L'Expresso du 05 février 2019 

Le fait du jour

"Première victoire !" "Bonne décision" : les syndicats saluent l'annonce de l'abandon de la suppression des rectorats faite par JM Blanquer lors du débat sur la loi Blanquer, le 31 janvier. Le ministre a précisé qu'il maintiendrait la trentaine de rectorats existants, qui devaient disparaitre début 2020, et les doterait même chacun d'un vice-chancelier. Mais ses propos, et ses silences, lors de la réunion de la Commission de l'éducation de l'Assemblée, donnent à penser qu'on est loin de l'abandon réel d'une réforme gouvernementale et qu'il ne faut pas tuer la peau de l'ours... Alors que la loi Blanquer arrive dans l'hémicycle le 11 février, les députés auraient intérêt à lever les ambiguïtés des réponses du ministre.

 

(...)

05/02/2019 à 07:31  |  (1 commentaire)
Le fait du jour

Alors qu'avec Parcoursup et les Fiches Avenir les professeurs sont invités à recueillir des informations personnelles sur les engagements, les pratiques, l'environnement social des élèves, Audrey Murillo livre une nouvelle étude, dans la revue La recherche en éducation (n°19), sur la façon dont les lycéens accueillent et utilisent les fiches de renseignement. Elle montre que les élèves les plus gênés par la pratique, très générale, des fiches de renseignement sont les plus défavorisés. Les élèves doutent de la bienveillance avec laquelle ces fiches seront traitées. Par conséquent ils développent des stratégies pour mentir. Mais pas sur les mêmes domaines : les plus défavorisés mentent sur leur famille, les plus favorisés sur leur hobbies. Pour A Murillo, globalement les fiches de renseignement renforcent les avantages des plus favorisés grâce à l'effet Pygmalion. Il importe que les enseignants, quelles que soient les incitations officielles, s'interrogent sur les questions qu'ils posent à leurs élèves.

 

(...)

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
La classe

Le cri d’alarme de cette jeune enseignante de SVT soulève de nombreuses questions à la lecture des futurs programmes dispensés au lycée. Pour Justine Renard, enseignante stagiaire de SVT au lycée international Europole de Grenoble, « la configuration et le contenu des programmes de 2nde ne permettent que d’effleurer la question environnementale ». La spécialisation précoce des élèves en 1ère est aussi à l’origine aujourd’hui « de nombreuses décisions politiques ou démarches industrielles délétères pour notre environnement et notre santé ». Justine Renard questionne l’impact environnemental des nouvelles technologies et plaide pour « un modèle de réussite collective qui s’assure que nos besoins soient assurés dans des conditions durables et viables pour tous ».

 

(...)

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
Le système

Premier mouvement cherchant la convergence entre syndicats et gilets jaunes, la grève du 5 février a été lancée par la Cgt. Mais d'autres syndicats appellent à y participer comme le Snes Fsu et Sud éducation et, localement, des sections du Snuipp Fsu. Les revendications portent sur la revalorisation salariale et  le maintien des services publics partout où c'est nécessaire. Les cantines devraient être fermées dans de nombreuses communes. Selon Ouest France , les organisateurs attendent 200 000 manifestants.

 

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
Le système

" Le Conseil supérieur des programmes (CSP) débutera, mardi 5 février 2019, l’examen, la discussion et le vote des projets de programme des enseignements généraux de la voie professionnelle. Ces séances se dérouleront jusqu’à la mi-février", annonce le CSP. Ces nouveaux programmes concernent les arts appliqués et cultures artistiques, l’économie-droit, l’économie-gestion, l’éducation physique et sportive, l’enseignement moral et civique, le français, l’histoire-géographie, les langues vivantes étrangères, les mathématiques, la physique-chimie et la prévention-santé-environnement. Au total leur rédaction aura mis seulement deux mois. Comment cela est-il possible ? Le lycée professionnel suscite peut-être moins d'intéret rue de Grenelle que le lycée général. Et les horaires sont tellement allégés avec le nouveau bac pro que la rédaction est accélérée.  Ainsi , selon l'APHG, en Bac Pro, il est question d’1H30 d’HG par semaine en 2nde et d’1H en Terminale. L'enseignement général est particulièrement affecté par la réforme. Avec l'obligation de choisir entre les options insertion professionnelle  et poursuite d'études en terminale, cela confirme l'intention ministérielle de bloquer l'entrée des lycéens professionnels dans le supérieur.

 

 

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
Le système

"Procéder comme le fait M. Dehaene , par injonctions, est contre productif. On donne une image péremptoire des neurosciences qui pourrait se retourner contre elles". Dans Le Nouvel Obs, Olivier Houdé, qui a refusé de siéger au Conseil scientifique de l'éducation nationale, étrille ses membres. Il dénonce "une instrumentalisation" des neurosciences par JM Blanquer. Il n'est pas seul. JP Lachaux estime que les apports scientifiques mettront 15 à 20 ans à pénétrer les classes. "Un temps qui a peu à voir avec celui de la politique", souligne le journaliste G. Le Guellec. Dans un autre article , O Houdé s’élève contre l’instrumentalisation des sciences du cerveau par Jean-Michel Blanquer et son conseiller Stanislas Dehaene.

 

L'article

 

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
Le système

"La Commission considère-t-elle que la non-publication notamment des algorithmes locaux de traitement des dossiers par les commissions d’établissements est conforme au Règlement Européen sur la Protection des Données notamment au regard du principe de transparence dans le traitement des données à caractère personnel tels que définis à l’article 5 et 12 du règlement ? La Commission considère-t-elle que le recours au critère du lycée d’origine pour départager les candidats peut être assimilé à une pratique discriminatoire ? " Ces deux questions ont été posées par la député européenne Front de gauche Marie Christine Vergiat. Elle demande à la commission ce qu'elle compte faire.

 

Sa question

 

 

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
Le système

"Selon les remontées des sections académiques du SE-Unsa, les dotations sont insuffisantes pour proposer des combinaisons variées au choix des élèves, dépasser la hiérarchisation des filières existantes (L, ES, etc.) et remettre en cause la primauté du bac général scientifique", déclare Stéphane Crochet, secrétaire général du Se -Unsa. Contrairement à ce qu'affirme le ministre, " la carte des spécialités présentée dans les académies, peine même parfois à assurer la reproduction des filières actuelles, sans réussir à favoriser les établissements peu attractifs, qu’ils soient en milieu rural ou milieu urbain". Le sydnicat relève aussi la détérioration des conditions d'enseignement du fait des suppressions de postes. " Le SE-Unsa juge que le gouvernement sabote sa propre réforme et l'appelle à prendre ses responsabilités : soit se donner tous les moyens, soit repousser la mise en œuvre de cette réforme pour retrouver ses ambitions initiales."

 

Communiqué

 

05/02/2019 à 07:31  |  (1 commentaire)
Le système

Tout est parti du lyéce Déodat de Séverac à Toulouse. 13 enseignants du lycée ont démissionné de leur fonction de professeur principal fin janvier. Leur mouvementa été soutenu par une pétition signée par une centaine de professeurs du lycée qui s'engagent à refuser la fonction à la rentrée 2019. Ils protestent contre la réforme du lycée, "le manque de moyens humains avec la diminution du nombre de postes d’enseignants, de conseiller(e)s d’orientation psychologues, d’infirmier(e)s, d’assistant(e)s d’éducation; l’accroissement en conséquence de notre charge de travail par la multiplication des missions qui ne sont plus assurées par les personnels compétents; l’absence de revalorisation de la rémunération des professeurs principaux compte tenu des nombreuses nouvelles missions qui nous sont confiées". Le mouvement gagne maintenant d'autres lycées de la ville rose. Le 6 février plus de 60 enseignants présenteront leur démission devant le rectorat.

 

 

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
Le système

L'APHG, association de professeurs d'histoire-géo, pointe la réforme des lycées dans un communiqué. Elle dénonce " des contraintes nouvelles de la classe de Première avec l’introduction d’épreuves de contrôle continu ; l’absence de visibilité quant à la nature des épreuves (du bac) ; des programmes trop chargés tout particulièrement dans la voie technologique ; un recul drastique des horaires d’Histoire-Géographie dans l’enseignement professionnel et en série STMG", la "mise en cause du caractère national" du bac. Au passage, l'APHG " réclame l’attribution de la totalité de l’enseignement de spécialité Histoire-Géographie-Géopolitique-Science politique aux enseignants d’Histoire-Géographie", une spécialité où les professeurs de SES sont appelés à intervenir.

 

Communiqué

 

 

05/02/2019 à 07:31  |  (1 commentaire)
Le système

" Des élèves insolents, bagarreurs, parfois violents envers leurs enseignants, on en a aussi dans les écoles. On n’a déjà pas de surveillants, pas de CPE, et on n’aurait plus de directeur sur place non plus ?" Sur sa page Facebook, Charivari, une blogueuse célèbre auprès des professeurs des écoles, réfléchit aux effets de la création des "établissements des savoirs fondamentaux" approuvée par la Commission de l'éducation de l'Assemblée et incluse dans la loi Blanquer. " L'amendement qui vient d’être adopté précise que, partout où « la communauté éducative l’estime utile » (traduction :chaque fois qu'il n’y aura pas de volontaire pour être directeur dans les conditions bien dégradées qu'on a vues) on pourra supprimer les directeurs d’école, en particulier dans les petites écoles, pour que le rôle de directeur soit assuré par un directeur adjoint du principal du collège... Ce n’est pas le directeur du collège qui sermonnera les élèves insolents comme le faisait le directeur d’école, ce n’est pas lui non plus qui couvrira les livres de notre bibliothèque comme le faisait notre EVS. Non, même si, officiellement, le directeur venait à être basé au collège, les tâches qu’il assumait, quasiment toutes locales, resteraient sur place. Elles seraient assumées par les maitres de l’école, sans décharge de direction, sans EVS et sans prime de direction, bien sûr. Économiquement, c’est une aubaine extraordinaire. J’imagine les dollars qui scintillent dans les yeux de nos gouvernants. Mais les maitres et les élèves dans tout ça ? Ce qui m’inquiète le plus, c’est la disparition de l’autorité de l’école. Le titre de directeur, même s’il est méprisé par nos parlementaires, signifie encore quelque chose pour les élèves, et même leurs parents."

 

Sur sa page Facebook

Sur l'école du socle

 

05/02/2019 à 07:31  |  (1 commentaire)
La classe

Reporté en raison de la manifestation des gilets jaunes du 6 décembre, le séminaire national de l'OZP aura lieu le 9 février , annonce l''OZP. Ce séminaire national a un objectif précis : construire l'évaluation nationale de l'éducation prioritaire qui était prévue mais que le ministre rechigne à mener. " Dans un contexte de remise en cause systématique de l’éducation prioritaire, notamment de la part de commentateurs qui n’en connaissent ni l’histoire ni les réalités, entreprendre cette évaluation s’impose. L’OZP a décidé de prendre l’initiative pour engager « Une évaluation publique de l’éducation prioritaire 2014-2019 ». Cette évaluation devra se faire avec l’ensemble des acteurs engagés dans cette politique. Le séminaire constituera un moment d’élaboration de documents d’évaluation régulatrice à destination des réseaux d’éducation prioritaire". Pour le faire l'OZP réunit son conseil scientifique avec notamment Anne Armand, Marc Bablet, Françoise Lorcerie, Patrick Picard, Jean-Yves Rochex, Jean-Michel Zakhartchouk.

 

 

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
La classe

" Il faut commencer par la structure des phrases simples, puis passer à la construction de phrases complexes. Les accords devraient être enseignés uniquement lorsque la base est maîtrisée". Marie-Claude Boivin (Université de Montréal) et Reine Pinsonneault (UQAM) publient dans la Revue canadienne de linguistique appliquée un article analysant les erreurs dans un millier de textes d'écoliers, collégiens et lycéens. "À tous les niveaux scolaires, les erreurs les plus fréquentes relèvent de la syntaxe (en particulier, ponctuation et homophones grammaticaux). Le nombre d’erreurs liées à la phrase simple diminue peu avec le niveau. Parfois, il n’y a pas de différence significative entre certains niveaux, notamment entre la 2e secondaire et la 6e primaire. Aussi, les élèves de 2e secondaire font significativement plus d’erreurs d’accord régi par le sujet que ceux de la 6e primaire. Cette absence apparente de progression pour certaines catégories pourrait être attribuée à la production par les élèves plus âgés de contextes syntaxiques plus complexes. Les résultats permettent de discuter certains indicateurs de maturité syntaxique", notent elles. Elles insistent sur l'importance de travailler la syntaxe, qui traite principalement de l'ordre des mots et de la structure interne des groupes de mots dans la phrase. «C'est la clé pour maîtriser le français écrit", affirme Reine Pinsonneault dans un article publié par l'UQAM. "Les élèves doivent savoir qu'on ne peut pas uniquement faire l'accord avec le mot à gauche ou à droite; il faut avoir une vue d'ensemble de la phrase et comprendre les relations entre les groupes de mots."

 

Dans la RCLA

Sur le site de l'UQAM

 

 

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
L'élève

Parcoursup, la plateforme d'inscription aux études supérieures a ouvert mardi 22 janvier. Votre inscription et l’enregistrement de vos vœux constituent la 1ère étape clé de la procédure. Des questions sur son fonctionnement ? Sur vos propres choix ? Mercredi 6 février (14h-15h30), des Psy-EN répondront en direct à toutes vos questions. Vous pouvez d'ores et déjà soumettre vos interrogations. Un second rendez vous est fixé au 15 février pour les candidats en situation de handicap.

 

Les tchats

 

 

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Dans un communiqué, l’association des professeurs de biologie et de géologie regrette que ses nombreuses consultations menées auprès des enseignants de SVT ne soient pas prises en compte dans la mise en place des nouveaux programmes au lycée. « La demande de liens explicites vers le programme de cycle 3 et cycle 4 ainsi que certains allégements » sont toujours attendus. En 1ère, l’APBG demande « des items de santé publique » et « dénonce un programme trop ambitieux ». « Nous étions pleins d’espoir, nous nous sommes investis, sans compter nos heures et sans être déchargés de nos cours, nous avons le sentiment d’avoir été utilisés », conclut le bureau national.

 

Lire le communiqué

SVT : Des programmes de lycée plus difficiles ?

SVT et sciences : Quelles nouveautés dans les programmes du lycée ?

 

05/02/2019 à 07:31  |  (1 commentaire)
Les disciplines

Cette nouvelle application fait des déjà des heureux parmi les professeurs de biologie de la planète. Biorender permet de créer des schémas scientifiques rapidement grâce à des centaines de modèles déjà enregistrés dans sa base. Anticorps, enzymes, ADN, organes, animaux … la banque balaye l’ensemble du programme des sciences de la vie. Disponible en ligne et sans téléchargement, la version gratuite se teste pour l’instant avec une adresse email et un mot de passe. Exportable librement en JPEG, les productions des enseignants et des élèves peuvent aussi êtres partagées facilement.

 

Application en ligne

 

 

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Ca y est ! Ils l'ont fait. Avec l'aide d'Olivier Longuet, les Dudu proposent leurs problèmes de maths en BD, intégralement téléchargeable gratuitement sur leur site. " Les BD sont également une source de différenciation, on lit à son rythme à plusieurs, on scrute les renseignements sur les images ou le texte, la recherche est dense et intéressante à voir." Alors si vous voulez éponger le théorème de Pythagore au milieu des nouilles ou celui de Thalès depuis les pyramides... Bravo les Dudu !

 

Sur leur site

 

 

05/02/2019 à 07:31  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le mardi 05 février 2019.

Partenaires

Nos annonces