Jean-Michel Blanquer : Portrait d'un revenant  

Jean-Michel Blanquer est tout sauf un homme nouveau ou un simple technicien de l'éducation.  C'est une figure très connue qui revient rue de Grenelle où il a fait carrière pendant 6 ans dans des cabinets de droite, particulièrement ceux de Robien et Chatel. Il revient avec un entourage qui était également au cabinet de Luc Chatel.  Avec la nomination de Jean Michel Blanquer rue de Grenelle, les émigrés de la Sarkozie sont de retour.

 

L'homme de la syllabique

 

Jean-Michel Blanquer est chez lui rue de Grenelle et depuis longtemps. De 2004 à 2012, il  a gravi à toute vitesse, sous des ministres de droite, les échelons qui mènent aux plus hautes responsabilités de l'éducation nationale. Universitaire, docteur en droit, il est aussi un spécialiste de l'Amérique latine. Et c'est peut-être cette qualité qui lui vaut de devenir en 2004 le premier recteur de Guyane, nommé par Jacques Chirac. 

 

En 2006, Jean-Michel Blanquer croise la route du ministre qui reste pour lui un modèle : Gilles de Robien. Il devient directeur adjoint de son cabinet. Il y mène le combat stérile du ministre sur les méthodes de lecture. G de Robien tente d'imposer de force la méthode syllabique aux enseignants. Ce combat est mené au nom de la science. Mais les scientifiques cités par le ministre dénoncent une manoeuvre. Finalement G de Robien est remercié. Mais sa manoeuvre a nourri le doute des parents envers les enseignants et laisse une trace durable. JM Blanquer n'est pas oublié par son camp : juste avant les élections présidentielles de 2007, il est nommé recteur de Créteil.

 

Dans l'entourage de Luc Chatel

 

En 2009, un autre ministre de droite le ramène rue de Grenelle. Il est choisi par Luc Chatel pour devenir directeur de l'enseignement scolaire (Dgesco), c'est à dire patron des programmes et des moyens d'enseignement de la maternelle au lycée. C'est à cette époque qu'il fait la connaissance d'une partie de son entourage actuel.

 

Christophe Kerrero, son directeur de cabinet,  était conseiller de Luc Chatel, en charge de l'éducation prioritaire puis des "affaires pédagogiques". Dans un livre publié en 2016, il se prononce contre la décentralisation comme elle est pratiquée actuellement et aussi contre la notion de compétence qu'il voit comme un concept anglo-saxon étranger à notre culture. Dans un entretien sur ce livre, il dénonce la "décomposition pédagogiste" de l'Ecole. C'est aussi au cabinet de Luc Chatel qu'il croise un autre membre de son entourage actuel : Raphaël Müller.

 

L' homme des suppressions de postes

 

De 2009 à 2012, Jean-Michel Blanquer est le numéro deux de l'éducation nationale. A ce titre, il applique des politiques dont l'Ecole se souvient encore.

 

C'est lui qui organise les 80 000 suppressions de postes d'enseignants. Elles visent en priorité la scolarisation avant 3 ans, qui s'effondre, l'élimination des Rased et de la formation des enseignants. Les néotitulaires sont invités à découvrir leur métier à travers un DVD généreusement distribué par le ministère... Dans tout le pays de nombreuses classes sont fermées,  mais particulièrement dans les départements populaires comme le 93.

 

En janvier 2017, dans L'Express il montre qu'il est encore dans les mêmes dispositions. " On ne doit plus se focaliser uniquement sur le nombre de postes créés, mais sur le nombre d'heures globales disponibles et la présence physique des enseignants dans les établissements... La création de postes pose plus de problèmes qu'elle n'en résout... L'idée est d'avoir un volume horaire garanti à l'échelle nationale en français et en mathématiques et fonctionner ensuite en laissant une autonomie accrue aux équipes pédagogiques pour fixer elles-mêmes la dotation horaire pour les autres matières"...

 

La période Chatel est aussi le moment où les fonds sociaux destinés aux lycéens pauvres sont divisés par deux et où le budget des classes préparatoires, au recrutement socialement privilégie, est doublé. Toutes ces mesures pénalisent toujours les mêmes : les élèves faibles, ceux des catégories sociales défavorisées.

 

Pour les pauvres, JM Blanquer imagine les "internats d'excellence", sur le principe d'extraction de leur quartier d'une poignée d'enfants des quartiers populaires "méritants". Ce dispositif accroit la stigmatisation et les  difficultés scolaires des quartiers populaires et s'avère ruineuse pour une rentabilité pédagogique nulle. Lees internats d'excellence disparaissent après 2012.

 

De mauvais résultats

 

Il applique les nouveaux programmes de 2008 qui n'ont pas laissé de bons souvenirs aux enseignants. Sa plus grande action pédagogique est l'imposition d'évaluations nationales remontantes à l'école primaire. Un dispositif qui est encore inscrit au programme de 2017. Elles vont faire scandale car "trompeuses". Leur finalité, découverte plus tard, était d'évaluer chaque enseignant en fonction des résultats des élèves.

 

Le premier épisode ministériel de JM Blanquer se traduit par un effondrement du niveau des jeunes Français. Sur ces 6 années, 2006-2012, PISA montre une nette dégradation dans toutes les disciplines évaluées. Les évaluations menées par la Depp, à contrario de celles que JM Blanquer dirige à la Dgesco, ne disent pas autre chose.

 

Les mêmes hommes avec le même programme promettent maintenant d'améliorer le niveau en CP et à l'entrée en 6ème et cela dès la fin de l'année 2017-2018.

 

François Jarraud

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 18 mai 2017.

Commentaires

  • Bernard Girard, le 18/05/2017 à 08:43

    Parmi ses titres de gloire, outre ceux déjà évoqués, il faut également rappeler : la suppression de la formation des enseignants (à qui il suffisait de distribuer un DVD pour leur expliquer comment faire leur travail...), la mise à mal de l’éducation prioritaire, mais aussi des créations ubuesques dont il est manifestement très fier, comme les ruineux internats dits « d'excellence » (dont le principe consiste à prélever les meilleurs élèves des établissements défavorisés pour les rassembler à l’écart du menu peuple des collèges) ou encore les ERS (établissements de réinsertion scolaire conçus comme des lieux mi-d’enfermement mi-d’éducation pour des élèves qualifiés de « perturbateurs »),  des gadgets typiquement sarkozyens, coûteux et inutiles.

    Avec Blanquer, c’est incontestablement un représentant de la droite dure qui prend la tête de l’EN, avec un programme qui, dans ses grandes lignes, ne diffère guère de celui qui était envisagé par le candidat Fillon… qu’il a d’ailleurs fidèlement servi de 2007 à 2012. 

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces