L'Expresso du 19 juin 2019 

Le fait du jour
Que sait-on des pratiques pédagogiques en France par rapport aux autres pays ? Finalement pas mal de choses si on suit l'enquête Talis 2018 de l'OCDE, publiée le 19 juin. Entre pratiques structurantes, management de la classe, pratiques axées sur les élèves et activités d'approfondissement, l'école française est celle de la tradition…
19/06/2019 à 11:01  |  (1 commentaire)
Le fait du jour
Chaque année, les élèves des collèges défavorisés français perdent une semaine de cours par rapport à leurs camarades favorisés. C'est l'indiscipline qui explique cet écart. En France plus d'un tiers des enseignants des collèges signale des problèmes de discipline, un taux supérieur à la moyenne de l'OCDE (28%). Et qui se concentre sur les collèges défavorisés. . C'est un des principaux enseignements de l'enquête Talis menée auprès de 3000 enseignants et 200 principaux de collège par l'OCDE. Talis pointe la ségrégation sociale dans les collèges et les conditions d'affectation des enseignants en France. Les enseignants eux se déclarent de moins en moins compétents pour faire face.
19/06/2019 à 11:01  |  (2 commentaires)
Le fait du jour
Parmi les 33 pays participant à l'enquête de l'OCDE Talis sur la formation des enseignants, la France est un cas à part. C'est le seul pays où la formation des enseignants ne débute qu'au niveau master. Et on verra que cela a à voir avec les difficultés de l'École française. Le problème n'est pas la nomination des directeurs des Espé, comme l'affirme la loi Blanquer, mais de savoir si la France veut vraiment s'offrir des enseignants formés...
19/06/2019 à 11:01  |  (1 commentaire)
Le fait du jour

Les feuilles d'automne, le stockage d'énergie et une anomalie du développement sont tombés en sciences (épreuve anticipée de L et ES). Mais le 19 était surtout marqué par les langues. Retrouvez tous les sujets de LV1 du bac général e technologique. Ainsi que le sujet d'arts appliqués du bac pro.

 

(...)

 

 

 

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
Le système

Près de 400 personnels des CIO et des directions régionales Onisep ont manifesté à Paris le 18 juin. Alors que la loi sur l'avenir professionnel est entrée en vigueur début 2019 et a donné l'orientation aux régions, les uns et les autres ne savent toujours pas ce qu'ils vont devenir. D'où la question...

 

(...)

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
Le système

Psychologue scolaire, psychologue de l’éducation nationale… Deux appellations différentes pour le même métier ? Une reconnaissance institutionnelle de la spécificité de ce poste ? Sûrement. Auparavant, pour être psychologue scolaire, il fallait être professeur des écoles titulaire, être titulaire d’une licence de sciences de l’éducation et partir en formation pendant un an. Les psychologues scolaires du premier degré étaient rattachés au RASED (Réseau d’aides spécialisées aux enfants en difficulté), ceux du second degré étaient aussi conseillers d’orientation. Aujourd’hui, le psychologue scolaire ne passe plus par la case professeur des écoles. Il s’agit d’un nouveau corps de l’éducation nationale, harmonisé sur le premier et second degré. Mais dans les faits, que fait un psychologue scolaire ? Quelles sont ses missions ? Cécile Garonou, psychologue de l’éducation nationale en Seine-Saint-Denis nous en parle.

 

(...)

19/06/2019 à 07:24  |  (1 commentaire)
L'élève

Comment transformer en suspense sous tension une journée ordinaire dans la vie d’une mère de famille débordée ? Pour son premier long métrage, sélectionné à Cannes en 2018 par la ‘Semaine de la critique’ et récompensé par le Prix Fipresci, Zsofia Szilagyi, initiée à la réalisation par une formation à l’Académie du cinéma de Budapest consolidée par l’expérience de l’assistanat, se lance, caméra à l’épaule, aux trousses d’Anna, son héroïne du quotidien sans la lâcher d’une semelle. Des taches ménagères mal gérées aux soucis financiers, du mari en train de prendre la tangente en passant par le métier (d’enseignante) à assumer jusqu’aux trois enfants nécessitant attention et amour, la protagoniste (incarnée avec panache par Zsofia Szamosi) entame sous nos yeux, avant le lever du jour, une course de fond à l’issue incertaine. La jeune cinéaste hongroise choisit la voie du réalisme brut et pratique un cinéma direct sans pathos ni afféterie. Menée à un train d’enfer, au rythme fiévreux d’un emploi du temps ne laissant aucune part à l’intime, la fiction dresse le portrait implacable d’une femme au bord de la crise de nerfs à force de devoir assumer tous les rôles familiaux et professionnels. « Anna, un jour » lève également le voile sur les contradictions de la condition féminine dans un pays, la Hongrie, dont le pouvoir conservateur promeut une politique nataliste et valorise à tout crin la maternité.

 

(...)

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
Le système

Avec le soutien de l'intersyndicale, la grève des examens continue localement à un niveau plus faible que le 17 juin mais avec de nouvelles formes d'action plus radicales. C'est dans l'enseignement agricole que le mouvement semble le mieux installé. Après le blocage du centre de correction de Montauban, des enseignants ont entrepris le 18 juin celui de Rennes. Le mouvement est soutenu par les syndicats du public, du privé et des MFR. En Ile de France, un collectif annonce  un temps fort le 20 juin dans 45 lycées. Des professeurs de philosophie de l'académie de Créteil ont entrepris une rétention des notes. Dans l'académie de Versailles, une assemblée générale des professeurs de philosophie a décidé de ne pas retirer les copies. Leur notation fictive est en débat.

 

 

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
Le système

"Le Proche et Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale" ou "En vous appuyant sur les exemples étudiés au cours de l’année, vous traiterez le sujet suivant : médias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l’Affaire Dreyfus", l'histoire est tombée en majeure en L et ES. Mais c'est la géo qui fait parler d'elle avec une étude de documents sur les opérations de maintien de la paix. Le sujet n'a pas toujours été traité en classe et les candidats s'attendaient à une carte classique. En S, ils composent sur "La Chine et le monde depuis 1949" ou "La gouvernance européenne depuis le traité de Maastricht", deux sujets pas faciles. En géo : "Une inégale intégration des territoires dans la mondialisation". En série STMG, les candidats ont le choix entre L’élection présidentielle, un enjeu majeur de la vie ou Les femmes dans la société française ou migrations internationales ou Transports et routes maritimes. Retrouvez aussi les sujets d'éco-droit et éco gestion du professionnel et les sujets de maths des bacs technologiques.

 

HG série L ES

HG série S

HG série STMG

HG série STHR

HG série ST2S

Tous les sujets

 

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
Le système

" Si les « gaulois sont réfractaires aux réformes », s’ils s’opposent aux projets du gouvernement, s’ils se mobilisent contre la loi travail ou s’ils soutiennent les gilets jaunes, c’est tout simplement parce qu’ils méconnaissent les lois du marché et les mécanismes économiques les plus élémentaires. Il est donc nécessaire d’enseigner la science économique orthodoxe afin de préparer l’opinion aux futures et incontournables réformes économiques même si celles-ci peuvent être « douloureuses »". Et c'est tout le projet des nouveaux programmes de SES selon Jean-Yves Mas et Jean Lawruszenko, professeurs de SES. " Au nom de la neutralité axiologique, les élèves n’entendront donc parler ni de libéralisme, ni de socialisme, ni de Keynes, et bien entendu ni des théories de la décroissance, de l’obsolescence programmée, de la filière inversée, de l’exploitation, de la frugalité volontaire, de la baisse du temps de travail, des délocalisations, des licenciements boursiers, du rôle des lobbys, du revenu d’existence, de la fin du travail ou du plafonnement des revenus. Dans ces nouveaux programmes de SES, le réel et les principales théories qui le légitiment, s'imposent et on ne les interroge pas. Toute remise en cause de ce qui existe est interdite. Surtout ne rien dire d'autre de ce qui se dit ailleurs. Ce programme n’est qu’une écholalie de la doxa du moment", écrivent-ils sur leur blog.

 

L'article

 

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
La classe

"Les élèves de milieu favorisé sont surreprésentés dans les dispositifs d’horaires aménagés CHAM et CHAD (soit 21 000 des 24 000 élèves de ces classes). Ainsi, plus de 4 élèves sur 10 sont issus d’un milieu social très favorisé (contre 23,0 % en moyenne pour l’ensemble des collégiens). De même, les élèves de milieu défavorisé représentent moins de 25 % des effectifs de ces classes à horaires aménagés alors qu’ils représentent près de 40 % des effectifs de collège", note la Depp dans une nouvelle publication. " Dans les collèges qui proposent un enseignement artistique, les disparités de milieu social sont importantes entre les élèves concernés et les autres élèves de l’établissement : la part de PCS très favorisées varie du simple au double (42 % contre 20 %)  selon que les élèves sont inscrits ou non dans une classe à horaires aménagés". Cette mise à l'écart sociale est tempéré par le mélange des élèves dans les classes. "Mais ces différences sociales ne se retrouvent pas dans les divisions où ces élèves sont scolarisés. En effet, dans ces divisions, 18,4 % des collégiens non inscrits en CHA sont issus d’un milieu très favorisé ; 45 % sont issus d’un milieu défavorisé". Ainsi le dispositif est un marquer social qui dans les collèges publics ordinaires signale des élèves au parcours particulier. Marqueur social qui se retrouve ensuite dans un parcours scolaire différent de celui de leurs camarades. Ces classes sont peu développées dans le privé qui n'a pas besoin de ce marqueur.

 

La note

 

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
La classe

 Qu'est ce qui tient la classe : des savoirs exigeants, une approche bienveillante , une autorité sans faille ? Marie Sylvie Claude et Patrick Rayou interrogent des élèves sur des vidéos de cours dans un article de Education & didactique (2018/3). Leur analyse est percutante. "En situation de grande insécurité, les élèves peuvent faire pression pour rester dans les régimes les moins exigeants de ces registres. Ils apprécieront donc des enseignants qui se contentent de dérouler un cours sans surprise en garantissant, par une discipline rigoureuse, une paix qui permet d’être et de demeurer dans la forme scolaire. Si, au contraire, ils estiment que les enseignants sont supérieurs par le savoir, mais proches par le respect qu’ils leur portent, ils acceptent alors d’entrer dans des apprentissages qui exigent davantage d’eux et les émancipent. La paix de la classe n’est plus alors la seule absence de guerre qu’autorise un.e enseignant.e qui s’impose, mais la condition librement consentie d’un développement personnel... Les enjeux de savoir apparaissent en effet assez vite et de façon insistante dans ces propos d’élèves qui n’attendent des adultes pas tant une bienveillance protectrice qu’une considération prenant simultanément en compte leur personne, ce qu’ils sont capables de faire et là où il faut les amener. Ils incitent ce faisant à regarder, par-delà les statuts de maîtres et d’élèves, les processus complexes qui tissent à l’école les logiques de savoir, leur signification culturelle et sociale, les tensions identitaires auxquelles elles donnent lieu, en particulier chez des adolescents".

 

L'article

L'autorité enseignante, un acte politique ?

 

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
L'élève

 Métiers du bois, métiers d'art, du bâtiment, du métal... les Compagnons des Devoirs forment chaque année 10.000 jeunes dont 6.000 apprentis dans une trentaine de métiers différents. Jonathan Proudowsky, Compagnon charpentier et formateur à la Fédération compagnonnique de Paris Île-de-France vient de terminer son tour de France. Il répondra à toutes vos questions mercredi 19 juin (14h-15h). Commencez à lui soumettre vos interrogations grâce au formulaire ci-dessous.

 

Vos questions pour le Tchat Onisep

 

 

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
Les disciplines

OUI, j'en ai assez ! J'en ai marre des projets onéreux et ronflants de certains collègues qui écrivent qu'ils organisent un voyage pour "l'ouverture d'esprit" ou "la découverte d'une autre culture". Les élèves passent des heures en car, visitent en touristes, consomment des visites, participent à des activités (encadrées, alléchantes, attractives... très chères !) et bizarrement, leurs plus beaux souvenirs sont : 1/les nuitées en dortoir 2/les veillées 3/le pique-nique/les repas 4/les "récrés" 5/le shopping... En clair, rien de ce qui était annoncé dans le programme pédagogique !

 

(...)

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Avec près d'un millier de participants, le congrès de l'Ageem, l'association des enseignants de maternelle, est un temps fort pour l'école. Le 92ème congrès se tient à Versailles du 3 au 5 juillet avec comme thème central "Osons les arts". Le congrès annonce 70 expositions pédagogiques qui présentent 70 expériences de terrain partagées avec les collègues sous forme d’exposition ou de présentation orale. A noter aussi les conférences de Christine Bolze, Viviane Bouysse, Cora Cohen-Azria , Ana Dias-Chiaruttini, Joëlle Gonthier, Alain Kerlan, Pierre Lemarquis, Mary-Eve Penancier, Gilles Petreault, Jean-Marie Schaeffer, Alain Serres et Yves Soule.

 

Le congrès

 

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
Les disciplines

" Pour démarrer tranquillement mais sûrement, j'ai préparé 2 ateliers de manipulation. Les 2 étant faisable sur une heure... Je vous reprécise que ces ateliers ne sont pas un passage obligatoire. Si un élève est au point sur les angles, il peut ne pas les faire du tout ou en faire une seule partie. Je tâche de les rendre à l'écoute de leur compétence". Sur le site "un deplus", une nouvelle méthode pour aborder les maths par manipulation.

 

Sur le site

 

19/06/2019 à 07:24  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le mercredi 19 juin 2019.

Partenaires

Nos annonces