Je ne prépare pas des élèves à la classe supérieure. Je prépare ce que sera le monde de demain 

C'est un engagement que j'avais pris : cette année, je prends le temps avec les élèves. Le matin, on bosse sur les notions que l'institution attend de nous, le français, les maths, et l'après-midi, on fait tout ce qui nous permettra de ne pas devenir dingue si l'on est re-confiné : Ateliers créatifs, peinture, jeux de société, recherches libres, dessins libres, codage... Dans un cadre très souple, relâché, pas du tout scolaire.

 

Au bout de 5 semaines, je ne peux que constater les bienfaits de ce choix : T., qui a du mal à faire de jolies lettres, s'est entraîné toute l'après-midi sur un texte libre qu'il avait inventé sur les martiens. A. a reproduit le logo du PSG, et s'est engagé à créer un programme de construction au compas. A. et L. se sont raconté des histoires avec le gros cube de 64 cubes aimantés, puis, L a pris son cahier de création et à spontanément écrit cette histoire dedans. A. et J. ont peint dans le couloir, essayant de donner du grain, une texture, à leur ciel , puis ont utilisé des marqueurs par dessus pour créer une scène champêtre. L. a réécrit la lettre aux correspondants. T. se régale en utilisant les petits synthés analogiques de la classe. E. a réussi à coder un parcours pour un robot de la classe. L et M s'entraînent aux tables de multiplication avec une tablette de la classe.

 

Quand on dit que les enfants n'ont pas d'attention au delà de 5 minutes, c'est faux. Je les vois, prendre le temps, s'acharner quand ils n'y arrivent pas ! Je vois les petits se faire entraîner par les grands, inventer des histoires, essayer d'inventer un pixel-art pour une console de jeu imaginaire.

 

De temps en temps, on se pose. On discute. Des choix qu'il faudra qu'ils fassent. De notre Terre que nous n'avons pas assez respectée, et que les choix que nous adultes, tardons à prendre, et qui forcément, les pousseront à être plus radicaux que nous. Et ils réclament de participer à ces décisions : "Tu te rappelles que jeudi, on a notre réunion de délégués ?".

 

Bouclera-t-on le programme ? Auront-ils le niveau ?

 

Ce ne sont plus les questions que l'on doit se poser. Je ne prépare pas des élèves à la classe supérieure. Je prépare ce que sera le monde de demain.

 

Hervé Allesant

(en classe unique, du CP au CM2)

 

Voir les ateliers

 

Pour aller plus loin

1) "L'école est pressée, trop pressée" (Nouvel Educateur)

2) Se libérer du programme

 

Une question

Quel est le vrai fondamental à favoriser à l'école ?

 

 

 

Par fjarraud , le mercredi 25 novembre 2020.

Commentaires

  • Randomcxx, le 25/11/2020 à 16:19
    Cette initiative est plus que le bienvenu dans le contexte actuel que nous vivons.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces