Carte scolaire : Les professeurs face à la pénurie 

Le paysage scolaire change. On le savait depuis la laborieuse publication du budget. L'année  2018 rompt avec un quinquennat de créations de postes. La nouvelle carte scolaire, présentée le 20 décembre, montre que, presque partout, il faudra de grands efforts pour adapter le nombre de postes d'enseignants aux besoins. Les créations de postes dans le premier degré ne suffiront pas à faire face aux dédoublements voulus par le ministre. Dans le second degré c'est pire : les rares ouvertures de postes sont compensées par des fermetures dans d'autres académies. Certaines académies semblent particulièrement visées comme Caen et Rouen. Est-ce parce ces académies expérimentales annoncent l'avenir ?

Premier degré : des ouvertures insuffisantes

 

Faites vous mal : comparez la carte scolaire 2017 et celle de 2018. En une année le paysage a totalement changé. Aux 8600 ouvertures de postes succèdent 3700 quasi exclusivement dans le premier degré.

 

Sept académies ne voient aucune création de postes dans le premier degré en 2018 : Rennes, Caen, Poitiers, Limoges, Clermont, Besançon et Dijon. En 2017 elles avaient accueilli 207 nouveaux postes.

 

Versailles bénéficie de 609 nouveaux postes, Créteil de 682, Paris de 107. Lille recevra 312 postes, Amiens 103, Aix Marseille 261, Bordeaux et Montpellier 121, Toulouse 89, Nice 59, Rouen 63 et Reims 20. Outre Mer, Mayotte, la Guyane et La Réunion reçoivent chacune plus de 180 postes quant la Guadeloupe et La Martinique sont en gros stables.

 

Ces créations de postes se situent dans un moment où la population scolaire devrait légèrement diminuer. Mais elles sont liées à la volonté ministérielle de dédoubler les CP de Rep et les CE1 de Rep+. ET là on n'y est plus du tout...

 

Certaines académies sont bien traitées. La Corse reçoit 44 postes pour créer 52 classes dédoublées. Lyon aura 271 postes pour 323 classes, la Guyane, proche du ministre, 189 pour 215, Versailles 609 pour 700.

 

Mais certaines académies sont maltraitées. Lille a 312 postes pour ouvrir 640 classes dédoublées. Amiens 103 pour 221, Nancy 36 pour 142, Nantes 34 pour 137, Orléans 26 pour 149, Reims 20 pour 121, Rouen 63 pour 185 et Caen 0 pour 47 classes. Créteil a 682 postes mais doit ouvrir 919 classes.

 

Relevons tout de suite un point commun : ces académies sont celles qui avaient reçues le plus fort nombre de postes sur critère social en 2017. Ce sont souvent les académies où on compte un fort pourcentage d'élèves en éducation prioritaire : 18% à Amiens, 27% à Créteil, 22% à Lille etc.

Visiblement les priorités ministérielles, qui avaient conduit le gouvernement précédent à cibler 2600 postes sur critères sociaux, sont oubliées. Dans les académies populaires, les ouvertures de CP et CE1 se feront en piochant des  moyens dans les autres niveaux ou en s'attaquant aux maitres + ou aux Rased.

 

Autre point à suivre :Caen et Rouen. Ces deux académies sont confiées à un seul recteur et le ministre a déclaré en faire une grande académie expérimentale, préfigurant la réorganisation territoriale à venir. Or Caen ne gagne aucun poste pour ouvrir 47 classes et Rouen en gagne 63 pour ouvrir 185 classes.

 

Le Snuipp relève que "bien que l’ensemble des créations de postes sera affecté à ce dédoublement, cela sera insuffisant car il en faudrait, près de 6 400. Des centaines de postes de plus de maîtres, de Rased, de remplaçants, de classe ordinaire… risquent d’être ainsi supprimés. Si l’abaissement des effectifs en éducation prioritaire est encore plus légitime qu’ailleurs, le seul effort fait en direction des CP et CE1 sans les créations de moyens nécessaires va se réaliser au détriment de la réussite de tous les élèves et ne permet pas de remédier efficacement à la difficulté scolaire, de travailler autrement dans les classes, de scolariser des 2 ans…"

 

Second degré : déshabiller Pierre pour habiller Paul

 

 

 


Stéphane Crochet, secrétaire général du Se Unsa, interrogé par le Café pédagogique, estime lui aussi que "la dotation supplémentaire ne permettra pas de couvrir les dédoublements". S'il estime que la nouvelle carte "préserve relativement le premier degré dans une période de chute des effectifs (30 000 élèves en moins)", c'est que la situation est bien pire dans le second degré.

 

Le second degré voit  la création d'une centaine de postes (contre 4400 en 2017). Neuf académies métropolitaines et 2 d'Outre Mer gagnent quelques postes. Versailles en reçoit 206, Créteil 122, Bordeaux 114, Lyon 94, la Guyane 62, Mayotte 140 par exemple.

 

Toutes les autres perdent des postes ou sont stables. Lille perd 136 postes, Amiens 91, Rouen 77 et Caen 87, Nancy 100, Reims 62, Dijon 71 par exemple.

 

Là aussi les académies les plus gravement ponctionnées sont celles où la situation sociale est la plus dégradée et le taux d'élèves ne Rep le plus fort. Les cas de Lille, Amiens, Reims  par exemple sont significatifs.

 

Le lycée va payer

 

"Dans le second degré on aura 26 000 élèves en plus et pas de postes supplémentaires. Il y aura donc un redéploiement entre académies", nous a dit S Crochet. "Lille Amiens Caen Reims seraient surdotés selon le ministère. Mais c'est relatif car elles connaissent de fortes difficultés sociales. Le lycée va payer".

 

"Ce sera une rentrée catastrophique", estime Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes Fsu. "Le ministère se place dans le cadre de la réduction du déficit public. L'éducation nationale y contribue".

 

F Rolet rappelle que les académies les plus touchées sont celles qui concentrent les difficultés sociales avec un fort poids de l'éducation prioritaire. "En douceur, à la différence du quinquennat de N Sarkozy, on est en train de préparer les académies à des suppressions de postes importantes. Le lycée général et technologique et le lycée professionnel vont être particulièrement touchés".

 

Pour le moment les bruits qui remontent de la mission Mathiot c'est la perte d'un tiers des heures d'enseignement en lycée. La nouvelle carte scolaire prépare le terrain des réductions de postes de 2019.

 

François Jarraud

 

Communiqué Snuipp

La carte sur le site Se Unsa

La carte 2017

Le budget 2018

 

PREMIER DEGRE

SECOND DEGRE

Postes créés en 2018

Classes à dédoubler en 2018

Postes créés en 2017

Postes créés en 2018

% de collégiens en Rep

Postes créés en 2017

Nbre d'enseignants 2d degré 2017

Aix Marseille

261

346

255

31

13

200

17273

Amiens

103

221

114

-91

18

44

12615

Besançon

0

56

35

-10

13

47

7489

Bordeaux

121

188

204

114

11

256

19108

Caen

0

47

4

-87

6

23

8393

Clermont Fd

0

48

10

0

6

82

7655

Corse

44

52

22

0

44

13

2034

Créteil

682

919

750

122

27

560

29395

Dijon

0

74

4

-71

14

25

9902

Grenoble

88

158

115

69

11

225

19405

Lille

312

640

300

-136

22

190

25687

Limoges

0

28

10

-7

9

30

4384

Lyon

271

323

352

94

11

281

17582

Montpellier

121

180

301

25

8

188

16231

Nancy Metz

36

142

4

-100

12

85

14706

Nantes

34

137

152

36

7

221

17184

Nice

59

101

88

-10

6

90

12373

Orléans Tours

26

149

107

-12

8

188

15305

Paris

107

229

8

-54

19

42

11861

Poitiers

0

52

79

-32

6

75

10318

Reims

20

121

6

-62

16

27

8317

Rennes

0

76

65

0

6

184

14877

Rouen

63

185

73

-77

15

88

11890

Strasbourg

74

146

119

0

7

77

11769

Toulouse

89

101

136

51

6

200

17394

Versailles

609

700

550

206

16

560

34849

 

 

 

Guadeloupe

0

74

2

-44

24

0

4117

Guyane

189

215

110

62

0

113

3064

Martinique

8

104

120

-57

30

-25

3342

Mayotte

180

240

2

140

59

176

2819

Réunion

183

337

114

0

28

85

8873

 

 

 

Total

3680

6385

4211

100

14

4400

400 211

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 21 décembre 2017.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Paye au mérite, recrutement local : Le gouvernement va faire évoluer les statuts
- Votre vigilance quotidienne, vos alertes, vos analyses nous sont indispensables. Leur"révolution copernicienne" n'est qu'au service du tout libéral et de la marchandisation de l'école. De : fjarraudPublié : vendredi 2 février 2018...
Paye au mérite, recrutement local : Le gouvernement va faire évoluer les statuts
- Un truc que je ne comprend pas. Ils veulent réduire les épreuves "égalitaires" au bac en mettant plus de contrôle continu (non égalitaire) et veulent rémunérer aux résultats. Moi je donnerai donc 18/20 à tous mes élèves.De : fjarraudPublié :...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces