Réformes : La semaine du "non" 

Coordination nationale, manifestations et grèves, pétitions : les opposants à la réforme du lycée et du bac comptent jouer sur tous les tableaux pour faire échouer la réforme lancée tambour battant par le gouvernement. Réunie le 27 janvier, une coordination nationale a fait le point et lancé un appel. De nouvelles analyses sur la réforme sont publiées alors que les premiers blocages apparaissent.

 

Deux journées d'action

 

Le secondaire et le supérieur peuvent ils coordonner leurs efforts ? C'est l'objectif de la Coordination nationale de l'éducation qui a réuni le 27 janvier une dizaine d'organisations. Quatre syndicats enseignants, FSU, FO, Cgt, Sud, une association de parents d'élèves (Fcpe), trois mouvements lycéens (SGL, UNL, UNL SD), l'Unef et une trentaine d'universités réunies par Sauvons l'université, ont partagé leurs positions le 27 janvier.

 

A l'issue de la journée elles ont lancé un appel à participer à al journée de mobilisation le 1er février en organisant des assemblées dans les lycées et universités. Elles participeront également à la journée d 'action du 6 février qui devrait être le point d'orgue du mouvement. Cette même date du 6 février est retenue aussi par le syndicat Se-Unsa AEFE pour un mouvement contre les suppressions de postes dans les établissements français à l'étranger.

 

L'analyse de l'Apses

 

L'Apses a publié une analyse précise de la réforme du lycée qui dénonce "la disparition de la série ES qui a pourtant fait la preuve de son succès". Pour l'Apses, "loin d’abolir la hiérarchie des séries, le projet propose au contraire un lycée à deux vitesses entre les classes de « scientifiques » et celles qualifiées fort inopportunément de « non scientifiques ». Un lycée modulaire soucieux de l’égale dignité des voies de formation n’aurait pas cantonné les SES dans un ensemble « lettres-humanités-société » tendant à dénier la spécificité d’une troisième culture qui a justement l’attrait de se situer au croisement des sciences et des humanités".

 

L'Apses dénonce aussi la perte "de la cohérence des parcours d’enseignements" et des groupes classes. "En démultipliant les choix que devront effectuer les élèves, cela risquerait d’accroître les inégalités sociales entre les lycées et de profiter aux seules familles « initiées »", écrit l'Apses. Pour l'Apses, "la modularisation du lycée couplée à l’accentuation de la sélection des bacheliers dans le supérieur via Parcoursup transformerait radicalement la fonction sociale du lycée en engageant trop tôt les élèves (dès la fin du premier semestre de seconde !) dans des choix d’orientation stratégiques à l’âge où les adolescents, en train de se construire, sont justement traversés par des questionnements et des incertitudes". L'Apses demande des dédoublements et des enseignements sur une base annuelle.

 

Premiers blocages

 

L'Apemu, l'association des professeurs d'éducation musicale, jamais reçue par P Mathiot, adresse elle aussi une critique de fond au projet.  "Les pistes de réforme envisagées par Pierre Mathiot entérinent la situation actuelle qui, d’une part exclut les cultures et pratiques artistiques du tronc commun de formation générale et, d’autre part,  enferme un parcours substantiel en ces domaines (couples de disciplines majeures) sur les lettres et les humanités", dénonce l'Apemu. Elle demande leur inscription dans le tronc commun.

 

Enfin de premiers blocages réussis ont eu lieu le 26 janvier dans des établissements des quartiers populaires contre Parcoursup. Plusieurs centaines de lycéens ont bloqué le lycée professionnel Jean Macé de Vitry et le LGT Romain Rolland d'Ivry contre la sélection à l'université. Les blocages pourraient continuer cette semaine. Le gouvernement entend rendre sa décision le 14 février.

 

F Jarraud

 

Appel coordination nationale

Apses

Apemu

 

  

Par fjarraud , le lundi 29 janvier 2018.

Commentaires

  • maria58, le 29/01/2018 à 10:43
    Les premières victimes de ces "réformes" seront les élèves de milieu populaire, mais pas seulement eux.

    Ne pas savoir à 15 ans ce qu'on veut faire, c'est largement répandu.

    En outre ParcourSup ne fait pas de détail: des filières comme les arts appliqués et métiers d'arts sont carrément absentes, tant pis pour les lycéens ("défavorisés" ou pas) désireux de s'y orienter.
    Quant aux études médicales, il n'est pas prévu dans ParcourSup que les recalés en fin de 1ère année (PACES) puissent redoubler s'ils le souhaitent.
    Là encore, si on laisse Vidal faire la casse ne va pas être réservée aux élèves-défavorisés-de-banlieue....
    Voir:
    http://www.snesup.fr/article/pour-poursuivre-la-democratisation-de-lacces-lenseignement-superieur-reussissons-les



    • PierreL, le 29/01/2018 à 12:23
      Nonobstant la nécessité d'établir un rapport de force face au MEN, ce n'est pas le futur qu'il faut employer pour désigner les victimes. Les élèves des milieux populaires sont les laissés pour compte du système actuel et ce depuis un trop long moment. 
      Autre chose que l'on pourrait trouver révélateur: le titre de l'article:

      Réformes : La semaine du "non"

      Tout un programme...
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Paye au mérite, recrutement local : Le gouvernement va faire évoluer les statuts
- Votre vigilance quotidienne, vos alertes, vos analyses nous sont indispensables. Leur"révolution copernicienne" n'est qu'au service du tout libéral et de la marchandisation de l'école. De : fjarraudPublié : vendredi 2 février 2018...
Paye au mérite, recrutement local : Le gouvernement va faire évoluer les statuts
- Un truc que je ne comprend pas. Ils veulent réduire les épreuves "égalitaires" au bac en mettant plus de contrôle continu (non égalitaire) et veulent rémunérer aux résultats. Moi je donnerai donc 18/20 à tous mes élèves.De : fjarraudPublié :...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces