Bac S : L'Udppc proteste 

"Si le type d’exercices proposés change chaque année, comment les professeurs peuvent-ils préparer correctement leurs élèves ?", interroge l'Udppc, association des professeurs de physique-chimie, à l'issue du bac S de 2015. "Depuis trois ans, l’Institution n’a pas réussi à stabiliser les exigences de l’examen autour d’un type d’épreuve qui puise ses racines dans les programmes officiels, avec un équilibre entre des exercices classiques, tels que peuvent les rencontrer les élèves dans l’année et susceptibles de récompenser légitimement ceux ayant fourni un travail régulier, et des exercices plus ouverts, dans lesquels un peu d’initiative est attendue des élèves".

 

"Comme l’année dernière", poursuit l'Udppc, "les correcteurs ont reçu, deux jours après les commissions d’entente, un nouveau barème de correction à appliquer, les obligeant à reprendre toutes les copies qu’ils avaient déjà évaluées. La méthode retenue, pour réparer les conséquences de votre incapacité à estimer le niveau moyen d’un élève de fin de terminale S, nous semble être la pire des solutions." Pour l'Udppc, "les compétences des élèves en physique-chimie et en mathématiques se sont effondrées depuis la réforme du lycée. ... Pourquoi le Ministère repousse-t-il sine die la publication du rapport sur l’évaluation de la réforme du lycée, si ce n’est parce qu’il refuse d’en reconnaître l’échec ?"

 

Communiqué

 

Par fjarraud , le mardi 30 juin 2015.

Commentaires

  • Viviane Micaud, le 30/06/2015 à 14:21
    Ceci provient du flou des programmes dus à la mode "constructivisme intégriste" au moment où ils ont été décidés sous Chatel. Vous savez la doctrine du môme que retrouvait tout seul les concepts que les esprits les plus structurés ont mis 20 siècles à stabiliser en rebondissant sur les idées des uns et des autres.
    Le problème est qu'aujourd'hui le même flou est dans la conception des programmes de collège.

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces