La Classe Plaisir : La Visite 

Mardi 24 mars : La directrice de mon école vient me voir pour me faire une demande spéciale. Elle a eu un appel de l'Inspectrice de ma circonscription qui lui annonce que Alain F. et Jean-Paul B. (j'ai choisi de ne pas indiquer leur nom, comme nous le faisons pour les élèves sur ce blog, mais sachez que le premier anime une émission hebdomadaire sur France Culture et le second tient un site pourfendeur de "pédagogistes") souhaitent visiter une classe normale (on leur a tellement reproché de ne pas connaître la vraie vie de classe), et si possible à la pédagogie inspirée de Célestin Freinet. Elle a pensé à moi, car elle connait ce blog.

 

Moi ? Pourquoi moi ? Qu'ai-je donc fait pour mériter ça ? Comment vais-je m'en tirer, moi, petit enseignant, face à ces deux habiles rhéteurs médiatiques, prêts à découdre avec n'importe qui, surtout s'il est proche de Philippe M. ?

 

Alors, je consulte. J'adresse un message sur la liste de diffusion du mouvement Freinet pour avoir leurs avis. Dois-je accepter ou refuser ? Je reçois une salve de réactions allant de "Ne te compromets pas avec cette engeance !" à "Et pourquoi pas ! On te fait confiance ! (merci du cadeau...)" Je tranche : je prends le risque.

 

Lundi 30 mars 8h20 : Alain F et Jean-Paul B. sont pile poil à l'heure. Ils ne resteront que jusqu'à la récréation. Ils détonnent quelque peu par leur habillement, d'ailleurs les enfants croient avoir la visite du Président de la République et son Premier Ministre. Accueil courtois de ma part, comme il se doit, même si je n'en mène pas large.

 

Nous montons en classe. J'ai préparé pour nos deux visiteurs une table (taille enfant de 6-7 ans) avec de quoi écrire, s'ils en ont besoin.

 

Nous démarrons par un "Temps libre et calme" (pas de raison que je change les rituels) : dix minutes pour s'installer, se retrouver après la maison. Les enfants lisent, dessinent, discutent, jouent, c'est calme, et moi, je suis à mon bureau. Alain F. écrit quelque chose sur une feuille. Aussitôt, L., une élève de ma classe qui n'a pas la langue dans sa poche, lui dit : "Toi aussi, tu écris un texte libre ?" Alain F. la regarde et lui dit : "C'est ça, mon petit". Pas commode, le gars...

 

Le Temps libre s'achève, je procède à l'appel et deux enfants, sans que je n'aie rien dit, vont au tableau et présentent l'emploi du temps de la journée qui y est affiché, puis un autre lance le "Je fais partager". Ce jour-là, ce sont trois enfants qui présenteront quelque chose.

 

A. présente son calendrier du printemps accompagné d'un joli dessin. Au moment des questions-réactions, Jean-Paul B. demande : "C'est ton maître qui t'a demandé ce travail ?" "Pas du tout, je l'ai fait au Temps libre et calme", répond-elle tranquillement.

 

E. montre le catalogue d'exposition de Jeff Koons et explique qu'il est allé la voir avec ses parents ce week-end. Alain F. dit alors que lui aussi est allé voir l'expo, mais I., le responsable du "Je fais partager" lui dit qu'il n'a pas demandé la parole. Alain F. devient tout rouge.

 

Puis, pour finir, V. présente une toupie particulière avec un système d'aimantation complexe (je n'ai pas tout compris). C'est là qu'il se passe quelque chose qui a sa place dans ce blog : Alain F. se lève, suivi de Jean-Paul B. et demandent au président du JFP d'essayer la toupie. Alors ça ! I. me regarde, je fais un oui de ma tête et voilà nos deux adultes qui se saisissent de la toupie de V. et commencent à la faire tourner, l'un après l'autre, avec beaucoup de maladresse, je dois dire, puis V. la reprend et leur dit "Je vais vous montrer".

 

Toute la classe se met en cercle, nous sommes tous assis en tailleur par terre, Alain F. et Jean-Paul B. de même, V., au centre, expliquant la bonne façon de faire tourner longtemps son objet. Alain et Jean-Paul (on peut se permettre une petite familiarité, vu les circonstances) ont les yeux gros comme des billes. G. poursuit la démonstration de V. en nous racontant des expériences qu'il a menées sur l'aimantation avec son papa.

 

La sonnerie retentit. On entend Fifi et Bribri dire "Déjà ! Encore ! Encore !" Je suis obligé de les sortir manu militari de la classe car les enfants ont envie de jouer dans la cour, surtout qu'il fait beau.

 

Alain F. et Jean-Paul B. repartent sous les viva des enfants, avec D. qui leur demande : "Vous reviendrez ? "

 

Moi, c'est sûr, je vais écouter leurs prochaines émissions et lire leurs prochains textes. Il y aura des surprises, j'espère ! J'ai déjà un titre à leur proposer : "Toupie or not toupie ?"

 

Daniel Gostain

 

La classe plaisir

Chaque mercredi retrouvez "La Classe plaisir" et ses moments précieux...

 

 

Par fjarraud , le mercredi 01 avril 2015.

Commentaires

  • jplievre, le 01/04/2015 à 19:29
    Bonsoir madame l'institutrice.
       Quelle chance vous avez eu de recevoir AF et JPB. Je comprends votre inquiétude préalable et vous félicite d'avoir accepté de les recevoir dans votre classe. Peu d'enseignants l'auraient fait à votre place. La séquence semble avoir intéressé les deux visiteurs qui sont entrés dans le jeu et ce sont mis en ronde. Je n'en crois pas mon entendement et je vous imagine encore avec ces deux messieurs. Et le souvenir inoubliable que vous en garderez. Ont ils été conquis par la méthode de Célestin, pardon par la vôtre. Je ne sais. Ils ont semble t il aimé la toupie. Vous nous laissez sur notre fin, pourtant, en ne dévoilant pas les initiales du futur éditeur de l'article :"Toupie, or not toupie". Mais les connaissant, par lecture interposée, je devine. Tiendront ils des propos plus nuancés contre les pédagogies "situées""les "freinétiques, et les partisans d'une certaine forme de constructivisme ? Qui sait ? Assistera t on à une "Répliques" consacrée au mouvement Freinet  Lira t on dans "Causeur" une apologie de la démarche de Célestin? Attendre.

    PS. Mes deux enfants ont fait leur scolarité primaire dans une école pratiquant une forme dérivée de la pédagogie freinet. Du bonheur. Et l'on en parle encore...
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces