L'avenir de l'école primaire décidé cet été 

Finalement c'est le 22 juin que la proposition de loi Rilhac sur les directeurs d'école sera étudiée par l'Assemblée nationale. Pour un texte déposé le 12 mai, c'est une accélération record. Soutenue par tout le groupe LREM, la proposition de loi bénéficie aussi de l'appui du ministre de l'Education nationale, par ailleurs engagé dans une concertation sociale sur le métier de directeur. Si le texte contient quelques avancées matérielles pour des directeurs d'école qui en ont bien besoin, s'il abandonne l'idée de confier les écoles aux principaux de collèges ou de créer un corps de directeurs d'école, la proposition de loi veut créer des emplois fonctionnels de directeurs d'école. C'est une autre façon d'installer une hiérarchie dans les écoles.

 

Troisième tentative

 

On croyait la question du statut des directeurs d'école enterrée après le double échec de l'amendement Rilhac à la loi Blanquer (celui sur les EPSF) et de la consultation lancée début 2020 par le ministère suite au suicide de C Renon. Cette consultation a conclu que les professeurs des écoles ne veulent pas de directeurs ayant un statut de supérieur hiérarchique. On croyait aussi qu'avec la crise sanitaire doublée d'une crise économique, il y avait plus urgent que faire une loi sur le statut des directeurs d'école.

 

Mais visiblement la majorité n'a pas digéré ce double échec. Le ministre non plus. Elle avance, avec la proposition Rilhac, un nouveau texte qui tente un compromis sur la forme sans rien lâcher au fond.

 

Des directeurs sur emplois fonctionnels

 

La proposition de loi Rilhac n'envisage plus de changer le statut des directeurs d'école. Ils resteraient des professeurs des écoles. Mais ils seraient nommés par les Dasen sur des emplois fonctionnels. Selon l'article 2 de la proposition de loi, "le directeur d’école maternelle, primaire et élémentaire dispose d’un emploi fonctionnel... Il est nommé par l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale, sur une liste d’aptitude établie dans des conditions fixées par décret. Ne peuvent être inscrits sur cette liste d’aptitude que les enseignants ayant suivi une formation à la fonction de directeur d’école et justifiant de cinq années d’exercice dans des fonctions de professeur des écoles ou de directeur d’école".

 

Les emplois fonctionnels sont des postes à responsabilités sur lesquels les personnels sont nommés pour une durée déterminée. C'est différent d'uen certification comme celle d'un PEMF.

 

Mais une sorte de supérieur hiérarchique

 

Si le directeur n'appartient pas à un corps de personnels de direction, la proposition de loi en fait une sorte de supérieur hiérarchique. Le directeur " entérine les décisions qui y sont prises (dans le conseil d'école) et les met en œuvre. Il organise les débats sur les principales questions de la vie scolaire. Il est délégataire de l’autorité académique pour le bon fonctionnement de l’école dont il a la direction", dit l'article 1 de la proposition de loi. Il s'inscrit bien dans une chaine hiérarchique. C'est cette logique d'une chaine allant du Dasen, qui nomme, au coeur de l'école que veut instaurer la proposition de loi.

 

Le texte veut installer un management similaire à celui du 2d degré dans les écoles. C'est la même idée qui existait dans l'amendement Rilhac des EPSF dans la loi Blanquer. Pour la majorité l'idée, héritée des pères fondateurs de l'Ecole, d'une gestion des écoles par les conseils d'école n'est pas fonctionnelle. Ils veulent un responsable hiérarchique dans l'école capable de trancher les débats et de faire descendre dans l'école les décisions du centre.

 

Des avantages matériels

 

En échange le texte apporte des avantages matériels. Les articles 5 et 6 allègent les tâches des directeurs en ne les obligeant pas à organiser les élections des représentants des parents d'élèves en cas de liste unique et de rédiger le PPMS. Il sera fait par des spécialistes de l'académie. La proposition de loi n'envisage pas de remettre les aides administratifs des écoles que le gouvernement a supprimé et qui sont demandés par la dernière consultation.

 

Surtout le texte, dans l'article 4, envisage de décharger totalement les directeurs d'écoles de 8 classes et plus. L'exposé de la loi (mais pas la loi) avance aussi l'idée d'une hausse de l'indemnité de direction qui passerait à 150€ brut par mois de 1 à 3 classes, 220€ de 4 à 9 classes, 270€ de 10 à 13 classes et 300€ à partir de 14 classes.

 

Accélération

 

Normalement ce texte aurait du arriver en débat tardivement. La surprise c'est que son étude est avancée au 17 juin en commission et au 22 juin en séance avec fin des travaux le 23 juin. Tout est fait pour que la loi soit promulguée pour la rentrée. C'est peut-être aussi cette accélération qui explique la publication par le Sénat d'un rapport sur les directions d'école qui semble assez proche de la proposition de loi et qui sera présenté le 9 juin.

 

Snuipp et Cgt hostiles au projet

 

L'échéance très proche de la loi alors qu'un groupe de travail se tient au ministère provoque les réactions syndicales. "Ce qui est sorti par la porte revient par la fenêtre", nous dit Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp Fsu, premier syndicat du 1er degré. "Au plein coeur du dialogue social s'invite une loi et donc elle devient l'objet dela discussion. Or personne n'a réclamé d'emploi fonctionnel, c'est à dire une mission ponctuelle qui, sous couvert d'autonomie, fabrique des petits chefs solides intermédiaires des inspections". F Popineau regrette aussi le manque d'intérêt pour les écoles de moins de 8 classes qui sont les plus nombreuses. "Ce ministère n'apprend rien sur comment conduire une concertation et veut passer en force".

 

La Cgt manifeste aussi son opposition. Elle dénonce "ce qui serait un grand pas vers un statut de direction" et la façon dont le texte est utilisé pour couper court au dialogue social sur les directions d'école. La CGT dénonce aussi le calendrier : "où est l'urgence pour qu'une telle  discussion soit abordée alors que les personnels sont en pleine tempête et n'ont pas la disponibilité d'échanger sur le sujet ?" La Cgt y voit une "provocation ministérielle". JM Blanquer n'avait pas digéré son échec lors du vote de la loi Blanquer. Il pense probablement à l'occasion de l'état d'urgence sanitaire pouvoir faire passer cette loi cet été.

 

François Jarraud

 

Le dossier législatif

Analyse du texte par Snuipp 93

Le rapport au Sénat (dévoilé le 9 juin)

 

 

 

Par fjarraud , le lundi 08 juin 2020.

Commentaires

  • lilyjohnson, le 29/06/2021 à 08:57
    Hi guys! Thank you for this interesting article about primary school. I also have to do with this topic because I provide custom coursework help on https://exclusive-paper.com/coursework-writing.php for students. Students should pay careful attention to the way they organize ideas in different sections and if the paper is properly formatted according to a specific citation format.

    • Madeline Packer, le 07/09/2021 à 19:50
      I think the topic on which this essay is written is very important, because a lot depends on when the question of the future of primary school arises. By the way, I am currently writing an essay empire https://essaysempire.com/ on this topic, so I'm glad I came across this post.
  • LeSaga, le 10/06/2020 à 15:03
    Contrairement aux deux précédentes réactions, je me réjouis des prises de position non objectives... puisque l'objectivité n'existe pas lorsqu'on est un tant soit peu concerné. Sans rire, les lecteurs de ce lieu sont concernés directement par l'Education Nationale. Alors pas la peine de faire semblant d'être détachés de tout intérêt personnel.

    Quant aux "exigences de notre époque", je crois au contraire qu'elles seraient d'obtenir un fonctionnement démocratique plus abouti. Or, les instances de l'Education nationale n'oublient jamais d'être autoritaires et très directives, spécialement lorsqu'il s'agit ce masquer les insuffisances du système. Les écoles parviennent encore un peu à faire de la résistance avec l'appui de leurs collègues directeurs-trices. Qu'en sera-t-il lorsque ceux-celles-ci seront "responsables" de leurs collègues et subordonné-e-s ? C'est là le véritable enjeu de cette loi. Séduire les directeurs-trices en mal de reconnaissance et obtenir une plus grande "loyauté". Les directeurs-trices n'y gagneront pas lorsque le poids leur hiérarchie pèsera lourdement pour leur faire mettre au pas les collègues récalcitrants.

    Dogmatisme dites-vous ? Et bien, s'il s'agit de respecter les enfants qu'on nous confie, les valeurs qu'on brandit haut et les déclarations d'intention du gouvernement, je veux rester dogmatique et m'accrocher bec et ongles à notre liberté pédagogique et à notre liberté tout court de ne pas faire ce qui est inutile ou nuisible, et de faire ce que je sais utile même si ce n'est pas dans le "manuel officiel".
  • Lorenzo85, le 09/06/2020 à 16:22
    Merci Banshee pour cette prise de position. Il est plus que temps de faire avancer la question de la direction d'école. Cette loi imparfaite constitue malgré tout un vrai progrès et répond en grande partie aux exigences de notre époque ! Il faut sortir du dogmatisme, des positions de principe, des postures et aller de l'avant !
  • Banshee, le 08/06/2020 à 17:48
    Est-il envisageable de voir un jour le Café Pédagogique présenter et prendre en compte les avis contraires à ceux du Snuipp ?
    Est-il envisageable de voir un média traiter de l'Education en examinant l'ensemble des visions qu'elles soient défendues par des syndicats ou non d'ailleurs ?
    A vous lire, on a l'impression de parcourir le bulletin du Snuipp... cela manque franchement d'objectivité et de débat argumentatif...

    • veronica4, le 08/06/2020 à 20:09
      Merci au café pédagogique de nous informer. Un emploi fonctionnel corvéable et virable à tout instant ne dérange plus personne et recruté en fonction de ses affinités avec les clans des dsden.
      Merci encore monsieur Jarraud.

      • mariakessler2020, le 09/07/2020 à 09:15
        Les directeurs qui obtiennent des notes élevées des enseignants pour avoir créé un climat propice à l'enseignement dans leurs écoles reçoivent également des notes plus élevées que les autres directeurs pour stimuler le leadership dans la faculté, selon la recherche des universités du Minnesota et de Toronto.
        essay dune
        • malkovih, le 04/02/2021 à 17:51
          Je cherchais ces informations depuis longtemps , j'ai été très surpris quand je les ai trouvées ici.jiofi.local.html


Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces