Malaise chez les conseillers pédagogiques  

Soutenue par le Snuipp Fsu, le Se Unsa et le Sgen Cfdt, l’association des conseillers pédagogiques s’inquiète de la montée de la charge de travail des conseillers et de la remise en question de leur métier. Dans une tribune, l’Ancp demande l’allègement des tâches administratives des conseillers qui ploient sous les demandes d’enquêtes. Mais l’ANCP pose aussi la question de l’identité professionnelle en souffrance des conseillers pédagogiques. « Les formateurs ressentent une perte de leur identité professionnelle due à la mise en place d’une politique éducative qui ne s’appuie ni sur la professionnalité des enseignants ni sur celle des formateurs –trices ». En cause les plans de formation lancés à la rentrée 2020.

 

La tribune

 

 

Par fjarraud , le vendredi 26 juin 2020.

Commentaires

  • caroudel, le 27/06/2020 à 10:14
    le lien "la tribune" est faux ?
  • veronica4, le 28/06/2020 à 22:01
    Dans le premier degré, en plein covid, le PAF Math Français 2020 de Blanquer avec 12 heures de visites en plus des 18 heures est du flicage, une mise au pas des enseignants en classe avec une perte de la liberté pédagogique et un mépris des conseillers pédagogiques qui devraient travailler sur le papier à minima 115 jours de plus, ce qui est impossible. Le plus grave, c'est que ce surcroît de travail est précisé dans le document  de Blanquer et E. Geffray de la Dgesco.

    Ce harcèlement ministériel relayé par les Dasen est à la base de la politique de ce gouvernement. La soumission ne sera plus possible.

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces