Devant les sénateurs, Jean-Michel Blanquer joue " le qualitatif " contre " le quantitatif " 

Durant près de deux heures le 8 novembre, le ministre de l'Education nationale a répondu aux questions des sénateurs de la commission des finances sur son budget 2018. Une audition aimable et de bon aloi, marquée par l'hommage appuyé à Jean-Michel Blanquer du rapporteur spécial de la commission, le LR Gérard Longuet, et par la sympathie affichée par le rapporteur général, le LR Albéric de Montgolfier. Devant un auditoire aussi peu combatif, Jean-Michel Blanquer a pu tranquillement vanter un budget " qualitatif "  plutôt que " quantitatif ".

 

" Vous arrivez précédé d'une réputation flatteuse, a commencé Gérard Longuet, vous avez des compétences, des convictions, du caractère..." " On a plutôt envie de vous soutenir ", a-t-il ajouté au cas où l'on n'aurait pas compris.

 

Après ce bref panégyrique, le sénateur de la Meuse a félicité le ministre de l'équilibre de son budget avec 2 800 postes créés dans le primaire et autant de postes supprimés en additionnant les 2 600 du secondaire et les 200 de l'administration centrale. " Vous avez renoncé au quantitatif ", a-t-il commenté, soupirant d'aise en se remémorant les " politiques précédentes qui avaient créé 54 000 postes ".

 

Indolores

 

Etant 100% d'accord avec les choix du ministre, Gérard Longuet en a été réduit à l'interroger sur l'héritage dont il a à souffrir et qui pèserait sur son budget. Il lui a aussi demandé s'il ne songeait pas à annualiser le temps de travail des enseignants, réputés, à droite, ne pas faire grand-chose, et à renforcer l'autorité des chefs d'établissement.

 

Jean-Michel Blanquer a bien reconnu " quelques suppressions dans le secondaire ". Mais il les a présentés comme parfaitement indolores. " Il s'agit des postes qui n'ont pas été pourvus aux concours ", a-t-il rappelé, estimant que, plutôt que des suppressions de postes, cela s'apparentait à une opération " de transparence budgétaire "...

 

Management 

 

Pour remédier à la crise du recrutement, Jean-Michel Blanquer a évoqué durant son audition une politique de pré recrutements, l'octroi de bourses, l'embauche d'assistants d'éducation...

 

De toute façon, avec les 850 000 enseignants actuels, a-t-il expliqué, se voulant rassurant, " nous avons les moyens de notre politique ". Nous devons sortir du débat création/suppression de postes, a-t-il ajouté, les vrais enjeux sont qualitatifs ".

 

Le ministre a par ailleurs annoncé aux sénateurs des évolutions dans la gestion des ressources humaines, s'inspirant du récent rapport de la Cour des Comptes qui a hérissé une partie du monde enseignant. Un nouveau management, a-t-il indiqué, avec " plus d'autonomie des établissements, un esprit d'équipe en leur sein, une prise de responsabilité des professeurs ".

 

Pisa

 

" On n'est pas que dans le quantitatif ", s'est à son tour exclamé le rapporteur général de la commission Albéric de Montgolfier.  Il a donné un coup de chapeau au dispositif " Devoirs faits " lancé au collège. " Un enfant qui n'a pas d'endroit chez lui pour travailler, voilà la vraie inégalité ".

 

Puis il a interrogé le ministre sur comment faire pour remonter dans le classement international Pisa et comment élever le niveau de langues étrangères des petits Français.

 

Jean-Michel Blanque a expliqué que le vrai problème en France résidait dans les écarts entre élèves et entre les territoires. " D'où notre politique extrêmement volontariste d'acquisition des savoirs fondamentaux dans les territoires les plus défavorisés avec notamment les classes de CP divisée par deux ".

 

Longuet

 

Les sénateurs ont posé une dizaine de questions, plus des demandes d'éclaircissement  que des interpellations.  Le ministre a confirmé que l'aide financière aux communes gardant les 4 jours et demi en primaire restait au même niveau, que les contrats aidés iraient aux élèves en situation de handicap et qu'ils seraient de plus en plus remplacés par un autre statut, celui des AESH, enfin que la politique des internats serait relancé. Il a réservé une petite surprise : l'annonce d'un " plan mercredi " assez obscur, apparemment destiné aux communes étant revenues à la semaine de 4 jours.

 

" Mon budget est un budget de justice sociale ", s'est auto congratulé le ministre avant de partir. Au premier rang, Gérard Longuet approuvait du chef.

 

Véronique Soulé

 

Budget : Le tournant

Blanquer devant le Sénat en juin

Le projet Longuet pour l'éducation

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 09 novembre 2017.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces