Nouveaux regards sur les difficultés face à l'écrit 

Comment naissent les difficultés d'expression écrite ? De nombreuses études, la plus récente étant celle de R Goigoux, ont travaillé sur les méthodes d'apprentissage. Dans un récent numéro d'Economie et statistiques, l'Insee aborde la question sous un angle nouveau : celui des incidents de la vie survenus dans l'enfance et celui du lien entre compréhension et expression écrites. A l'origine une source commune : la grande enquête Information et vie quotidienne de 2011 qui porte sur des adultes.

 

Un pourcentage d'illettrés en baisse chez les plus jeunes

 

 L'enquête Information et vie quotidienne fait partie des grandes enquêtes internationales sur les compétences des adultes. Les premiers résultats ont fait apparaître que, en 2011, 16 % des personnes de 18 à 65 ans résidant en France métropolitaine éprouvent des difficultés dans l’un au moins des trois domaines fondamentaux de l’écrit, ces difficultés étant évaluées comme graves ou fortes pour 11 %. Si l’on considère les seuls individus qui ont été scolarisés en France, 7 % sont dans cette dernière situation et peuvent donc être considérés comme en situation d’illettrisme – soit environ 2,5 millions de personnes de la tranche d’âge retenue. La proportion correspondante était évaluée à 9 % en 2004. Le recul de deux points du taux d’illettrisme s’expliquerait par un effet de génération. Les jeunes nés après 1986 n’étaient pas présents en 2004, mais ils le sont en 2011 et, parmi eux, le taux de difficultés graves ou fortes s’élève à 5 %. On notera les progrès d'une génération à l'autre, contrairement à ce que beaucoup de médias affirment...

 

Quel lien entre un début de vie difficile et la littératie ?

 

L'enquête permet notamment de faire le lien entre le niveau de littératie et les évenements considérés comme marquants survenus dans la vie des sondés. Elle  établit un lien relatif entre certaines conditions de vie et des difficultés en expression écrite. " La variété des situations individuelles invite à relativiser l’idée de l’existence d’un lien mécanique entre, d’une part, enfance difficile et manque de compétences et, d’autre part, entre difficultés éprouvées face à l’écrit et situations de précarité et isolement social", note Economie et statistiques.

 

"C’est au sein d’une seule classe qui regroupe 7 % des répondants (classe 6) que l’on observe réellement des situations que l’on peut qualifier d’illettrisme pour des personnes ayant vécu une enfance difficile avec un parcours scolaire extrêmement réduit et des conditions de vie précaires. C’est vers cette population que les efforts des politiques doivent se tourner en priorité. En effet, si parmi les profils mis en évidence, certains se caractérisent également par une enfance difficile, dans un contexte familial violent et financièrement précaire, ils ne s’accompagnent pas à l’âge adulte de difficultés spécifiques en termes de maîtrise de l’écrit mais se signalent davantage en termes de difficultés économiques".

 

Reste que "près de la moitié des personnes en situation d’illettrisme déclarent avoir ressenti des difficultés dès le début de leur scolarité" Pour les auteurs, "ce  constat invite à accentuer les efforts en faveur des politiques scolaires de soutien aux jeunes enfants en difficulté."

 

L'écriture est une acculturation

 

Un autre aspect est travaillé dans l'enquête : celui du lien entre compréhension et production écrite, l'enquête demandant de produire du texte libre. Pour les auteurs, l'obsession orthographique est surévaluée.  " Les personnes présentant le plus de difficulté en production écrite ont aussi des difficultés par  ailleurs, notamment en compréhension écrite et nous avons conclu que de fortes difficultés pour écrire sous la dictée sont un assez bon révélateur de difficultés en compréhension écrite. En revanche, une bonne connaissance de l’orthographe, telle qu’évaluée par le test, n’est pas toujours associée à une bonne compréhension de l’écrit et de l’oral", notent-ils.

 

Autre conclusion : " La maîtrise des formes requiert donc bien plus qu’une acquisition des principes régissant nos pratiques écrites, mais une véritable acculturation à l’écrit : bien écrire n’est pas seulement une technique à acquérir, des règles à connaître ou une discipline à laquelle se soumettre, c’est aussi une pratique plus ou moins intégrée dans les usages quotidiens que l’on fait de la langue, pour interagir avec d’autres, pour communiquer, s’orienter, se divertir, etc. Les pratiques de formation devraient tenir compte de ce résultat, et être conçues au moins autant comme des acculturations à l’écrit, à ses usages, ses normes sociales, que comme l’enseignement de techniques, de raisonnements et de règles".

 

F Jarraud

 

Economie et statistiques

 

 

Par fjarraud , le jeudi 15 décembre 2016.

Commentaires

  • Renan, le 15/12/2016 à 10:19
    Comment s'étonner de ces résultats ? C'est bien de vouloir combattre l'illettrisme lorsqu'il est installé. Il vaudrait tout de même mieux de le "prévenir" en rétablissant l'apprentissage de la lecture dès la maternelle, comme c'était le cas jusqu'aux années 1969/1972.  L'entêtement de certains conseillers du Ministère de l'EN à refuser systématiquement cette possibilité (1) en devient inquiétante. On a le droit de s'interroger.  Que cherchent-ils ? A protéger leur propre progéniture ? A maintenir un volant de main d'œuvre en situation de faiblesse, donc corvéable à merci ? Il faut impérativement en sortir !
    (1) cf. Rapport du Conseil National des programmes de 2008 : "l'école maternelle ne doit pas devenir une école préélémentaire" (sic). C'est pourtant ce qu'elle était il y a plus de 50 ans, et ce qu'elle devrait redevenir.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces