Print Friendly, PDF & Email

Jusqu’où iront les restrictions budgétaires ? Le “rapport annexé” au projet de loi d’orientation sur l’éducation mobilise déjà certaines catégories d’enseignants qui craignent la disparition de nombreux postes, voir de certains enseignements. Ainsi l’Apses, une association de professeurs de sciences économiques et sociales annonce “la fin programmée des SES” en seconde. En effet le rapport réduit à 1 choix l’option de spécialité (au lieu de 2). Même si le projet de loi augmente le choix d’options facultatives, certaines disciplines ne s’y retrouvent pas. Ainsi l’Apses craint que les élèves aient à choisir entre leur LV2 et l’option SES et optent pour le premier afin de préserver leur scolarité. Pour l’Apses, cette situation entraînerait “une marginalisation de la série ES par un recrutement tari”. Le même problème pourrait se poser par exemple pour les SMS, l’IGC, l’ISI, l’ISP et l’EPS. Un autre motif d’inquiétude se trouve dans le “réexamen” de tous les dédoublements en lycée et dans la suppression des décharges en collège et lycée. Ainsi ce que les langues gagneraient en terminale elles le perdraient à tous les autres niveaux. “La philosophie du gouvernement n’est pas celle d’une réduction de moyens” affirme François Fillon dans une dépêche AP. Il va lui falloir le démontrer.
Le rapport annexé (en pdf)
Dépêche AP
Communiqué Apses