Culture scientifique et technique : Quand l'OPECST refait la loi d'orientation 

Rendu le 9 janvier, le rapport de l’office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques apporte des propositions pour donner à la culture scientifique et technique une vraie place dans la société française. Au point de vouloir redessiner toute l'éducation nationale sous cette seule perspective.

 

Dirigé par Maud Olivier (députée) et Jean-Pierre Leleux (sénateur), le rapport montre l'importance de la culture scientifique et technique. "Partager les connaissances scientifiques, techniques et industrielles, c’est permettre à chacun de prendre part aux débats contemporains, aux décisions qui font progresser nos sociétés et comprendre les enjeux de notre société démocratique du XXIe siècle... Mieux partager les CSTI dans notre éducation formelle comme dans l’éducation informelle, c’est avoir pour objectif que chacun puisse choisir son avenir professionnel, notamment scientifique, indépendamment de son origine sociale ou de son sexe. Et en permettant un développement économique solide basé sur la connaissance, c’est aussi revaloriser les métiers techniques et de l’industrie".

 

Le rapport milite pour le décloisonnement des enseignements. "Les savoirs sont trop cloisonnés. Regardons les filières des lycées : les humanités dans les filières scientifiques et les sciences dans les filières littéraires sont-elles suffisamment présentes pour permettre des échanges, partager une connaissance intelligente et donc le pouvoir ? Et rend-on suffisamment visibles les applications de cette connaissance aux étudiants, aux élèves ? Ne peut-on établir davantage de connexions entre le monde de l’éducation, celui de la recherche et celui du développement économique et industriel ?" Cela amène l'OPECST très loin dans ses recommandations aussi bien pour la formation des enseignants que pour les enseignements de la maternelle au supérieur.

 

Le rapport préconise "d'intégrer un enseignement spécifique des CSTI dans le cursus des étudiants des ESPE". Il demande un enseignement de l'informatique à tous les niveaux du système éducatif. Par exemple, pour le seul collège, il demande de généraliser l’EIST (Enseignement intégré de science et de technologie) jusqu’en classe de troisième ; d'inclure un module qui soit consacré au volet industriel des CSTI dans les thèmes de convergence, afin de développer les connaissances sur les enjeux et les métiers de l’industrie ;  d'introduire un véritable enseignement informatique indépendant des autres enseignements scientifiques et techniques, et qui développe des coopérations avec ceux-ci dans une volonté d’interdisciplinarité ; de transformer le cours d’histoire des arts en cours d’histoire des arts et des techniques. Quelques semaines après l'adoption de  la loi d'orientation de l'Ecole, tout serait à reprendre selon l'OPECST...

 

L'Office veut aussi peser sur les médias. Il préconise la projection de vidéos scientifiques et techniques à la télévision et une formation pour les journalistes. Par bonheur, dans son zèle, il semble avoir oublié les parlementaires...

 

Le rapport


Par fjarraud , le vendredi 10 janvier 2014.

Commentaires

  • Franck059, le 11/01/2014 à 08:56
    La France est avant tout le pays de l'histoire de l'art (épreuve obligatoire d'oral en fin de 3ème énergivore et chronophage pour les élèves), des langues vivantes (classes d'élite bilangue et euro) et des lettres (classes d'élite avec option latin dès la 5ème s'il vous plaît).
    Faute de professeurs en quantité suffisante, les sciences physiques ne sont plus enseignées depuis quelques années en classe de 6ème. Et les mathématiques pourraient voir leurs horaires (déjà minces dans certains niveaux) encore diminuer dans un avenir proche puisqu'on commence, là aussi dans cette discipline, à manquer de professeurs à certains endroits !
    Pourquoi PISA n'évalue-t-il, à côté de la compréhension de l'écrit, que les connaissances et compétences  mathématiques et scientifiques ??? PARCE CE QUE CE SONT ELLES QUI SONT LE GARANT DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE D'UN PAYS. Il est donc fort probable que les choix de nos politiciens, il est vrai peu versés dans les sciences et technologies, soient en partie responsables du déclin de notre pays sur la scène économique internationale...
    Ne mettons pas non plus la charrue avant les boeufs, pourquoi chercher à développer une culture industrielle alors que depuis de nombreuses années les choix politiques ont clairement conduit à une desindustrialisation de la France ?  Nous somme devenus un pays qui consomme davantage qu'il ne produit, un pays de touristes...
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces