Bac philo 2013 : Sous le signe de l'éthique et du politique 

L'épreuve de philosophie, comme tous les ans, a ouvert la semaine du baccalauréat, et comme tous les ans, les sujets ont fait l'objet de l'attention générale. Des sujets classiques et équilibrés dans les séries générales comme dans les séries technologiques, avec une pointe de difficulté dans la Série ES, et une sensible orientation des thèmes vers les questions d'éthique et de politique. Influence de l'actualité ? On y verra plus raisonnablement le rappel des racines citoyennes de la réflexion philosophique, et la manière dont elle peut contribuer à donner sens aux contingences actuelles les plus variables de la vie collective.

 

 

La filière Littéraire bénéficiait du choix le plus classique : « Le langage n'est-il qu'un outil ? » renvoie à l'équivoque du langage comme moyen de communication et d'expression, mais aussi comme lieu de création de la pensée et de l'émergence du logos, voire de réalisation du monde de signe où nous nous existons. « La science se limite-t-elle à constater les faits ? » invitait à examiner le statut épistémologique de l'objet naturel de la connaissance, découpé par la perception, construit par l'intellection, structuré par la compréhension rationnelle. Enfin, une Lettre de Descartes à la Princesse Élisabeth proposait au lecteur de parcourir le chemin qui relie chacun à l'ensemble de la collectivité et fait du bien public le seul véritable objet de son contentement éthique.

 

Les scientifiques ont travaillé sur le sujet qui aura sans doute le plus fait parler de lui : « Peut-on agir moralement sans s'intéresser à la politique ? ». Il invitait à questionner la possibilité d'une dimension seulement individuelle de l'action morale, en tant qu'intervention effective dans la sphère du réel,  mais aussi à réinvestir la pensée du politique de la préoccupation morale que la philosophie lui a toujours attribué. « Le travail permet-il de prendre conscience de soi ? » permettait d'explorer les dimensions du travail au-delà de son sens économique, comme effort de formation de la matière jusqu'en soi-même, mais aussi d'interroger les formes destructrices qu'il prend lorsqu'il perd la mesure de l'humain. Enfin, un texte de Bergson sur le jugement vrai permettait de mettre en question  la métaphore  de la concordance avec le réel comme forme sans objet adéquat. 

 

Pour les élèves de sciences Économiques et Sociales , mieux valait prendre le temps de la réflexion avant de s'engager : « Que devons-nous à l’État ? », n'appelait pas une énumération positive ou négative, mais la construction raisonnée des conditions d'une relation réciproque de la citoyenneté à la souveraineté, des institutions aux sujets politiques. Quant à « Interprète-t-on à défaut de connaître ? », il engageait à établir, au-delà de l'opposition suggérée, la différence des modalités d'intellection réfléchie selon la nature et l'objet étudié, en particulier dans les sciences humaines, mais aussi dans la sphère infiniment extensible de la symbolisation signifiante. Le texte d'Anselme de Cantorbéry présentait une difficile démonstration de la liberté de la volonté, centrée sur la notion de rectitude : celle-ci semble avoir posé problème à nombre d'élèves, au regard de leurs questions à la sortie de l'épreuve.

 

Pour les séries Technologiques, un sujet familier des salles de classe :  « Être libre, est-ce n'obéir à aucune loi ? », qui interroge la distinction entre impulsion et autonomie, mais aussi l'opposition entre légalisme et liberté de conscience, entre autres. « La diversité des cultures sépare-t-elle les hommes ? » incitait à réfléchir sur le repli identitaire et l'universalité de valeurs communes toujours à construire et à réinventer. Un texte des Règles pour la Direction de l'Esprit de Descartes, évoquait la nécessaire appropriation des savoirs par le jugement personnel, par opposition à l'autorité de la tradition.

 

Un ensemble de questions choisi dans le souci visible de ne pas déstabiliser les élèves et de croiser des domaines du programme généralement bien parcourus. Mais il n'en demeure pas moins que le champ indéfiniment extensible des questions possibles à partir de l'actuel programme de notions constitue une réelle difficulté qu'il faudra se résoudre à aborder. Préparer correctement les élèves à l'évaluation finale reste une gageure redoutable pour les enseignants de philosophie.

 

Jeanne-Claire Fumet

 

 

Par fjarraud , le mardi 18 juin 2013.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces