La directrice du Clemi démissionne 

Divina Frau-Meigs a annoncé sur Twitter sa démission du poste de directrice du Clemi. Elle dénonce sa mise à l'écart et surtout le manque de perspectives pour le Clemi, absorbé par Canopé et réorienté, selon elle, vers l'événementiel au détriment du pédagogique.

 

 " Je constate chaque jour davantage que je n’ai pas les moyens de remplir la mission de confiance qui m’a été dévolue par décret, dans le cadre de la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école, et ce malgré mes requêtes et alertes réitérées. Je suis dans l’obligation de mettre fin à mon action", écrit Divina Frau-Meigs dans une lettre adressée le 9 novembre à la ministre. Après une première démission le 23 septembre refusée par le cabinet, cette seconde démarche est pour elle définitive.

 

Au départ, une conception différente du rôle du Clemi. La Cour des comptes avait demandé dans un rapport de 2014 la réorganisation du Clemi dans le cadre de Canopé. Une demande pris en compte par le directeur de Canopé qui renforce le poids de Canopé dans le Clémi. Mais pour D Frau-Meigs, ce rapport de la Cour des comptes est devenu caduc du fait des attentats de janvier et des attentes formulées depuis envers le Clemi.

 

D Frau-Meigs dénonce dans sa lettre à la ministre sa mise à l'écart des réunions importantes et une réorganisation du Clemi avec 4 directeurs pour 12 salariés... Elle déplore " l’affaiblissement d’un opérateur historique de l’éducation nationale, par la recentralisation des services et des moyens". Elle souligne le manque de moyens du Clemi. Mais aussi sa réorientation vers l'évenementiel. Sur les 12 salariés, 3 s'y consacrent désormais.

 

Interrogée par le Café pédagogique, D Frau Meigs souligne la perte de vision sur l'avenir du Clemi. " Je suis très frustrée car dans l'esprit "je suis charlie", je comptais développer la compétence "apprendre à chercher" notamment avec l'équipe du moteur de recherche Qwant (et Qwant junior)", nous dit-elle . "Je comptais aussi faire travailler l'équipe sur les réseaux sociaux pour mieux apprécier les phénomènes de "radicalisation", de liberté d'expression en ligne, et de maîtrise des données et des traces. je comptais aussi continuer les orientations commencées vers le journalisme des données pour mieux comprendre et accompagner les évolutions de la presse. Côté formation, j'ai pu mener à bout les 3 saisons du MOOC DIY Education aux médias et à l'information (créé par la Sorbonne Nouvelle et le projet ECO, avec le CLEMI pour partenaire) mais j'espérais en créer d'autres à partir de la plateforme OPENMOOC notamment avec les prof-docs. La formation des enseignants, en formation initiale comme continue, est essentielle et j'avais commencé à gagner la confiance des ESPE".

 

 

François Jarraud

Par fjarraud , le jeudi 12 novembre 2015.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces