L’actualité de la semaine (du 26 juin au 3 juillet 2020) 

Politique ministérielle

Baromètre Unsa : Un appel au changement

A quelques jours du remaniement, les résultats du Baromètre Unsa lancent un véritable appel au changement. On observe une très faible acceptation de la politique menée : 6% des enseignants  et 21% des non enseignants seulement, ce qui signe une défiance sans précédent envers le ministre. 68% des enseignants signalent de la souffrance au travail er 57% des non enseignants. Est-ce que cela peut durer ?

Lisez l’article...    

 

Plan français : Révolution dans la formation ou flicage des profs ?

Alors que les « badges » annoncent une nouvelle politique de gestion des relations humaines dans l’Education nationale, la formation continue proclame aussi une sorte de révolution culturelle.  Officiellement le « plan français » est un modèle de formation innovant basé sur la formation par les pairs. Pourtant ce plan, qui sera lancé dans le premier degré à la rentrée 2020, suscite déjà l’inquiétude de formateurs qui y voient à la fois un outil de mise au pas des professeurs des écoles et une charge de travail colossale pour eux-mêmes. Les 5 journées de formation obligatoires devraient avoir lieu durant les congés.

Lisez l’article...    

 

Open Badges : La révolution dans la gestion des relations humaines ?

Lancés dans plusieurs académies, souvent bien avant la pandémie, les Open Badges suscitent de vives réactions chez les enseignants. Loin d’être une initiative de terrain et la reconnaissance de compétences entre pairs, c’est une nouvelle gestion des ressources humaines qui se met en place.

Lisez l’article...    

 

Bac : Le ministre acte la localisation des E3C

Vivement critiquées, y compris dans un rapport de l’Inspection générale, les E3C, épreuves de contrôle continu des bacs général et technologique, font l’objet d’une nouvelle décision de JM Blanquer. Leur nombre est maintenu. On s’écarte un peu plus d’un examen national en laissant les chefs d’établissement organiser à leur guise les épreuves qui doivent dorénavant avoir lieu « dans le cadre des heures de classe » et ne feront plus l’objet d’une harmonisation après épreuve. Alors que les premières et les secondes épreuves ont été contestées dans de nombreux établissements, le ministre choisit nettement la confrontation. Enfin cette banalisation aura probablement comme conséquence la disparition de l’indemnité de correction. Il n’y a pas de petites économies…

Lisez l’article...    

 

Les syndicats et la réforme des E3C 

L’arbitrage rendu par JM Blanquer le 30 juin sur les épreuves de controle continu du bac ne satisfait pas les syndicats. Le Snes Fsu tout comme le Se-Unsa estiment  que le ministre n’a pas entendu le mécontentement créé par ces épreuves.

Lisez l’article...    

 

Evaluation : Le CEE et le CSEN dans le même bateau ?

L’installation, le 30 juin, du nouveau Conseil d’évaluation de l’école (CEE) par JM Blanquer remet-elle en question le Conseil scientifique de l’Education nationale ?

Lisez l’article...    

 

Belgique : Ce que veut dire préparer la rentrée…

Le ministre aime à dire que la France est un modèle dans la gestion scolaire de la crise sanitaire. Mais dans l’attente d’une circulaire de rentrée, les enseignants français se tournent vers les plans proposés dans d’autres pays. Près de nous, la Fédération Wallonie Bruxelles a publié le 24 juin deux circulaires, pour le premier et le second degré, qui présentent de façon très claire ce qui devra être mis en place à la rentrée. Ces deux textes proposent dans des tableaux clairs ce qu’il en sera selon le niveau de l’épidémie. Quatre niveaux sont envisagés de la relance de la pandémie à la rentrée à sa maitrise totale. Ainsi la ministre pourra définir lors de la rentrée les règles à respecter. Les tableaux passent en revue toute l’organisation de la vie des établissements y compris les activités extra muros, la distanciation, les masques , l’utilisation du matériel scolaire, le nombre de jours d’école par semaine. La circulaire indique ce qui est demandé pour la lutte contre le décrochage et précise les appuis donnés par le gouvernement. Elle invite chaque établissement à préparer une stratégie d’hyridation.

Lisez l’article...    

 

 

Métier

Revalorisation des personnels de direction

Après la « journée morte » du 25 juin lancée par le Snpden Unsa et la campagne de messages mise au point par ID Fo, les deux syndicats des personnels de direction manifestent leur satisfaction. Selon Philippe Vincent, secrétaire général du Snpden Unsa, la négociation salariale approche de son terme. Ce sont 23 millions sur deux ans qui sont en discussion pour les 14 000 personnels de direction, soit une revalorisation significative d’environ 1500€ en moyenne. Pour Franck Antraccoli, secrétaire général d’ID Fo, « on pouvait espérer mieux que 23 millions ». La revalorisation prendra la forme d’une part indemnitaire et d’une part variable en fonction de l’évaluation du personnel de direction. Selon les deux syndicats, d’autres points sont en discussion : la transparence du mouvement car actuellement les personnels de direction déposent des demandes sans aucune information sur les postes disponibles, une clause de sauvegarde en cas de déclassement d’établissement et le report de l’évaluation des adjoints par les chefs d’établissement.

Lisez l’article...    

 

La hausse des heures supplémentaires touche principalement l’éducation prioritaire

Face à la demande d’enseignement on peut soit créer des postes, soit faire travailler davantage et  augmenter le volume d’heures supplémentaires. On peut soit améliorer les conditions d’enseignement dans les établissements les plus difficiles soit favoriser les privilégiés. Devinez ce que montre une Note de la Depp ?

Lisez l’article...    

 

Valse de Dasen

Quatre Dasen sont nommés au JO du 3 juillet. Vincent Stanek, ex conseiller de G de Robien, devenu conseiller pédagogique de JM Blanquer, nommé inspecteur général en 2019, devient Dasen des Bouches du Rhône, un poste éminemment politique. Catherine Albaric Delpech est nommée dasen des Hautes Alpes. Laurent Blanes devient dasen du Morbihan. Guylène Esnault, IPR, devient Dasen du Finistère.

Lisez l’article...    

 

Nouveau Dasen en Lozère

Alexandre Falco est nommé Dasen de Lozère pour 4 ans. Il était dasen adjoint de l’Ain.

Lisez l’article...    

 

Concours : Peu de postes sur liste complémentaire

C’était le 2 juin 2020 sur Bfm. JM BLanquer s’exprimait sur les candidats aux concours internes de l’enseignement. « Ces personnes que je regarde avec émotion », dit le ministre, « on est en train d’arriver à une solution permettant d’avoir une première moitié d’admis et les autres sur liste complémentaire ». Or les résultats des concours internes tombent et force est de constater que très peu de postes ont été mis sur liste complémentaire. La situation évoquée par le ministre est presque atteinte en philosophie avec 45 admis et 34 sur liste complémentaire. Mais partout ailleurs il en va tout autrement. Aux capes internes d’histoire-géo ou de Lettres classiques, par exemple, il n’y a pas de liste complémentaire. En Lettres modernes, physique, maths et SES tout au plus une dizaine de postes sur liste complémentaire alors qu’il y a un réel déficit de candidats au moins en maths. En anglais on compte 26 noms sur laliste complémentaire mais pour 149 admis.

Lisez l’article...    

 

Enseignants : Pas de prime pour matériel informatique

« La fracture numérique ne touche pas que les élèves mais aussi les enseignants ». Devant l’Assemblée nationale le 30 juin, le député (mouvement radical) Paul Molac a évoqué l’usage intensif qui a été fait de leur matériel informatique durant le confinement et l’obligation morale où ont été certains enseignants de le renouveler ou d’acheter du matériel. « L’Etat va-t-il mettre au pot pour pouvoir aider les enseignants ? », demande t’il. F Vidal lui répond au nom de JM Blanquer que 17% des enseignants du 2d degré et 16% d eceux du 1er degré n’ont pas de portable , soit 140 000 enseignants, un chiffre qui montre aussi que le ministère ne sait pas grand-chose de l’équipement des enseignants. Et elle renvoie aux Etats généraux qui seront « l’occasion de faire un état des lieux de de faire un plan audacieux ». Vous savez où porter votre réclamation…

Lisez l’article...    

 

Malaise chez les conseillers pédagogiques

Soutenue par le Snuipp Fsu, le Se Unsa et le Sgen Cfdt, l’association des conseillers pédagogiques s’inquiète de la montée de la charge de travail des conseillers et de la remise en question de leur métier. Dans une tribune, l’Ancp demande l’allègement des tâches administratives des conseillers qui ploient sous les demandes d’enquêtes. Mais l’ANCP pose aussi la question de l’identité professionnelle en souffrance des conseillers pédagogiques. « Les formateurs ressentent une perte de leur identité professionnelle due à la mise en place d’une politique éducative qui ne s’appuie ni sur la professionnalité des enseignants ni sur celle des formateurs –trices ». En cause les plans de formation lancés à la rentrée 2020.

Lisez l’article...    

 

 

Numérique

Bruno Devauchelle : Numérique et approche globale en éducation

Quelques questions vives sont apparues au cours des derniers mois, et le désir de chacune et chacun de retrouver l'état d'avant la crise montre que ces questions peuvent être douloureuses ou tout au moins délicates à traiter. Parmi celles-ci on peut citer : le lien famille-école doit-il être renforcé ? La relation enseignant élève(s) peut-elle être personnalisée ? La transmission supporte-t-elle toutes les médiations ? Un cadre formel est-il indispensable pour apprendre ? Comment trouver la bonne distance pour enseigner avec les moyens numériques ? Comment développer les compétences d'autonomie des jeunes dans un système formel ? Peut-on vraiment apprendre à la maison ? Quelle place pour l'économie et le commerce au service de l'éducation ? La place donnée au numérique ne doit-elle pas être repensée ?

Lisez l’article...    

 

Bruno Devauchelle : Apprendre autrement en vacances

Et si l'on profitait des vacances pour prendre soin des apprentissages informels ! Et si l'on profitait des vacances pour développer notre capacité à réguler les utilisations du numérique de manière constructive ? Loin du monde scolaire et de ses manières si normées, le temps des vacances n'est pas celui de l'abandon, du relâchement, du n'importe quoi. C'est d'abord un temps familial et amical, relationnel et social. Il est probable que pour chacun de nous ce temps de confinement et de déconfinement ait été un temps de "surchauffe numérique".

Lisez l’article...    

 

 

 

Par fjarraud , le vendredi 03 juillet 2020.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces