SVT : Des programme de lycée plus difficiles ? 

Les projets de programme de SVT du lycée publiés par le CSP annoncent de nombreuses modifications dans l’enseignement de la discipline. Les réactions des enseignants du lycée se multiplient et tous attendent le nombre précis d’heures accordées aux travaux pratiques. « Les activités expérimentales occupent une place centrale en SVT », peut-on lire en préambule des projets du CSP. La partie sexualité en 2nde subit plusieurs modifications par rapport à la première version fuitée en octobre.  En spécialité, des notions alors étudiées en terminale basculent en 1ère. On y retrouve même la catalyse enzymatique étudiée avant la réforme de 2011. A noter que les lycéens ne feront plus de neurologie en 1ère mais bûcheront plutôt sur les « écosystèmes et services environnementaux ».

 

Peu sexy le programme de seconde ?

 

Les changements entre la version « fuitée » par le Snes et le projet en ligne se concentrent sur le préambule largement raccourci. Les longues phrases pleines de bons sentiments passent à la trappe. Côté contenu, on notera un remodelage de la partie « enjeux planétaires contemporains » qui devient « les enjeux contemporains de la planète ». L’érosion des paysages précède désormais l’étude des agro systèmes. On ne parlera plus de la « compréhension des paysages » mais plutôt de la « dynamique des sols ». Les questions sont nombreuses chez les enseignants : « Est-ce fondamental d’aborder la sédimentologie en 2nde ? Que reste-t-il de la physiologie ? Actuellement en seconde, l’étude du cœur et l’étude de l’activité physique étaient attractives… », remarque Denis, enseignant en lycée depuis 20 ans. «  Je ne suis pas sûr que le public de 15 ans soit le plus adapté pour étudier les agro systèmes. Cela va-t-il attirer les lycéens vers la spécialité SVT ? », ajoute-t-il.

 

Les principales modifications entre les deux versions de programmes se situent sur la partie « Corps humain et santé ». On ne dira plus « devenir homme ou femme » mais plutôt « corps d’homme, corps de femme : de la fécondation à la puberté ». Les termes comme « vivre sa sexualité » ou « prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle » sont supprimés du projet de programme ainsi que certains liens avec l’éducation à la sexualité suggérés en fin de partie comme la lutte contre les stéréotypes et les discriminations. On remarque aussi la suppression parmi les capacités et attitudes exigées de deux items : « argumenter, débattre sur des problèmes éthiques posés par certaines pratiques médicales » et aussi la suppression de l’étude des différentes approches des pays européens sur la sexualité proposée dans la première version en DNL.

 

Sur les réseaux sociaux, l’étude de la sexualité en seconde fait quasiment l’unanimité parmi les enseignants de SVT. « Comme certains élèves peuvent ne pas choisir la spécialité SVT en première, il fallait que ce thème soit traité en 2nde, c’est une bonne chose », explique Giliane.

 

Lutter contre les « anti-vax »

 

« Avec l’émergence de groupes anti-vax (comprendre anti-vaccin), la  partie du programme  microorganismes et santé  était nécessaire », admet l’enseignante. « Je suis moins emballée par le thème 2. Le programme évoque les sciences participatives et les échantillonnages statistiques sur la partie biodiversité : c’est un point que j’ai souligné de suite et qui personnellement me satisfait beaucoup, ce sera pour nous l’occasion de montrer qu’on peut faire avancer la science et aider les chercheurs, même quand on est lycéen ! », glisse l’enseignante de lycée.

 

Un air de TPE en enseignement scientifique ?

 

Peu ou sinon, aucune modification en enseignement scientifique commun. Le long préambule est aussi raccourci et plus clair sur la version « officielle ». On ne parle plus de « suggestions pédagogiques » dans ce second volet mais plutôt de « repères pour l’enseignant ». « Ce paragraphe ne limite nullement cette liberté pédagogique ni n’en canalise l’expression », précise le PDF en ligne. De son côté, Giliane se déclare « moins enthousiaste pour ce projet d’enseignement scientifique. Certaines parties du programme sont intéressantes (photosynthèse, cellule, oreille et son…) mais d’autres me paraissent très compliquées à enseigner (radioactivité, bilan thermique du corps humain…) ». Les lycéens auront également « un projet expérimental et numérique » à réaliser au cours de l’année avec « un objet d’étude librement choisi ». Un air de TPE sans les heures ?

 

Un programme de spécialité plutôt costaud

 

Les 3 thématiques étudiées depuis le collège structurent ces nouveaux programmes pour dispenser « une formation scientifique solide préparant à l’enseignement supérieur ». L’utilisation de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée est suggérée dès la 3ème page. Les enseignants sont clairement invités à faire des «  liens avec les autres disciplines scientifiques », la réciproque n’est pas visible dans les autres projets de programmes desdites disciplines scientifiques.

 

Côté contenu, le patrimoine génétique se taille la part du lion. On notera un retour des enzymes avec « l’étude de l’interaction enzyme-substrat en comparant les vitesses initiales des réactions et faisant varier soit la concentration en substrat ; soit en enzyme ».  Les catalyseurs biologiques étaient déjà au BO du 31 août 2000 en 1ère S. En géosciences, la sismologie retrouve toute sa place ; l’étude de la subduction ET de la collision seront désormais au menu des lycéens de 1ère.

 

Une partie curieusement exhaustive sur les « écosystèmes et services environnementaux » permettra aux enseignants de travailler notamment le « parasitisme avec une galle sur une feuille » ou encore de comprendre que « l’espèce humaine affecte le fonctionnement de la plupart des écosystèmes… ». Enfin, le risque génétique, la thérapie génique et la cancérisation seront développés dans la partie « corps humain et santé », juste avant le fonctionnement du système immunitaire qui passe de la terminale actuellement à la 1ère spécialité SVT.

 

D’ici novembre 2019, les perspectives offertes pour le programme de terminale sont multiples. Les enseignants pourront espérer un zeste de botanique, mêlé à l’étude du système nerveux et de l’évolution de la lignée humaine, le tout peut-être saupoudré de datation radioactive…

 

Julien Cabioch

 

Dans le Café

SVT et sciences : Quelles nouveautés dans les futurs programmes du lycée ?

 

En ligne

Projet de programme en 2nde

Projet de programme en 1ère enseignement commun

Projet de programme en 1ère spécialité

Liste des experts

Boîte à archives : BO 2000 SVT en 1ère S

 

 

 

 

 

 

Par fjarraud , le mardi 06 novembre 2018.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces