Unesco : Un rapport souligne l'inégalité scolaire des enfants d'immigrants 

"Les enfants d'immigrants en France sont encore loin derrière les enfants Français natifs", indique le nouveau Rapport mondial de suivi sur l'éducation (GEM) 2019 de l'UNESCO sur les migrations et les déplacements. "Deux fois plus d'immigrants que de Français natifs quittent l'école plus tôt. Les enfants d'immigrants de Turquie ou du Mali ont deux fois plus de chances que les enfants de parents Français de redoubler au moins une année au niveau secondaire", note l'Unesco.

 

Manos Antoninis, directeur du Rapport GEM, a déclaré: « Les enfants d’immigrants en France ont besoin d'un coup de main pour être sur le même pied d'égalité avec les autres enfants scolarisés, mais ils ne sont pas traités de manière égale à l'école et l'environnement scolaire ne leur est pas accueillant. Le lieu d’accueil, les caractéristiques des enseignants et le contenu enseigné sont des dimensions à considérer afin d’aider les immigrants à rattraper leur retard scolaire et à se sentir inclus. »

 

Le Rapport informe le gouvernement français des cinq domaines clés nécessitant des améliorations pour combler le fossé en l'éducation. Il montre que les immigrants en France finissent par se rassembler dans des quartiers majoritairement constitués d’immigrants.  Les immigrants sont aussi plus susceptibles de fréquenter des classes composées de plus de 15 % d’étudiants immigrants. C'est le cas de 17 % des immigrants de première génération, de 12 % des immigrants de deuxième génération, de 5 % des enfants d'ascendance mixte et de 2 % des natifs.

 

Selon l'Unesco, "de nombreux autres enfants d’immigrants finissent dans des écoles « Réseaux Ambition Réussite » (RAR) défavorisées et reçoivent une indemnité pour leur séjour dans des quartiers défavorisés. Un enfant sur cinq ou plus se retrouve dans ces écoles du sous-continent indien, du Sahel, de l'Amérique latine et des Caraïbes, contre seulement 2 % des natifs Français. De plus, ils sont souvent orientés vers des filières scolaires plus lentes menant à des cours de formation professionnelle plutôt qu’à des cours de niveau universitaire. Plus de la moitié de tous les élèves immigrants du Sahel, d'Amérique latine et des Caraïbes se retrouvent dans des cours de formation professionnelle ; 37 % et 45 % de ces derniers se retrouvent respectivement dans des cours de niveau universitaires. Parmi les Français natifs, un tiers finit par suivre des cours professionnels et 65 % des cours de niveau universitaires". L'Unesco estime aussi les programmes pas assez inclusifs.

 

Unesco

Ichou : Les enfants d'immigrés à l'école

 

 

Par fjarraud , le mardi 20 novembre 2018.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces