Le baccalauréat, le numérique et Internet 

Particulièrement craint, admiré, redouté aussi bien des élèves, des enseignants, des parents, mais aussi des ministres, le baccalauréat est "intouchable" ! Un texte récent sur la fraude aux examens et en particulier au baccalauréat montre bien qu'il s'agit d'un exercice que l'on peut qualifier de "canonique" tant chaque velléité d'en transformer tel ou tel aspect semble un sujet à grave discorde. On ne rappellera pas les récentes querelles, on signalera simplement que la refondation de l'école à simplement évité d'aborder la question, comme si le pilier central de la fondation était posé là, immuable... Or arrive un nouveau contexte qui interroge la pertinence de cet examen et de sa forme de passation dont le modèle  ne peut qu'être mis en cause compte tenu du contexte social, éducatif et technologique actuel en regard d'un examen issu de l'époque napoléonienne.

 

Signalons d'abord qu'il n'y a pas un baccalauréat, mais plusieurs. Quand on parle du bac, on parle surtout de celui des série "classiques", S, L et ES (antérieurement A B C D.... Mais il y aussi les autres sections, technologiques et professionnelles qui depuis longtemps ont ouvert à de nouvelles formes. Mais le baccalauréat classique, lui, semble rester figé. En réalité ce n'est pas tout à fait le cas, mais les récentes tentatives de modification de l'épreuve d'histoire géographie pour la section S ont montré qu'il y avait eu des changements mais qu'il y avait encore de nombreux freins. Rappelons ici les épreuves anticipées, les épreuves expérimentales (physiques) les options (dont math et informatique en 1ère L, bizarrement supprimée il y a deux ans) et bien sûr l'épreuve anticipée de français, la plus ancienne (puisque mise en place après 1968). Rappelons aussi l'arrivée de la calculatrice en lieu et place de la règle à calculer et des tables de logarithmes. Si évolution il y a c'est en bordure de ce qu'il convient d'appeler "le grand titre initiatique français des élites".

 

Or ce rite souffre du numérique et d'Internet. D'abord par le copier coller et la communication qu'il facilite, à l'insu même de surveillants confrontés à la multiplication des terminaux portables connectés. Ensuite parce que l'usage d'Internet et du numérique va à l'encontre de la forme d'apprentissage sous jacente aux épreuves traditionnelles fondées surtout sur la mémorisation et la restitution écrite papier. Nombre de sujet, même de matières non concernées, ont vu inscrit en en-tête cette phrase magique : "calculatrice interdite". Enfin parce que le rapport aux savoirs et la maîtrise de ses usages ne se mesure pas en quelques jours en fin de scolarité sur la base d'épreuves sommaires (par sondage) qui ne rendent pas compte de ce que sait l'élève, mais, et encore cela mériterait vérification, le "niveau" de celui-ci en regard des exigences de la nation.

 

Ainsi le côté mythique des examens de certification en France, le baccalauréat en particulier, l'emporte sur la nécessité de concevoir de nouvelles manières de penser ce qu'est un élève "bien formé" à 18 ans (âge habituel de passage de l'épreuve) et disponible pour une suite d'étude.  Or les usages importants du numérique dans la vie quotidienne et les incitations répétées des politiques à l'égard de l'introduction des TIC en éducation ne sont que peu prises en compte (hormis pour quelques épreuves dans des disciplines spécifiques) dans ces épreuves "terminales". Dans la circulaire d'avril 2012 sur la préparation des examens il est écrit "L'incident sans précédent qui a entaché la session 2011 du baccalauréat a fait apparaître que des risques nouveaux remettaient en cause les précautions traditionnellement prises pour assurer la sécurité de l'examen ; ces risques résultent, en particulier, des moyens techniques et des réseaux de communication développés ces dernières années." On constate, dans le compte rendu des épreuves de 2012 que "L’utilisation des nouvelles technologies (smartphones, calculatrices, oreillette, MP3, montre téléphone) pour 166 candidats sur les 419." est à l'origine des fraudes sanctionnées." Ceci amène le ministère à installer de plus en plus de détecteurs de téléphones portables dans les centres d'examen.

 

On peut penser que l'évolution des pratiques doit être considérée comme un indicateur : celui de certaines formes d'évaluation, directement issues de certaines formes d'enseignement, en particulier celles basées sur le cumulatif, le magistral, l'individuel, la mémorisation. Cela va probablement prendre du temps. Cependant il existe depuis longtemps d'autres formes d'évaluation, en particulier en cours d'apprentissage et basées, non pas sur l'actuel CCF, mais bien davantage sur l'accompagnement de ceux qui apprennent. Mais ces modalités d'évaluation sont souvent suspectées d'être insuffisamment précises et objectives. Chacun le sait la note n'a d'objectif que le symbole qu'elle représente : celui d'une décision prise par un ou plusieurs individus dont les fondements sont souvent discutables et aléatoires comme l'a montré la docimologie depuis longtemps. De plus, dès lors que le numérique entre en scène, les nouvelles pratiques peuvent devenir inquiétante par la lourdeur des dispositifs, comme le B2i, le socle commun, le portfolio numérique l'ont illustré chacun à leur manière.

 

Car ce qui caractérise les examens traditionnels et le baccalauréat c'est l'industrialisation de l'épreuve dans une perspective égalitariste (rappelons que l'égalité est censée être au coeur des processus d'évaluation actuelle). Cela s'oppose aux formes plus individualisées et suspectes, dans l’exactitude, sur le plan de l'égalité des chances. L'exemple de l'apprentissage en alternance est une illustration fréquente de ce dilemme (ceux qui le connaissent de l'intérieur le vivent souvent). L'arrivée du numérique pourrait apporter dans ce sens sa capacité à gérer des systèmes questions réponses de manière automatisée. Il faudrait alors transformer l'épreuve en un vaste questionnaire à choix multiple intelligent, comme par exemple la médecine l'a mis en place pour la sélection de fin de première année depuis de nombreuses années. On aurait là l'apport industriel du numérique.

 

Mais ce qui trouble le débat, c'est que les objets numériques, matériels, logiciels, documents, sont peu "contrôlable" et que le principe même de l'examen du baccalauréat, c'est le "contrôle des connaissances". La multiplication des smartphones connectés à Internet décuple les possibilités de contourner ce contrôle et cela risque de tenter des candidats, d'où les injonctions ministérielles. Certains pays, certains lieux d'enseignement essaient l'autorisation, voire l'obligation de l'accès à Internet pour la vérification des connaissances. Cela transforme radicalement la nature des épreuves à défaut de modifier la structure fondamentale de l'examen (qui souvent disparait). A coté du risque qu'il y a à ouvrir cet accès avec l'écueil du copier coller, il y a aussi l'écueil de l'aide à distance par un tiers. D'un coté c'est le contenu qui est mis en cause, de l'autre c'est le fait qu'il faut évaluer le candidat séparément des autres. Deux paramètres principaux sont mis à mal. Imaginer que le numérique puisse entrer dans une épreuve telle que le baccalauréat pourrait se faire en levant la première barrière (tête bien faite plutôt que tête bien pleine)et  en construisant des épreuves avec document. Pour la deuxième, c'est l'idée de l'évaluation impossible du travail collaboratif. On a tous du mal à imaginer comment évaluer l'individu s'il n'est pas seul. Or la vie quotidienne, personnelle et professionnelle, est une vie en groupe, en société. Nombre d'activités se développent de manière collaborative (nos ancêtres chassaient et cultivaient ainsi dans des systèmes d'entr’aime). L'exemple des TPE illustre bien cette difficulté. Avec les outils numériques, le travail collaboratif et collectif revient de plus en plus souvent sur le devant de la scène. Comment imaginer une épreuve collective, collaborative dans le contexte actuel ?

 

Si pour l'instant la forme des examens scolaires est restée la plupart du temps fondée sur le même principe, l'édifice ne cesse de s'effriter depuis près de quarante années (rappelons ici la création des Bac pro). Les moyens numériques ouvrent de nouvelles brèches dans cette orthodoxie de l'évaluation terminale, solitaire et basée principalement sur un sondage dans les connaissances étudiées et mémorisées. Ce n'est probablement pas l'épreuve qu'il faut modifier dans sa forme, c'est l'ensemble du processus évaluatif en lien avec les modalités d'enseignements qui y sont rattachées qu'il convient d'examiner et de faire évoluer. L'ampleur du chantier peut rebuter plus d'un ministre. Mais il reste un pilier fort de nos sociétés occidentales contemporaines qui freine ces évolutions : c'est l'idée centrale de "réussite individuelle". De l'élitisme républicain au libéralisme total, c'est l'individu qui prime. Le baccalauréat, dans sa forme mythique illustre bien cette idée. Les pratiques numériques révèlent une autre vision des choses, (illustré par les mythes fondateurs du réseau) davantage centrées sur le partage et la communauté. Cette opposition théorique se traduit dans la réalité par une tension que l'on perçoit comme en évolution. Pour l'instant le système est suffisamment en place pour ne pas laisser passer une forme de dérive. Pourtant le travail mené, en particulier dans l'enseignement supérieur, sur les modes d'évaluation pourrait bien, à terme, rejaillir sur le sacro-saint baccalauréat classique : porte d'entrée "magique" pour la poursuite des études.

 

Bruno Devauchelle

 

Les chroniques de Bruno Devauchelle


Par fjarraud , le vendredi 07 juin 2013.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brissiaud : La lecture et l'evidence based education
- De Rémi Brissiaud à Franck RamusLa conférence de Brian Butterworth est disponible (lien dans l'article) et l'on dispose même d'une traduction simultanée en français. Le sens général de son discours est sans aucune ambiguïté : il s'agit de...
7ème Forum des enseignants innovants : Dernier jours !
- L'innovation pédagogique est soutenu par l'éducation nationale!! quel blague, je suis enseignant de maths et je veux simplement ne plus faire de transmissif, de pivilégié le socio-constructivisme (et tous ce qui va avec),et bien en 1 an...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces