Print Friendly, PDF & Email

“Si
l’on veut éviter que (la loi d’orientation sur l’école) ne tourne à un
règlement de comptes des conservateurs avec les sciences de l’éducation et
avec les conséquences fantasmées de mai 1968 ou ne se résume qu’à un texte
sans odeur, ni saveur qui évite de faire des choix, il faut faire venir sur
le devant de la scène celle qui apparaît , à ce jour, comme la grande
absente : l’évaluation de la mise en oeuvre de la loi d’orientation sur
l’éducation de juillet 1989 et de son accompagnement par les pouvoirs
publics, car on ne peut rien construire sérieusement autrement”.
Voué au
débat sur l’école, le site “L’école que nous voulons” reflète les
orientations de la Ligue de l’enseignement et de certains partenaires (FCPE,
Education et Devenir) sur l’avenir de l’école. Pour la Ligue, “l’Ecole a
l’obligation d’offrir à tous les jeunes sur l’ensemble du territoire, dans
un cadre de qualité, les moyens de réussir : gratuité, différenciation des
parcours individuels, orientation choisie, … L’adaptation du système au plan
des pratiques pédagogiques, des structures et du fonctionnement suppose de
réfléchir à une plus grande autonomie des établissements dans le cadre
d’objectifs, de programmes et de diplômes nationaux strictement définis et
contrôlés”.

L’école que nous voulons