Le grand ras-le-bol des profs de Saint-Denis  

"On en a assez de l'escroquerie de la réforme de l'éducation prioritaire". Alors que la ministre a lancé en novembre 2014 "9 mesures pour les écoles de Seine Saint-Denis", les professeurs de la ville de Saint-Denis (93) manifestent leur ras le bol le 12 mars. Pour eux, les promesses ministérielles se fracassent sur la réalité des dotations horaires et les ouverture de postes de la prochaine rentrée.

 

Pas de professeur de français depuis 3 mois

 

 "Ma fille n'a pas de professeur de français depuis 3 mois", témoigne Marisa Soumaré, professeure documentaliste  dans un collège de Saint-Denis (93). "Elle a eu deux remplaçants pas formés qui n'ont pas tenu et sont rapidement partis". La Seine Saint-Denis est le département qui fait le plus appel aux contractuels avec un taux moyen de 12% des enseignants dans le 2d degré qui peut monter à beaucoup plus dans les établissements difficiles. La pénurie de professeurs s'accompagne d'un fort sentiment de dégradation. "On a pu constater les effets de la suppression des  Rased sur nos élèves. Dans le collège les dédoublements disparaissent après la 6ème ce qui fait que les élèves ne peuvent plus faire d'expériences en physique par exemple".

 

De l'exaspération, les enseignants de Saint-Denis en ont à revendre, coincés qu'ils sont entre des annonces ministérielles sensationnelles et des parents qui ne supportent plus l'absence des enseignants et l'échec scolaire. "On nous demande d'être loyal à l'institution", explique Eric Bernier, directeur de l'école de Franc Moisin à Saint-Denis. "Cela casse notre rapport avec les parents". Malgré la colère des enseignants présents, certains sujets restent tabou. On n'en saura pas plus sur le recrutement de contractuels incapables d'enseigner ou sur les démissions d'enseignants qui ne semblent pas rares.

 

Des besoins en poste impossibles à satisfaire ?

 

Par contre les enseignants ont chiffré les besoins en postes. Pour Catherine Da Silva, représentante du Snuipp,  la seule ville de Saint-Denis a besoin de 193 postes à la prochaine rentrée. "56 plus de maitres que de classes, 33 pour faire face à la croissance démographique, 20 pour les remplacements Rep+, 22 rased, 20 remplaçants, 29 en scolarisation des moins de 3 ans", détaille-t-elle. Or le rectorat a prévu 240 nouveaux postes à la rentrée... pour tout le département. A cette échelle, selon Wilfrid Dulouart, de Sud, il faudrait 1683 nouveaux postes. Le concours spécial pour Créteil, la mesure phare du ministère, va apporter des personnes dans l'enseignement mais pas 500 postes, souligne le Snuipp.

 

Dans le second degré, Jean-Charles Houdak souligne aussi la disparition des moyens dans les prochaines dotations horaires des établissements. Ce sont les "heures 93", un avantage local qui disparaissent avec d'autres moyens propres au département. Les enseignants présents se plaignent de la montée des violences dans le s collèges et de l'insuffisance du nombre de surveillants. Là aussi ils ont le sentiment de flouer les élèves. "La réforme de l'éducation prioritaire va se traduire par une heure 30 de cours en moins pour les enseignants et une prime supplémentaire. Mais les élèves ont quoi ?", interroge un enseignant. Selon lui, pour pouvoir appliquer les premières mesures des Rep+, le rectorat a du piocher dans les moyens pédagogiques.

 

Au rectorat on souligne la montée des moyens. "Dans les collèges pour une croissance du nombre d'élèves de 1,2% on met 2,45% de moyens en plus. Au primaire c'est 0,9% et 2,42%", nous dit l'entourage de la rectrice. Et on souligne que les vrais enjeux dans le département sont pédagogiques plus que quantitatifs. Rien de bien rassurant pour un département qui a accumulé un retard important dans les créations de postes et où l'édifice scolaire est en train de craquer.

 

François Jarraud

 

9 mesures pour la Seine Saint-Denis

Un concours spécial pour la Seine Saint Denis

Accepterait-on cela à Paris ?

 

 

 

Par fjarraud , le vendredi 13 mars 2015.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Paye au mérite, recrutement local : Le gouvernement va faire évoluer les statuts
- Votre vigilance quotidienne, vos alertes, vos analyses nous sont indispensables. Leur"révolution copernicienne" n'est qu'au service du tout libéral et de la marchandisation de l'école. De : fjarraudPublié : vendredi 2 février 2018...
Paye au mérite, recrutement local : Le gouvernement va faire évoluer les statuts
- Un truc que je ne comprend pas. Ils veulent réduire les épreuves "égalitaires" au bac en mettant plus de contrôle continu (non égalitaire) et veulent rémunérer aux résultats. Moi je donnerai donc 18/20 à tous mes élèves.De : fjarraudPublié :...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces