Loi Blanquer : Ce que la confiance veut dire... 

"L'école de la confiance" c'est le slogan préféré de JM Blanquer , celui qui a été utilisé pour justifier sa politique tout au long de ses 18 mois de présence au ministère de l'éducation nationale. C'est encore le nom de son projet de loi sur l'école qui devrait bientôt arriver devant le Parlement. La confiance c'est, selon le Larousse, "le sentiment de quelqu'un qui se fie entièrement à quelqu'un d'autre, à quelque chose". Mais le projet de loi de JM Blanquer redéfinit le terme et sa portée. Il éclaire du coup le véritable projet du ministre. L'école de la confiance c'est celle de la mise au pas des enseignants.

 

L'article 1 de la loi Blanquer

 

 L'école de la confiance a déjà pris de sérieux coups depuis le phénomène #pasdevagues. Les enseignants ont largement témoigné de l'absence de confiance de l'institution à leur égard. Un sentiment bien rendu en retour. On croyait d'ailleurs le slogan enterré mais le ministre n'a pas hésité à l'utiliser à nouveau, juste avant que les lycéens apportent à leur tour un net démenti...

 

Le projet de loi "pour une école de la confiance" commence par un premier article qui porte sur "l'engagement de la communauté éducative". Comme d'autres articles de ce texte, il cache bien son jeu.

 

L'article 1 du projet de loi demande d'insérer un article L. 111-3-1 dans le Code de l'éducation ainsi rédigé : " Art. L. 111-3-1 - Par leur engagement et leur exemplarité, les personnels de la communauté éducative contribuent à l’établissement du lien de confiance qui doit unir les élèves et leur famille au service public de l’éducation. Ce lien implique également le respect des élèves et de leur famille à l’égard de l’institution scolaire et de l’ensemble de ses personnels. "

 

Un mot pour révoquer facilement

 

Apparemment c'est une simple déclaration philosophique dont on peut se demander  ce qu'elle fait dans un projet de loi. Mais l'étude d'impact du projet de loi, un document obligatoire fourni par le ministère aux députés, éclaire singulièrement ce que JM BLanquer appelle la confiance.

 

" Le Gouvernement souhaite inscrire, dans la loi, la nécessaire protection de ce lien de confiance qui doit unir les personnels du service public de l’éducation aux élèves et à leurs familles. Compte tenu de son importance, il serait en effet déraisonnable de s’en tenir à une simple consécration jurisprudentielle", explique l'étude d'impact.

 

"Les dispositions de la présente mesure pourront ainsi être invoquées, comme dans la décision du Conseil d’Etat du 18 juillet 2018 précédemment mentionnée, dans le cadre d’affaires disciplinaires concernant des personnels de l’éducation nationale s’étant rendus coupables de faits portant atteinte à la réputation du service public".

 

L'arrêt en question avait annulé la décision d'une cour administrative d'appel  qui était revenue sur une décision de révocation d'un enseignant. Il s'agissait d'un professeur de Montceau-les -Mines coupable et condamné avec sursis pour agressions sexuelles sur mineurs de quinze ans. Pour chasser cet enseignant du métier , le Conseil d'Etat a argué de " l’exigence d’exemplarité et d’irréprochabilité qui incombe aux enseignants dans leurs relations avec des mineurs, y compris en dehors du service" et de l’importance de l’atteinte portée " à la réputation du service public de l’éducation nationale ainsi qu’au lien de confiance qui doit unir les enfants et leurs parents aux enseignants du service".

 

Faire taire les profs sur les réseaux sociaux

 

Exploitant cette affaire très particulière, le projet de loi Blanquer exploite cet arrêt dans un tout autre domaine. Il ne s'agit plus de délinquant sexuel condamné mais de n'importe quel prof. Il ne s'agit plus de la violation perverse de la relation pédagogique mais du lien d'obéissance au ministre.  En s'appuyant sur cet article et cette évocation de la confiance, le ministre veut pouvoir sanctionner ce qu'il n'arrive pas à punir actuellement.

 

L'étude d'impact donne des exemples. "Il en ira par exemple ainsi lorsque des personnels de la communauté éducative chercheront à dénigrer auprès du public par des propos gravement mensongers ou diffamatoires leurs collègues et de manière générale l’institution scolaire. Ces dispositions pourront également être utilement invoquées par l’administration dans les cas de violences contre les personnels de la communauté éducative ou d’atteintes au droit au respect de leur vie privée, notamment par le biais de publications sur des réseaux sociaux".

 

La confiance c'est la soumission

 

Ainsi toute critique portée par un enseignant sur l'institution pourrait être légalement sanctionnée par une révocation. Ce que poursuit le ministre c'est la généralisation du devoir de réserve qui concerne aujourd'hui les seuls cadres du système éducatif ou des cas bien particuliers. Les violences tout comme la diffamation sont déjà punis par la loi. Le devoir de réserve peut être invoqué pour des enseignants qui feraient campagne contre l'institution (et non contre un responsable politique). Or la liberté de parole des enseignants est nécessaire à l'exercice du métier. Ils doivent éthiquement privilégier l'intérêt de l'élève avant celui de l'institution. Ils doivent pouvoir exercer librement un droit de critique sur le fonctionnement de l'institution. Celle-ci d'ailleurs le leur demande quand il s'agit des programmes par exemple.

 

On mesure le glissement que permettrait le passage de cet article. JM Blanquer inscrit cet article pour permettre une systématisation des sanctions et faire en sorte que les enseignants se taisent, notamment sur les réseaux sociaux, dernier espace de liberté.

 

Cet article autoritaire, qui ferait des enseignants une catégorie spéciale de sous-fonctionnaires, montre à quel point le mot confiance est un piège. Si, pour Orwell, " la liberté c'est l'esclavage", pour l'auteur de ce projet de loi, la confiance c'est la soumission.

François Jarraud

 

L'étude d'impact

La loi Blanquer : Dossier

 

 

 

Par fjarraud , le mercredi 12 décembre 2018.

Commentaires

  • Viviane Micaud, le 12/12/2018 à 08:09
    En effet, très inquiétant. 
    La différence entre la langue de bois voulue par la rue de Grenelles et la réalité du terrain explique que l'école en dysfonctionnement depuis la réforme du collège de 1975, n'a pas su trouver de solution depuis en place.
    Blanquer remet en place un fonctionnement qui bloque le système.
    Il met en place les conditions pour que l'école deviennent de plus en plus l'école de la défiance..... tout en proclamant le contraire.
    • cdivoux1, le 12/12/2018 à 09:41
      Et lorsque la défiance sera bien installée, on dira que le système ne fonctionne pas, qu'il faut donc le supprimer ou l'amputer. Les parents qui auront les moyens mettront leurs enfants dans le privé qui commence déjà à se frotter les mains (lire à ce sujet le Monde Diplomatique de septembre 2018). Privé dans lequel auront d'ici là pentouflé quelques personnes que je ne citerai pas au cas où le projet de loi serait rétroactif...
      • tachounette44, le 10/03/2019 à 01:31
        Que devront arguer les postulants au concours ??? 
        jouer les "béni oui oui", faire de l'eugénisme devant le jury tout en sachant que rien ne va ???

        Franchement....   je me pose la question à savoir : je continue ou je bifurque ailleurs ? 

        Pourtant je me suis mise à aimer cette profession....  mais obéir à un dictateur qui s'ignore..  non ! 
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces