Eveline Charmeux : Lire, c'est comprendre 

"Il existe une relative indépendance entre ce qu'on voit écrit et ce qu'on entend à l'oral. Il serait pour le moins imprudent de faire croire aux enfants que les lettres auraient un son associé à chacune d'elle". Si vous cherchez un spécialiste qui réfute la méthode syllabique : inutile d'aller plus loin. Eveline Charmeux, agrégée de grammaire classique et ancienne professeure en IUFM, ne craint pas la polémique. Son dernier ouvrage, "Lire, c'est comprendre" (éditions universitaires européennes), prend à rebrousse poil la plupart des principes admis actuellement pour l'apprentissage de la lecture. L'ouvrage présente une démarche (attention ! pas une méthode !) pour faire découvrir la lecture aux enfants de la maternelle au CM2. Mais c'est aussi le bilan d'une vie consacrée à l'école et à l'enseignement et la conclusion d'années de recherche. Enfin l'ouvrage fait entendre une réflexion originale, à  1000 lieues des idées dominant l'Ecole aujourd'hui.

 

Dans votre ouvrage vous proposez "d'apprendre intelligemment la lecture". Ce n'est pas le cas aujourd'hui ?

 

 Cela veut dire en faisant appel à l'intelligence des enfants et en la développant. C'est sur qu'aujourd'hui on n'en abuse pas. Par exemple quand on frappe les syllabes dans l'apprentissage de la lecture on oblige les enfants à admettre des choses fausses. On les oblige à lire des textes qui ne sont pas des messages mais des phrases inventées. C'est juste le contraire de la compréhension en lecture. Comprendre une lecture c'est comprendre qu'il y a un message avec quelqu'un qui dit quelque chose à une autre personne. "Toto a bu son lolo" ce n'est pas un message. Personne ne parle comme ça.

 

Pourtant le déchiffrage est indispensable à la compréhension ?

 

Dès l'instant où on analyse ce qu'est lire on voit que le déchiffrage n'en fait pas partie. Pour une raison que Dehaene ou Blanquer passent sous silence : l'oeil ne peut pas percevoir quand il se déplace. On ne déchiffre pas car il est impossible que l'oeil repère les lettres de cette manière. Quand on donne des mots isolés à lire en fait on ne les lit pas on les reconnait. Par exemple un enfant qui rencontre le mot "patient" ne le déchiffre correctement que s'il le connait déjà.

 

Alors vous défendez la méthode globale ?

 

Pas du tout. Je montre dans mon livre une approche de la lecture qui n'a rien à voir ni avec la méthode globale ni avec la syllabique. Une méthode est forcément mauvaise car elle impose une démarche qui ne s'appuie pas sur les savoirs déjà là des enfants.

 

Mon livre montre comment les enfants entrent dans l'écrit. Ma démarche invite à s'appuyer sur le connu des enfants. On part des écrits que les enfants connaissent, comme leurs chansons, pour regarder comment c'est écrit et créer du connu.  On peut leur proposer de nouveaux textes comme des contes, ou des recettes de cuisine et les laisser les explorer et dire ce qu'ils reconnaissent. On voit ce que ça veut dire. A ce moment là on regarde les mots quand on sait ce qu'ils veulent dire. On ne demande pas aux enfants de créer du sens sans avoir travaillé sur du signifiant. Apprendre à lire c'est découvrir une langue qui se voit et non qui s'entend. En français on ne prononce pas les lettres les plus importantes.

 

Vous dites que la lecture est une manière de vivre. Que voulez vous dire ?

 

 C'ets la découverte d'un type de communication. Il ne faut jamais séparer la lecture de la communication. Il faut que les enfants sachent que tout ce qui a été écrit a été fait par quelqu'un pour dire quelque chose. C'est ça la lecture. Ce n'est pas des lettres qu'on assemble. Les enfants découvrent une autre manière de communiquer et un nouvel univers donc une autre manière de vivre.

 

Vous dites aussi qu'il faut apprendre à lire en raisonnant.

 

Oui dès le début. Je montre que lire implique toujours de réfléchir à ce qu'on lit.

 

Que faire quand on a des élèves qui n'aiment pas lire ?

 

Avec la syllabique cela ne m'étonne pas. Mais ça me met en colère de voir des enfants sortir du CP découragés de lire. J'aimerais que ce livre soit une occasion de prendre de la distance  par rapport à ces histoires de syllabes. Les enseignants n'ont que trop absorbé ce crime de lèse enfants qu'est la méthode syllabique.

 

Propos recueillis par François Jarraud

Eveline Charmeux, Lire, c'est comprendre. Donc apprendre à lire c'est apprendre à comprendre ce qui est écrit. Editions Universitaires Européennes, 2018, 978-613-8-41320-2

 

Sur le café :

Une démarche d'apprentissage de la lecture

Non déchiffrer ce n'est aps lire

 

Par fjarraud , le mercredi 11 juillet 2018.

Commentaires

  • delacour, le 11/07/2018 à 09:49

    "Il ne faut jamais séparer la lecture de la communication." Tout à fait d'accord.

    C'est tellement vrai qu'il ne faut pas commencer par apprendre à lire, mais à écrire du sens. Un enfant ne peut absolument pas lire, par contre il peut commencer par utiliser le concept de codage pour écrire du sens. Lorsqu'il a appris à parler, il a voulu communiquer du sens en utilisant les sons (pas encore phonèmes alors) pour exprimer du sens, son sens. Il est capable de réaliser le même exploit en apprenant à coder le sens par écrit. Alors "en" ne se décode pas /en/ mais peut se trouver dans menu, mienne, solennel, pentagone, poussent, mots qu'on a commencé par écrire. Le sens est au départ, la structure communicative est phonographique. Il n'y a qu'un code, celui d'écriture (l'orthographe). Il n'y a pas de code de lecture. Croire qu'un enfant peut découper les mots en graphèmes est utopique, il faut que l'enfant les crée pour bien les mémoriser au sein d'un sens.

    Sur le site "ecrilu" vous trouverez une démarche s'appuyant sur la genèse de l'écriture et qui propose à l'élève de coder du sens, pour pouvoir lire ensuite en mémoire du sens codé et des codes phonographiques utilisés.

    Je mets à disposition gratuitement livre de codage, logiciels divers, modules d'apprentissages, fiches de lecture etc.


Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces