L'Expresso du 04 février 2019 

Le fait du jour

Six ans après un premier numéro consacré au continuum lycée - enseignement supérieur, la revue "Administration & éducation de l'AFAE (une association qui réunit de hauts cadres de l'éducation nationale) revient sur un sujet que la réforme des lycées et Parcousup inscrivent dans l'actualité. Coordonné par Françoise Martin Van der Haegen, ce numéro prend de la hauteur. On retiendra trois éclairages : une histoire des frontières entre lycée et enseignement supérieur proposée par Alain Boissinot, une réflexion sur l'échec en licence introduite par Bernard Dizambourg et un regard étranger sur les parcours d'étudiants, rédigé par Nicolas Charles et Romain Delès. Tous trois relativisent ou au moins éclairent les changements impulsés récemment et laissent prévoir des évolutions ultérieures.

 

(...)

 
04/02/2019 à 06:41  |  (1 commentaire)
La classe

L’écrit d’appropriation est une recommandation des nouveaux programmes de français au lycée. Comment la mettre en œuvre en classe ? Comment faire aussi de cet écrit d’appropriation d’une œuvre littéraire un travail de réappropriation d’internet ? Des lycéenn.nes de l’Iroise à Brest ont tenté de reconstituer l’identité d’un personnage de Sylvie Germain en créant les traces qu’il aurait pu laisser en ligne sur les réseaux sociaux, moteurs de recherche, sites de vente, répondeurs, plateformes de streaming... Partagé sur leur blog i-voix, le travail créatif renforce le plaisir de la lecture et l’intelligence de l’œuvre. La pratique réflexive permet même aux élèves de construire une distance critique par rapport à leurs propres usages numériques. Jusqu’à réaliser le vœu de Louise Merzeau : apprendre à « anticiper le devenir trace de sa présence en ligne » ? Ce travail présenté au récent forum Eidos 64 ouvre d’intéressantes perspectives pédagogiques à la veille du Safer internet day 2019. Et si on complétait le RGPD par une véritable pédagogie des données ?

 

(...)

  
04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le système

Ambiance salle des profs , le 2 février devant le ministère de l'éducation nationale. Environ 200 stylos rouges sortaient de l'ombre pour faire entendre leurs revendications. Si incontestablement, les stylos rouges représentent bien les enseignants de terrain, s'ils portent des revendications largement partagées, si leurs forums sur Facebook sont toujours très fréquentés, leur mouvement singulier n'a pas réussi une forte mobilisation. Les enseignants sont-ils à ce point résignés ?

(...)

 
04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le système

"La réforme permet au contraire de compenser les inégalités. Nous avons implanté certains enseignements de spécialité dans les lycées les plus défavorisés". Dans une double page du Journal du Dimanche du 3 février, le ministre de l'éducation nationale peut à loisir défendre sa réforme du lycée sans aucun regard critique si ce n'est dans les propos même du ministre. Car comment à la fois assurer qu'on combat les inégalités et "en même temps" rappeler que l'on défend toutes les filières élitistes dont la composition sociale est très favorisée ? Un bel exemple en est donné par les futurs établissements internationaux créés pour les enfants de cadres internationaux mais où le ministre "s'engage à ce qu'ils soient mixtes". Le ministre  affirme que "92% des lycées proposent au moins 7 enseignements de spécialité.. auparavant seuls 84% des lycées offraient les trois séries" comme si les deux termes étaient comparables.  Les trois séries c'est 100% de choix , 7 spécialités ce n'est qu'une partie modeste des spécialités proposées. Ce n'est pas par hasard que la réforme prévoit de faire suivre dans un autre lycée des spécialités, solution impossible sur de nombreux territoires. Mais le ministre affirme aussi que "les dédoublements des CP et CE1 ne se feront pas au détriment des autres niveaux"... On retiendra donc de cet article que la réforme du lycée a besoin d'un effort de promotion...

 

Dans le JDD

 

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le système

La Cgt, FO, Solidaires et la FSU Ile de France appellent à manifester le 5 février pour la réindexation des salaires, des pensions et des retraites. " Au moment où les actionnaires des entreprises du CAC 40 se voient verser en 2018 le montant record de 57,4 milliards €, où les entreprises bénéficient de 40 milliards € au titre du crédit impôt compétitivité emploi (CICE) et où l’évasion fiscale est évaluée entre 80 à 100 milliards €, l’heure est plus que jamais à la riposte interprofessionnelle pour obliger le gouvernement et le patronat à répondre à l’urgence sociale". Le Snes Fsu national appelle à y participer.

 

Snes

 

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le système

Les premiers résultats de la consultation des professeurs de SES sur la réforme du lycée organisée par l'Apses sont tombés. Sur 337 établissements , la moitié verront des pertes de BMP (des paquets d'heures d'enseignement) en SES, un cinquième la perte d'au moins un poste. Les dédoublements disparaissent en seconde dans 149 lycées et augmentent dans 15. En première le ratio est de 186 disparitions contre 6.

 

Sur le site Apses

 

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le système

Comment se débarrasser des bacheliers professionnels qui veulent faire des études supérieures au moindre coût ? Le gouvernement a créé les "classes passerelles" qui permettent de mettre au parking des jeunes sous prétexte de les préparer au BTS dans des formations qui ne donnent ni qualification ni le droit d'entrer en BTS. Un communiqué du ministère de l'enseignement supérieur du 1er février sur "la concertation sur la professionnalisation" annonce une autre mesure. Dans les 10 préconisations est citée celle-ci : " Enrichir la voie professionnelle en ouvrant la licence professionnelle aux 180 E.C.T.S. et en ouvrant la voie à la diplomation à Bac +1". On retrouve là l'idée de "brevet professionnel supérieur" avancée en 2014 par G. Fioraso. En créant un diplôme réservé aux seuls lycéens professionnels, de niveau bac +1 , on se débarrasse au moindre coût des aspirations de ces jeunes. Le communiqué précise que " la restitution des travaux menés par les partenaires sociaux montre que des discussions doivent encore être menées à partir des préconisations énoncées".

 

Communiqué

Le brevet de G Fioraso

Le devenir des lycéens professionnels

 

 

04/02/2019 à 06:41  |  (14 commentaires)
Le système

" À l'appel de six organisations syndicales (FSU, Unsa-Éducation, Speg, SNCL-Faen, Sep-CGT, FO-Fnec-FP), la quasi totalité des collèges et lycées du département n'ont, en effet, pas pu accueillir les élèves faute d'enseignants", écrit France Antilles. La Guadeloupe a connu deux journées de grève avec u taux de grévistes de 60% selon les syndicats.

 

FRance Antilles

 

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le système

" Élèves et professeur.e.s du lycée Pasteur, nous sommes à la recherche de locaux pouvant nous accueillir dès septembre 2019. Conséquence de la réforme et du petit budget accordé par le rectorat, les enseignant.e.s devront faire cours à 35 élèves dans la quasi-totalité des matières. Nos locaux actuels, bien que fraîchement rénovés, ne peuvent pas contenir un si grand nombre d’élèves. Nous recherchons donc des salles répondant aux critères suivants :  Capacité minimum : 35 élèves". Des enseignants de Besançon ont fait paraitre cette annonce sur Le bon coin...

 

Sur le bon coin

 

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le système

JM Blanquer étant retenu par sa loi à l'Assemblée, c'est G. Attal qui a du répondre le 31 janvier à la question d'Anne Chain-Larché (LR) sur les fermetures de classes en zone rurale. La sénatrice annonce 180 fermetures en Seine et Marne touchant 150 communes sur 507 contre moins d'un tiers d'ouverture et des élus locaux "désespérés". G Attal répond que dans le département il y aura 700 élèves en moins et 40 professeurs des écoles en plus et que les fermetures ne sont pas actées. Il n'a pas convaincu A Chain-Larché. "Qui fait des efforts ? Des enfants qui ont le seul tort de vivre à la campagne, des enseignants qui ont besoin de stabilité, des territoires qui souffrent et que vous refusez d'entendre".

 

Sur le site du Sénat

 

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)

La loi Blanquer

L'article 1 de la loi Blanquer maintenu

Réunie pour examiner la loi Blanquer sur l'école de la confiance, la commission de l'éducation de l'Assemblée nationale a maintenu intégralement la rédaction de l'article 1 en ajoutant simplement un rappel de la loi de 1983 sur les droits et obligations des fonctionnaires. Alors que le ministre et la rapporteure avaient déclaré souhaiter une nouvelle rédaction, alors surtout que de nombreux enseignants ont réagi à cet article, le maintien de l'article 1 confirme...

 

(...)

 

Lisez l'article...

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)

Pédagogie

 

Bien-être : Pratiquer  le yoga pour  mieux vivre l’école ?

Face aux  souffrances ordinaires,  au  stress, aux tensions et  pressions que vivent les élèves  au quotidien, le yoga pratiqué en contexte scolaire peut-il être un appui pour mieux vivre l’école ? L'Ecole est une institution qui a une place particulière dans  la construction psychique et sociale des sujets  : elle est souvent le premier lieu de séparation avec la famille, l'un des premiers lieux de socialisation, d’apprentissage de savoirs,  mais aussi des normes et des valeurs de sa société, le premier lieu du rapport à l’altérité, le premier lieu de compétition et de solidarité, l’un des premiers lieux de souffrance parfois. L’éducation est affaire de tripes...

 

(...)

 

Lisez l'article...

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
La classe

Sur son blog B Devauchelle appelle à une évolution des rôles en éducation. "Faire société » et développer cette capacité chez chacun des jeunes et des adultes c’est choisir d’assumer une responsabilité active face à une dépression collective dont la légitimité ne peut être contestée. Mais le constat ne suffirait pas, tout éducateur se doit de participer au développement d’une éducation qui permette de faire société, de réinventer la société". Pour lui, le développement du numérique explique la "dépression collective" qui frappe le pays. "Les mouvements auxquels nous assistons depuis plusieurs mois sont surtout le signe d’une forme de « dépression collective ». Dépression d’autant plus étonnante qu’elle n’est pas basée sur la perte d’un sentiment d’auto-efficacité, la plupart de ceux qui s’expriment dans la rue pensent qu’ils peuvent arriver à changer le cours des choses, mais plutôt à un manque « d’estime de soi ». Même si cette analyse est un peu caricaturale et trop rapide, elle permet toutefois d’aborder la question des éléments de contexte qui peuvent amener à ce que nous nommons dépression collective. Nous vivons depuis maintenant 50 ans la montée en puissance de l’informatique dans la société. Après avoir concerné le monde des entreprises et du travail en général, l’informatique s’est offert une place de premier choix dans notre vie quotidienne allant jusqu’à devenir un « allant de soi », marquant ainsi le caractère quasi inéluctable de la généralisation de l’informatique en arrière-plan de ce que l’on nomme désormais numérique. Dans le même temps c’est cette même informatique qui a transformé le travail et l’a complexifié en automatisant de plus en plus de tâches routinières".

 

Sur son site

 

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
La classe

"Dans un établissement scolaire, en cas d'accident dû à un défaut d'entretien qui est responsable", demande l'Autonome de solidarité ? " La victime d’un dommage causé par un ouvrage public peut saisir le tribunal administratif pour faire reconnaître la responsabilité de l’Etat ou celle de la collectivité de rattachement. Les responsabilités peuvent être partagées y compris du fait de la faute commise par la victime. Comment sont mises en jeu les différentes responsabilités ?"

 

Sur son site

 

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
L'élève

L'Assemblée nationale a adopté le 31 janvier la proposition de loi sur l'école inclusive déposée par le député PS C. Bouillon. Mais en la vidant de ses articles les plus importants et en renvoyant les parents vers les enseignants. La loi réforme le statut des AESH en les maintenant dans la précarité.

 

(...)

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Au collège Jean Lachenal à Faverges en Haute-Savoie, Laïla Methnani a exploré avec ses 4èmes l’ouvrage « Regarde les lumières mon amour » dans lequel Annie Ernaux promène son regard et son écriture sur la vie d’un hypermarché. La séquence comprend journal de lecteur, étude d’extraits, débat, exploration de documents complémentaires… Elle invite aussi à des productions créatives : représentation en bande dessinée (avec le logiciel Pixton) d’une scène du livre jugée théâtrale ; montage-collage « de produits de consommation qui vous définissent » avec justification des choix. Il s’agit d’amener les élèves à réfléchir et jouer « sur les notions d'intimité (ce qui vous appartient et que vous gardez secret), d'extimité (ce qui pourrait être intime mais que vous choisissez d'exposer ... comme vous le faites sur les réseaux sociaux) et de public (les produits de consommation qui ne vous posent pas de souci d'exposition). »

 

La séquence en ligne

Laïla Methnani dans le Café

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
Les disciplines

 « Il ne suffit pas de mettre des élèves en groupes pour qu'ils apprennent la coopération. C'est une épineuse question à laquelle les outils numériques que je vais présenter ici tentent de répondre simplement. » Sur le site Lettres de l’académie de Reims, Adeline Toussaint Conseil propose 5 tutoriels vidéo pour aider à mettre en œuvre dans la classe  des pratiques d’écriture collaborative : présentation de l’éditeur en ligne que constitue le pad, exemples d’utilisation pour l’écriture d’invention, l’écriture argumentative, la lecture analytique, la traduction à plusieurs en Langues et Culture de l’Antiquité …

 

Les tutoriels

 

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
Les disciplines

A Château-Gontier, Pascal Doisneau a conduit ses secondes à construire des liens entre la pièce de Molière « L’école des femmes » et le tableau de Vermeer « La dentellière ». Un débat est orchestré autour de la fiction suivante : « Un metteur en scène souhaite placer ce tableau sur l’affiche du spectacle. Un débat nait avec sa troupe, à laquelle il a fait la proposition. Trouvez les explications et arguments qui nourrissent ce débat. Vous placerez les mots suivants : couleurs, lumière, composition de l’image, cadrage, angle de vue. »  Dans un second temps est lancée cette écriture créative : «  Imaginez, en respectant les règles d'écriture théâtrale et le ton de la pièce de Molière, le discours que pourrait tenir Arnolphe à Agnès à partir de ce tableau, tel que vous l'avez analysé, et ce qu'elle pourrait répondre au nom de la liberté des femmes, de leur droit à l’éducation et à l’autonomie. »

 

Explications en ligne

 

 

04/02/2019 à 06:41  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le lundi 04 février 2019.

Partenaires

Nos annonces