Recrutement des enseignants : Le ministère veut développer l'alternance 

La ministre de l'éducation nationale a annoncé le développement du recrutement en alternance des futurs enseignants dès le niveau master 1 avec un concours de recrutement spécifique selon la formule expérimentée à Créteil et en Guyane. Ces étudiants travaillent à tiers temps pour l'éducation nationale et reçoivent le Smic.  Dès la rentrée 2016, ce dispositif sera proposé également à Versailles, Amiens et Reims. La FSU n'est pas d'accord...

 

Cette formule a pris la place des Emplois Avenir Professeur créés par Vincent Peillon qui devaient permettre d'ouvrir le recrutement social des enseignants grâce à un vrai pré recrutement au niveau L2. Malgré le succès et la validation par un rapport de l'Inspection des EAP , le ministère a mis en extinction ce dispositif.

 

Dans un communiqué, la Fsu dénonce une formation au rabais de ces futurs enseignants. "La formation de ces étudiants M1 en alternance est réduite par rapport aux M1 « classiques ». Amputant les horaires universitaires, déjà insuffisants pour appréhender toute la complexité du métier, ce dispositif déporte la formation vers une adaptation précipitée aux gestes professionnels", écrit la Fsu. "En utilisant le salariat étudiant, le ministère fait ainsi le choix de faire reposer essentiellement sur les épaules des étudiants les conséquences de la crise de recrutement, à savoir la pénurie d’enseignants sur le terrain et la crise de remplacement qu’elle induit".  Elle demande " des pré-recrutement, ce qui signifie rémunérer des étudiants pour suivre et réussir les études sans avoir à travailler par ailleurs" sur la formule des anciens Ipes.

 

Communiqué

Les hussards noirs n'ont plus la cote

 

Par fjarraud , le vendredi 27 mai 2016.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces