Enseigner aux 2 - 3 ans 

"Les enfants de 2-3 ans ne sont pas des 3-4 ans en plus petit ! Ils sont autres et ont leurs spécificités !" Enseigner en toute petite section demande des compétences et des gestes particuliers aux enseignants.  C'est ce que propose un petit livre publié par Canopé. Dirigé par C Faury et MF Ferrand, l'ouvrage est une réalisation collective qui couvre de façon très concrète les questions que rencontrent les enseignants.


Comment favoriser la communication et la socialisation des enfants tout petits ?  Comment leur apporter une sécurité affective indispensable ?  Quels rythmes de vie créer et comment les instituer ? Comment favoriser l'entrée dans le langage et bientôt dans l'écrit ?


"Les 2-3 ans à l'école" se tourne vers des enseignantes pour recueillir et partager leurs questions et leurs réponses. Très concret, l'ouvrage entre dans les détails de la vie scolaire des tout petits. Les enseignants y décrivent leur organisation, leurs gestes quotidiens. Ils partagent ce qu'ils ont appris en exerçant le métier.


"On ne met pas en place les réponses appelées par l'observation de l'enfant en un jour", écrit Marie-Françoise Ferrand. "Un enseignant ne peut pas tout inventer. Le partage d'expériences permet à chacun d'avancer à grands pas. On peut et on doit aller chercher des idées chez ceux qui ont le plus de pratique".


Tout le livre porte cette promesse. Et c'est au contact du partage avec les enseignants que nous invite le livre. Chacun peut ainsi se former et fabriquer ses réponses personnelles aux difficultés rencontrées dans un métier auquel la formation initiale a souvent peu préparé.


L'ouvrage interroge ainsi des enseignantes et des Atsems sur l'accueil des tout petits : comment gérer la séparation ? Comment préparer une rentrée réussie ? Il pose la question de l'organisation concrète du temps et de l'espace de la classe. Quelles priorités se donner pour les rythmes scolaires ? Comment construire des relations positives avec les parents ?


Une dernière partie de l'ouvrage aborde les apprentissages au quotidien. Comment développer la socialisation et le vivre ensemble ? Quels espaces inventer et comment les aménager ?  Comment favoriser la motricité et développer le langage ? Comment faire des livres des amis pour la vie ? Comment donner une consigne ? Et même comment évaluer.


En une centaine de pages très concrètes, "Les 2-3 ans à l'école" partage avec les lecteurs des années de gestes professionnels et de réflexion. Pour tous ceux qui pensent que la scolarisation avant trois ans est une clé de la réussite scolaire future des enfants les plus démunis, ce livre s'impose.


François Jarraud

Marie-Françoise Ferrand, Christiane Faury, Les 2-9 ans à l'école, Canopé éditeur, ISBN 978-2-240-03626-1, 9.9€


Le sommaire



Marie-Françoise Ferrand : " Les tout petits comprennent bien des choses.."


Inspectrice de l'éducation nationale , Marie-Françoise Ferrand a co dirigé "Les 2-3 ans à l'école". Elle revient sur ce travail d'équipe et sur les particularités de la scolarisation précoce des enfants.


Pourquoi publier ce livre en ce moment ?


C'est une réédition d'un ouvrage publié quand j'étais encore en activité.  La relance de la scolarisation des 2- 3 ans, les particularités du métier d'enseignant à cet âge , la nécessité de transmettre les savoirs et les gestes professionnels auprès des jeunes enseignants, particulièrement ceux qui sortent de formation initiale, ont rendu cette réédition nécessaire.


Pourquoi scolariser les enfants dès 2 ans ?


A partir de 30 mois, les enfants ont leur place à l'école. Il s'éveillent. Ils se socialisent. Ils acquièrent de la maturité selon un rythme personnel. Les parents sous estiment souvent ce dont sont capables leurs enfants à cet âge. C'est une des missions de l'école que de leur faire découvrir tout ce que savent faire les enfants , tout ce qu'ils comprennent dès cet âge. Les parents découvrent souvent que leur enfant est capable de faire beaucoup de chose à condition de lui expliquer et de le laisser faire.


Quelle doit être la place des parents dans cette école des tout petits ?


Les parents font partie de l'école. Ils y ont leur place car ce sont les premiers éducateurs de leur enfant. Si l'enfant sent que ses parents ne sont pas en bonne entente avec l'école, son entrée dans l'école ne se passera pas bien. Il est donc indispensable de créer les conditions de cette entente avec les parents.


Dans les tabous de l'école maternelle il y a la question de la propreté. Faut il que l'enfant soit propre pour l'accepter à l'école ?


La propreté n'est qu'une image de la maturité psychologique et physiologique de l'enfant.  Donc tout dépend de la façon dont l'enfant est propre. On ne doit pas prendre la question comme un absolu.  Si l'enfant commence à être propre , il commence aussi à avoir assez de maturité pour aller à l'école.


La très petite section a comme objectif la socialisation de l'enfant et le développement du langage. Comment les encourager ?


L'école apporte beaucoup aux enfants en terme de langage et de socialisation. C'est surtout nécessaire pour les enfants des familles qui sont fragiles, où on échange peu avec l'enfant, où l'enfant est peu entrainé dans des activités et le partage avec ses parents. L'école est moins nécessaire pour les enfants des familles qui stimulent beaucoup leur enfant.


Dès l'arrivée à l'école, le matin, la maitresse parle, avec des phrases structurées qui souvent ne sont pas utilisées à la maison. La maitresse apprend des comptines. Surtout elle raconte des histoires. Elle parle beaucoup et elle familiarise l'enfant avec le langage. Souvent les enseignantes disent qu'on ne peut lire d'histoire avant le mois de janvier. Avant il y a tout un travail nécessaire pour apprivoiser l'enfant avec le livre.


Certains enfants en très petite section ne parlent jamais même dans leur langue d'origine. Avec la très petite section, l'enfant entre dans la langue. Et c'est une entrée décisive pour ce qui va suivre comme l'apprentissage de la lecture et de l'écriture.


La socialisation comment se passe-t-elle ?


C'est le vivre ensemble. Les enfants dorment ensemble. Ils jouent ensemble. Ils font des ateliers ensemble. Cette entrée dans la vie collective se fait de façon graduelle et le livre montre comment gérer cette transition avec les parents. Il est normal que l'enfant manifeste son émotion quand sa mère ou son père s'en va. Ca ne veut pas dire qu'il est forcément malheureux. En fait cette transition se fait très vite.


Parmi les questions concrètes abordées dans le livre il y a celle des sucettes. L'enfant doit-il garder sa sucette à l'école ?


Dans le livre , une enseignante explique comment gérer cette question avec les parents et les enfants. Car il faut bien expliquer aux deux, notamment à l'enfant , pourquoi on abandonne sa sucette à l'entrée à l'école, où elle va et qu'on la récupère à la sortie.


Retirer la sucette, comme dit une enseignante, c'est "retirer le bouchon". Avec la sucette l'enfant ne parle pas. Si on veut développer le langage et la socialisation de l'enfant, il faut en passer par le retrait de la sucette. Mais il faut en parler avec l'enfant. Les tout petits comprennent bien des choses..


Propos recueillis par François Jarraud



Par fjarraud , le mercredi 02 mars 2016.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces