Baptiste Jardinier : Enseigner pas à pas en collège Rep 

"Nous n'avons pas la prétention de dire comment vous devez vivre votre métier mais de partager nos pratiques". Rédigé par un collectif de 8 enseignants, majoritairement du collège Rep+ Delaunay de Grigny (91), et un chercheur, Patrick Rayou, ce petit livre suit l'année scolaire. On commence par la prise de fonction en Rep et on termine avec la prise de responsabilités dans le collège. L'ouvrage part du principe que la formation initiale ne suffit pas pour enseigner en Rep. Sans prétention, les auteurs partagent leur expérience afin de donner des "billes" pour exercer en Rep. Baptiste Jardinier, professeur d'EPS, qui est à l'origine du projet, revient sur ce projet.

 

C'est un livre rédigé par un groupe d'enseignants. Comment ce groupe s'est il constitué ?

 

L'idée du livre vient de Patrick Rayou. Il souhaitait un livre qui puisse accompagner les professeurs débutants. Avec mes collègues on accueillait chaque année beaucoup de jeunes enseignants au collège Delaunay. On avait l'habitude de les aider. Ainsi s'est constitué le groupe qui s'est ouvert ensuite à des collègues d'autres établissements. Ainsi les auteurs du livre sont professeurs d'EPS, de maths, d'histoire-géographie, d'arts plastiques. Il y a aussi un CPE.

 

Le livre suit le déroulement d'une année scolaire de la rentrée au mois de juin. Il apporte des réponses aux problèmes que les enseignants rencontrent tout au long de l'année. Par exemple en début d'année se pose la question de la posture à prendre avec les élèves. Traditionnellement on recommande aux nouveaux enseignants d'être sévères. Est-ce un bon conseil ?

 

Je ne pense pas qu'il faille être très sévère. Ce qui compte c'est d'être explicite dans les règles que l'on donne. Et puis, si on est très sévère mais que notre personnalité ne veut pas cela, les élèves vont le sentir. Ce que recommande l'ouvrage c'est d'être ferme tout en étant ouvert à la discussion. En début d'année il faut prendre le temps de répéter les règles. Il faut montrer qu'on ne transige pas mais aussi laisser des ouvertures. On est intransigeant sur le respect et sur les règles de fonctionnement adoptées par l'établissement. Le reste peut se négocier en fonction de la personnalité des élèves.

 

L'ouvrage accorde beaucoup d'importance au cadre des enseignements. Fixer sa relation avec les élèves cela s'apprend ou c'est naturel ?

 

Il n'y a rien de naturel. Le métier s'apprend même si ces aspects sont peu vus en formation initiale. Il s'apprend aussi au contact des collègues plus anciens et au fur et à mesure de ses propres erreurs. Les échanges avec les collègues sont très importants. Ils partagent des astuces. Et c'est aussi l'objectif de ce livre ! On veut faire gagner du temps aux jeunes enseignants.

 

Derrière ces conseils qui sont semés au long de l'année scolaire dans le livre, il y a des conceptions pédagogiques qui vous animent. Laquelle vous semble la plus importante ?

 

Ce qui revient dans le livre c'est l'échange et l'échange clair. Il faut être le plus transparent possible avec les élèves, particulièrement dans l'énoncé des règles. Il faut l'être aussi avec les familles. Il ne faut pas qu'ils soient pris au dépourvu en cas  de sanction. Or souvent en début de carrière on n'ose pas parler aux parents et aux élèves car on a peur de leur réaction. Or en fait on envenime les choses. Il faut oser discuter pour aplanir les problèmes.

 

Il y a dans le livre une autre conception qui revient sans cesse , c'est l'importance de l'équipe...

 

C'est en échangeant avec les collègues que l'on peut s'en sortir. On fixe des règles communes et on se serre les coudes si nécessaire. Les établissements Rep fonctionnent aussi avec des projets pédagogiques. Et pour les mener il faut une synergie entre enseignants. Un enseignant bien intégré avec ses collègues donne davantage envie de travailler aux élèves.

 

L'ouvrage recommande le respect de la hiérarchie. Pourtant la fronde fait partie de la culture commune des enseignants. Et il y a des chefs d'établissement qui coulent leur établissement. Alors est ce un bon conseil ?

 

Il y a des chefs d'établissement carriéristes en Rep. Inversement des collègues frondent toutes les directions sans distinction. On s'aperçoit que c'est délétère pour le climat de travail. Il est important de monter ses désaccords quand ily en a mais toujours dans une logique constructive. Si la direction porte de bonnes idées il faut les prendre. C'est ce que veut dire le livre. Il faut avoir une relation constructive avec la direction.

 

En Rep, peut-on séparer ce qui se passe dans le collège de son environnement ?

 

Le livre parle beaucoup de la relation avec les familles. Il faut accepter l'idée que, si on est expert de nos élèves, les parents le sont de leur enfant. Il ne faut pas dissocier l'enfant de l'élève. L'école ne peut pas régler tous les problèmes qui surviennent dans son environnement. Mais en avoir conscience peut éviter d'envenimer des situations. Quand il y a eu des événements violents dans la  cité (on a connu cela à Grigny) ou quand le jeune dort avec 4 frères dans la même chambre, forcément cela a des conséquences en classe. Il faut le prendre en compte dans son dialogue avec les élèves. Il ne faut pas négliger les liens avec les éducateurs du quartier. Ils peuvent être de bons intermédiaires en cas de problème.

 

Propos recueillis par François Jarraud

 

Collectif, Débuter en collège REP. Une année pas à pas. Chronique sociale. 6.90€. ISBN 978-2-36717-805-9. En librairie le 20 janvier.

 

 

Par fjarraud , le vendredi 07 janvier 2022.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces