Rythmes scolaires : Des clarifications restent nécessaires 

"On est dans une étape décisive". Les mots de Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp, décrivent bien les résultats de la réunion entre le ministère et les syndicats le 5 décembre. Si le ministère a éclairé bien des points restés obscurs, les syndicats n'ont pas réussi à faire prendre en compte toutes leurs revendications.

 

Le 5 décembre, le ministère et les syndicats ont étudié le projet de décret sur le temps de travail des élèves à l'école primaire. Le texte fixe d'abord les conditions de passage à la semaine de 4 jours et demi voulue par Peillon en primaire. D'ici février 2013, les communes devront faire connaître leur décision de maintien des 4 jours ou de bascule. Ce sont les Dasen qui trancheront. En 2014 toutes les communes devront basculer sur 4 jours et demi.

 

La semaine hebdomadaire des lycéens se composera de 24 heures de cours en classe entière. Le décret fixe des maxima horaires par jour (5h30 de cours) et 3h30 pour une demi journée. C'est un minimum qui est posé pour la pause méridienne : 90 minutes. Dans cette perspective le Dasen choisire en fonction du projet qui lui sera soumis.

 

Le ministère prévoit de remplacer l'aide personnalisée par des "activités complémentaires pédagogiques" (APC)en groupe restreint. Ces APC sont des projets pédagogiques portés par l'école ou le Projet éducatif local (PEL). Le volume horaire attribué à ces APC reste à négocier.

 

"C'est un espace de liberté appréciable", nous a dit Christian Chevalier, secrétaire général du Se Unsa. "On y voit plus clair" et l'APC est une vraie avancée". Mais il souligne le fait que le volume d'heures au delà des 24 heures hebdomadaire reste à négocier. "La compensation de perte du pouvoir d'achat liée au travail du mercredi matin reste à négocier.

 

Le Snuipp se montre davantage critique."On est dans une étape décisive", nous a dit S Sihr. "Il est hors de question que les enseignants soient les  perdants. Je reste très prudent, vigilant et exigeant sur les suites ". Le Snuipp demande à la fois une baisse du nombre d'heures  travaillées et une revalorisation" Et ce n'est pas gagné...

 

FRançois Jarraud

 

Par fjarraud , le jeudi 06 décembre 2012.

Commentaires

  • juliette221100, le 01/02/2013 à 20:26

    Le véritable problème ne réside absolument pas dans les rythmes mais dans la mixité ! Quand rendrons-nous à l'école de la République une véritable mixité sociale ? Quand reparlerons-nous de la carte scolaire ? A quand l'abrogation des lois de 1984 ? A quand l'argent public UNIQUEMENT à l'école publique ?
    Je voudrais vraiment la réussite de tous, mais elle passe par le mélange de tous...
    A quand les vraies réformes ???
  • Isabellecole, le 06/12/2012 à 19:23
    Désespérant, affligeant ! C'est ça une réforme ? Les élèves resteront malmenés et les professeurs des écoles épuisés. On est content d'avoir voté pour le changement. Darcos-Chatel/Peillon = même combat.
    Là-haut, ils se fichent bien des élèves en difficulté, ils ne savent même pas à quoi ça ressemble.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Entre 800 et 1250 euros pour les enseignants encadrant des professeurs stagiaires ou des étudiants
- Les enseignants du premier degré, tuteurs d'enseignants stagiaires du premier degré, ne touchaient rien... (ou presque selon les départements). Quel est le second terme de la devise inscrite au fronton des établissements scolaires, qu'ils...
Le Se-Unsa demande des perspectives de revalorisation
- Pour avoir comparé mon salaire net annuel (de professeur des écoles) à celui d’un ami professeur en Lycée Pro (donc pas agrégé), même échelon, même ancienneté, nous arrivons à une différence avoisinant les 10 000 euros à l’année (bulletin de paie à...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces