de suite nuancer cette impression pour plusieurs raisons. La première c'est que c'est le double des efforts du gouvernement précédent. Le second c'est que lutter contre le décrochage nécessite de faire travailler ensemble des services bien différents , et rien que cela relève de l'exploit.

 

Les jeunes qui décrochent ont souvent de bonnes raisons de le faire. Dans une partie des cas elles sont exogènes à l'Ecole. Ils partent travailler, par exemple, voire travailler pour leur famille. D'autres quittent l'Ecole pour des raisons psychologiques. Dans tous les cas , le décrochage est une rupture avec son environnement social, classe d'âge et/ou parents.

(...)
05/12/2012 à 11:36  |  (1 commentaire)
Le fait du jour

Comment lutter contre le décrochage scolaire ?  Vincent Peillon répond lui-même que c'est l'affaire de la refondation. Autrement dit cela commence en maternelle et... c'est long ! Comme le politique se doit d'agir aussi dans le court terme, V. Peillon emprunte à Luc Chatel. Réunissant un séminaire national le 4 décembre, il promet le raccrochage de 20 000 jeunes en 2013 en utilisant les plates formes mises en place sous son prédécesseur. Mais 20 000 décrocheurs en moins, c'est deux fois ce que Luc Chatel a réalisé.

 

Un pays qui abandonne sa jeunesse ?

 

"C’est quoi un pays qui est incapable d’assurer à un quart de sa jeunesse un avenir décent ? Si on laisse 150 000 jeunes dans cette situation, que va-t-il advenir de notre pays ?"  Vincent Peillon marque fortement la nécessité d'agir en ce domaine. Tout en reconnaissant que son plan se situe dans la continuité. " On ne part pas de rien, il y a eu des résultats" rappelle-t-il citant le nombre de 9 500 "raccrochages". (...)
05/12/2012 à 08:12  |  (1 commentaire)
Le fait du jour

Tout a-t-il été essayé en terme de décrochage ? "La responsabilité du décrochage scolaire est souvent attribuée à des problèmes de déficience parentale. Parfois également elle se naturalise dans un vision du jeune paresseux... Ces deux visions sont pour nous autant de simplismes qui dédouanent le milieu scolaire de toute influence dans la construction de ce décrochage", écrit Catherine Blaya, professeur à l'Université de Bourgogne et co-fondatrice de l'Observatoire européen de la violence scolaire. Alors encore un livre qui accuse l'école ? L'ouvrage de Catherine Blaya, "Décrochages scolaires" au pluriel, est bien plus fin et précis que cela. "Il ne s'agit pas de dire que "c'est la faute à l'école".. mais de montrer que dans ce phénomène hyper complexe il faut tenir compte aussi bien des facteurs exogènes que endogènes." Un éclairage à découvrir dans l'entretien qu'elle nous a accordé.

(...)
05/12/2012 à 08:12  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

Pour réconcilier de jeunes ados avec l’école, Monique Argoualc'h a trouvé un remède imparable : faire dialoguer les générations autour des usages des nouvelles technologies pour construire un lexique universel.

 

Monique anime une classe relais à Brest. Elle accueille par demi journées des collégiens repérés comme en grande difficulté dans l’institution et présentant des problèmes de comportement. 10 à 15 élèves de 6e, 5e et 4e sont inscrits dans sa classe où ils viennent par groupe de 4 à 5. Dans le Finistère, le choix a été fait de ne pas les retirer du collège complètement mais de miser sur un changement progressif pour augmenter les chances d’insertion. Ces élèves ont souvent une image dégradée d’eux-mêmes, ils se considèrent comme des nuls. « Ils ne sont pas capables de construire, donc ils détruisent » analyse Monique. C’est pourquoi, le travail sur l’estime de soi est primordial.

(...)
05/12/2012 à 08:12  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

Comment à partir d’un dispositif d’accueil d’élèves temporairement exclus est née une réflexion plus large sur la prévention du décrochage et l’amélioration des relations des élèves avec leur établissement ?

 

Depuis 3 ans, le collège Gustave Courbet de Pierrefitte (93) est l’établissement référent du Fil continu, un dispositif d’accueil d’élèves exclus temporairement ou définitivement du collège ou des collèges voisins Pablo Neruda et Lucie Aubrac. Le dispositif a été conçu en partenariat avec une association, l’AFPAD, la mairie et des intervenants du programme de réussite éducative.

(...)
05/12/2012 à 08:12  |  (1 commentaire)
Le fait du jour

"Ils ne sont pas des moins que rien". Reprenant le slogan des jeunes de Seine Saint-Denis, la vice-présidente de la région Ile-de-France en charge des lycée, Henriette Zoughebi, élève la question du décrochage au niveau politique. A l'appel de la région, samedi 22 septembre, les Assises régionales de lutte contre le décrochage ont réuni près de 400 acteurs, ministre, enseignants, chefs d'établissement, jeunes décrocheurs, élus, responsables d'association ou d'administrations, autour d'un objectif : impulser une politique régionale nouvelle pour faire reculer le décrochage. Mais pour que les choses bougent vraiment il faut plus que des exhortations. A l'issue de plusieurs conférences et d'ateliers, des consensus apparaissent, des divergences s'expriment. Un vrai travail est commencé.

(...)
05/12/2012 à 08:12  |  (1 commentaire)
Le fait du jour

15 novembre 2002 : à l'initiative de la Chambre de commerce et d'industrie de Seine Saint-Denis une première Ecole de la seconde chance s'ouvre dans le 93. Aujourd'hui, les écoles ont essaimé dans toutes les régions et tentent de remettre à flot environ 7 000 jeunes chaque année. Ce Samu de la formation s'est construit une culture éducative qui juge sévèrement l'Education nationale. Une raison de plus pour aller y voir...

 

Un projet qui réunit entreprises et élus

 

Invité par l'Observatoire des zones prioritaires (OZP), Georges Guilbert pilote les destinées des 4 écoles de Seine Saint-Denis et est l'inventeur de la formule. "En 2002 nous apprenons que le 93 est éligible aux aides européennes. On décide de les utiliser pour former les jeunes qui tiennent les murs". Ce petit entrepreneur, président de la Chambre de commerce du 93 s'entoure des conseils d'élus locaux et bénéficie du soutien d'Edith Cresson, alors commissaire européenne. D'emblée les écoles du 93 s'écarte de la première école imaginée à Marseille en 1998. C'est la formule du 93 qui s'est imposée dans toute la France.

(...)
05/12/2012 à 08:12  |  (1 commentaire)
Le système

La Commission européenne a présenté fin novembre une nouvelle "stratégie pour repenser l'éducation". Même si l'enseignement scolaire reste du domaine des compétences nationales, les nouvelles orientations données par la Commission ont déjà des échos dans le débat éducatif français. Pour l'Education nationale c'est , après la décentralisation, un nouveau choc culturel qui se prépare.

 

"Repenser l'éducation n'est pas qu'une question d'argent: s'il est vrai que nous devons investir plus dans l'éducation et la formation, il apparaît clairement que les systèmes éducatifs doivent également être modernisés et se doter d'un mode de fonctionnement plus souple pour réellement répondre aux besoins de la société d'aujourd'hui. L'Europe ne retrouvera la voie d'une croissance durable qu'en s'appuyant des individus hautement qualifiés et polyvalents capables de contribuer à l'innovation et à l'entrepreneuriat". Les propos de la commissaire à l'éducation Androulla Vassiliou réorientent durablement le système éducatif.

(...)
05/12/2012 à 08:12  |  (0 commentaire)
Le système

Soutenue par la quasi totalité des syndicats (Fep Cfdt, Snec Cftc, Spelc, Cgt, Cgc, Sundep, Fo), la pétition pour demander le respect des engagements étatiques de 2005 atteint presque les 20 000 signatures en quelques jours.

 

La pétition

05/12/2012 à 08:12  |  (1 commentaire)
Le système

"Ce jugement ne remet en question ni la qualité du travail éducatif de l’association SOS Homophobie, ni la nécessité d’une information en milieu scolaire sur la lutte contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’homophobie", déclare le ministère après l'annulation de l'agrément de SOS homophobie décidée par le tribunal administratif.

(...)
05/12/2012 à 08:12  |  (0 commentaire)
L'élève

Sur quels critères choisir son école de commerce ? L'Etudiant propose  le 5 décembre à 17 heures un chat en ligne avec P Mandry, auteur d'un ouvrage sur cette question.

 

Le chat

05/12/2012 à 08:12  |  (0 commentaire)
L'élève

Quel impact peut avoir une grossesse précoce sur l'éducation des enfants ? Ian Walker, Lancaster University, a étudié les effets des naissances précoces en Grande Bretagne, un pays où elles sont un véritable fléau. Les conclusions sont sans appel. La probabilité pour ces enfants de fille smères de faire des études supérieures est plus basse que la moyenne. Pire encore, les filles de filles mères ont plus de chances d'avoir à leur tour des naissances trop précoces.

 

Etude IZA

05/12/2012 à 08:12  |  (0 commentaire)
La classe

L' exposition temporaire consacrée aux Enfants dans la Shoah (1933-1945) se termine le 30 décembre. Commémorant le basculement de toute l'Europe dans le génocide en 1942, cette exposition se penche sur la dimension désormais mieux connue du sort réservé aux enfants, emportés avec leurs parents dans la folie génocidaire et plus démunis encore que les adultes . Elle s'appuie sur deux axes : des témoignages et des documents écrits à l'époque par les enfants eux-mêmes, ainsi que des dessins et des objets réalisés par eux, et un travail de décryptage, identification, vérification de sources documentaires parfois très connues mais mal interprétées. « Un nécessaire travail de vérité historique », explique Sophie Nagiscarde, Commissaire de l'exposition, mais une exposition terrible - pas forcément destinée aux enfants.

 

Relire l'article du Café

05/12/2012 à 08:12  |  (0 commentaire)
La recherche

L'OZP invite le 12 décembre Claude Dilain, sénateur, ex-maire de Clichy-sous-Bois, actuellement co-président du groupe de travail de la concertation sur la géographie prioritaire a faire le point sur cette question. Cela se passe à Paris.

 

L'invitation

05/12/2012 à 08:12  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Où en êtes vous dans la hiérarchie sociale ? L'Observatoire des inégalités vous propose de faire le test interactif. Indiquez votre salaire vous aurez la réponse immédiattement...

 

Situer mon salaire

Et mon patrimoine

 

05/12/2012 à 08:12  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Le site Docs pour docs montre comment créer un journal scolaire avec le logiciel Scribus. Mieux il donne des exemples de ces journaux dan splusieurs établissements.

 

Sur Docs pour docs

05/12/2012 à 08:12  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Découvrir la chimie de façon concrète c'est ce que propose l'Epca, l'association européenne des industries pétrolières. Sur son site elle propose des vidéos éducatives et des guides pour enseignants pour donner sa vision de la chimie.

 

Le site Epca

05/12/2012 à 08:12  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le mercredi 05 décembre 2012.

Partenaires

Nos annonces