Collège : Des programmes ambitieux pour les enseignants et les enfants 

Quel changement ! Pour le lecteur habitué des programmes mis en place en 2008, les nouveaux programmes du cycle 4 (5ème à 3ème) que le Café pédagogique a révélés le 13 avril, tranchent avec bonheur. Ils introduisent des compétences neuves tout en respectant le plus souvent les traditions et les usages de la culture scolaire. Finies les lourdes énumérations des programmes de 2008 qui étouffaient d'emblée les appétits d'enseigner. Les programmes de 2015 donnent à l'enseignant davantage de liberté et donc de responsabilité. Ils s'intéressent aux apprentissages c'est-à-dire à l'enfant qui est dans l'élève.

 

Ne cherchez plus les longues énumérations de connaissances à acquérir qui marquaient les programmes de 2008. Par exemple le programme d'histoire de 3ème consacrait 2 de ses 9 pages  à l'énumération des repères historiques que l'élève devait connaitre. Chaque chapitre d'histoire indiquait les connaissances à acquérir, les démarches à suivre obligatoirement et rappelait les "capacités" acquises qui se résumaient très souvent en des dates à connaitre par coeur. Les "capacités" du chapitre sur la première guerre mondiale, c'était de savoir qu'elle a eu lieu de 1914 à 1918 et que le 11 novembre c'est l'armistice...

 

Les nouveaux programmes proclament haut et fort la liberté pédagogique de l'enseignant. "Les projets de programmes n’entrent pas dans le détail des pratiques de classe, des démarches des enseignants ; ils laissent ces derniers apprécier comment atteindre au mieux les objectifs des programmes en fonction des situations réelles qu’ils rencontrent dans l’exercice quotidien de leur profession", annoncent les auteurs. Même chose pour l'évaluation : "les projets de programmes contiennent des attendus de fin de cycle précis, portant sur les compétences et connaissances à maîtriser et définissant un niveau de maîtrise ; ils ne précisent pas en revanche les modalités pratiques détaillées par lesquelles s’assurer que les objectifs fixés sont atteints par les élèves. C’est aux enseignants et aux différents professionnels présents dans les écoles et les établissements qu’il revient de trouver les modalités les plus appropriées". Voilà les clés des programmes remis aux enseignants alors que 2008 avait achevé de les enfermer dans un cadre ultra rigide.

 

La seconde caractéristique des programmes c'est de s'intéresser à l'enfant qui doit suivre le programme, et pas seulement à l'élève. Deux pages invitent l'enseignant à considérer les apprentissages sous l'angle de l'enfant. "Les objectifs de formation du cycle 4" sont justifiés par cette vision du développement de l'enfant." Lors des trois ans de collège du cycle 4, l’élève qui est aussi un adolescent en pleine évolution physique et psychique, vit un nouveau rapport à lui-même, en particulier à son corps, et de nouvelles relations avec les autres. Les activités physiques et sportives, l’engagement dans la création d’événements culturels favorisent un développement harmonieux de ce jeune, dans le plaisir de la pratique, et permettent la construction de nouveaux pouvoirs d’agir sur soi, sur les autres, sur le monde.  L’élève oeuvre à la construction de ses compétences, par la confrontation à des tâches plus complexes..  Cette appropriation croissante de la complexité du monde (naturel et humain) passe par des activités disciplinaires et interdisciplinaires dans lesquelles il fait l’expérience de regards différents sur des objets communs". On verra dans les différentes disciplines une compétence "raisonner" qui s'intéresse de près au fonctionnement mental de l'élève.

 

Troisième caractéristique, l'importance accordée au numérique dans ces programmes. Cela va jusqu'à un enseignement de l'algorithmique inséré dans le programme de maths où on invite l'élève par exemple à réaliser un sondage ou une figure à l'aide d'un logiciel de programmation. Mais si l'on prend le programme d'histoire-géographie une des compétences est "s'informer dans le monde du numérique" et on invite l'élève à savoir vérifier une source d'information, voire utiliser un système d'information géographique.

 

Car tout ce que les programmes ont perdu comme listes de connaissances à savoir par coeur, est regagné par les compétences. La 4ème caractéristique, c'est qu'on entre dans les programmes par des compétences précises et détaillées alors que les anciens programmes réduisaient souvent les "capacités" en connaissances. Le programme d'histoire-géographie, par exemple, propose toujours "se repérer "dans le temps et l'espace" et indique des démarches pour le faire. Il invite à "comprendre et analyser un document", à "s'informer dans le monde numérique". La compétence "raisonner" mérite d'être soulignée. Elle invite à proposer à l'élève des tâches complexes , à procéder par essais erreurs, à "apprendre à l'élève le rôle joué par les outils de l'historien". On est dans une démarche de type métacognition qui s'appuie en fait sur ce qu'on sait des procédés cognitifs.  La compétence "coopérer et mutualiser" en est le juste prolongement. Il s'agit d'acquérir des compétences sociales, si utiles dans la vie et si ignorées jusque là par l’École.

 

Arrivent ensuite non plus des listes de connaissances à acquérir mais des "repères annuels de programmation". En histoire, par exemple, cela va être des grands thèmes au programme sans que soient précisés les contenus dans le détail. A la suite de la campagne sur les valeurs républicaines, l'enseignement de l'histoire a été ciblé par certains pour réinstaurer le roman national style Lavisse. Le nouveau programme a rééquilibré le découpage, par exemple en réservant l'année de 3ème à l'après 1ère guerre mondiale. L'histoire économique et sociale est davantage représentée au XIXème siècle. Mais sur l'essentiel, le programme respecte la tradition scolaire, par exemple en s'interdisant d'aller au delà de 1970, ce que certains enseignants lui reprochent d'ailleurs. Le programme de géographie est resté lui aussi fidèle au découpage traditionnel mettant en 5ème les vraies questions du géographe contemporain ( développement durable) et réservant à la 3ème la géographie de la France. Cela en a peut-être coûté au président du Conseil supérieur des programmes mais il a respecté l'usage instauré.

 

Dans les critiques portées sur ces programmes, arrive en premier l'idée que les connaissances auraient disparu et que ce serait préjudiciable aux plus faibles, agrandissant ainsi le fossé entre les établissements. Certes pour l'enseignant, ces programmes ne ciblent plus les connaissances à acquérir. Les programmes de 2008 le réduisaient en tâcheron chargé de faire la check list des savoirs appris par coeur. Les programmes de 2015 responsabilisent l'enseignant et l'invitent à s'intéresser à l'essentiel : la maitrise par l'élève de ses capacités à apprendre et maitriser l'information dans le monde d'aujourd'hui. Ils donnent à l'enseignant un niveau de responsabilité et donc de liberté beaucoup plus élevé. En ce sens il peut y avoir des différences entre les élèves qui résultent de la réalité du fait que l'enseignement est une affaire de formation humaine. Bien loin de prêter moins attention aux apprentissages des élèves les plus faibles, ces programmes s'intéressent pour la première fois à expliciter ce qu'est l'apprentissage. Et cela profitera justement aux plus démunis.

 

À nos yeux ces nouveaux programmes du cycle 4 atteignent un intéressant point d'équilibre entre le respect des usages du monde scolaire, la responsabilité pédagogique  de l'enseignant et la nécessaire entrée de la modernité dans l'école aussi bien dans ses aspects numériques que de la prise en compte des sciences cognitives. Leur point faible c'est que, ce faisant, ils attendent beaucoup plus des enseignants qui vont parfois être démunis pour atteindre ces programmes ambitieux. Ils vont nécessiter des formations à la hauteur des responsabilités enseignantes c'est-à-dire réalisées par de vrais formateurs.

 

François Jarraud

 

Les programmes du cycle 4

Les programmes de 2008

 

 

 

Par fjarraud , le mardi 14 avril 2015.

Commentaires

  • Amid71, le 14/04/2015 à 12:18
    Incroyable à quel point le café péda sert la soupe au gouvernement...Peut-être une contrepartie pour avoir eu les programmes en avant-première, avant même les syndicats.
    Pas un mot sur l'organisation par cycles, où chaque collège ou école ne choisira pas le même enchaînement des notions étudiées. Il ne fera pas bon déménager en cours de cycle pour les élèves....
  • swalter1, le 14/04/2015 à 10:39
    Bonjour François,

    vous passez sous silence les liens hyper textes que le ministère ne divulgue pas, ils lieront ces programmes du socle avec un programme détaillé pour le coup.

    Cela change toute l'analyse....
    • fjarraud, le 14/04/2015 à 12:30
      Bonjour
      les programmes sont déjà lies au socle : c'est le volet 2 que vous trouvez au début de chaque programme.
      Pour les liens hypertextes, ce n'est pas la Dgesco mais le CSP qui va les publier dans quelques jours ou semaines. Je ne pense pas que le CSP revienne vers des démarches contraignantes. Ce serait en contradiction avec ces programmes.
  • Bernard Girard, le 14/04/2015 à 07:51
    "Nouveaux programmes" ? En histoire, la nouveauté ne saute pas aux yeux, avec même, un sérieux retour en arrière en cycle 4, organisé autour de l'histoire politique nationale qui, une nouvelle fois, dévore la plus grosse partie du temps consacré à cet enseignement. Pire même, l'histoire de l'Afrique, bête noire des conservateurs de tout poil, disparaît, venant ainsi conforter cette certitude sarkozyenne que décidément l'homme africain n'a pas sa place dans l'histoire.

    Les programmes du cycle 3 sont dans la droite ligne des programmes Darcos : la France de Charlemagne à de Gaulle. Comble du ridicule avec un thème intitulé "la France avant la France"... 

    Aucune ouverture au monde, histoire sociale quasiment absente, ces "nouveaux" programmes tirés du Lavisse sentent la blouse grise. 

    L'esprit du 11 janvier et ses relents identitaires n'en finissent pas de faire de dégâts.
    • Francoiss, le 04/05/2015 à 18:28
      Tout à fait d'accord, sortant d'un master recherche d'histoire, je suis scandalisé par le programme d'histoire du cycle 3. 

      Plus de préhistoire ni  d'antiquité; Charlemagne devient le père de l'union européenne (après Clovis et Vercingétorix, il nous fallait un nouveau mythe instrumenté), fin de l'apprentissage spiralaire pour imposer des périodes à chaque niveau, "la France d'avant la France" est effectivement un énoncé sans aucune rigueur, une histoire sociale réduite au profit d'une bonne vieille histoire des rois... 

      Aucune pédagogie ni aucune didactique n'ont effleuré les auteurs de ces lignes censées piloter avec excellence les professeurs... 
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces