Print Friendly, PDF & Email

“Le choix du gouvernement d’axer sa politique éducative sur le recrutement d’enseignants bon marché au mépris des textes et règlements en vigueur est le premier jalon posé dans le processus de dévalorisation et de destruction de l’école sénégalaise” Dans Wal Fadjri, Cheikh G. Diop ne mâche pas ses mots. Il dénonce le manque de moyens de l’école sénégalaise. A coté du manque de locaux et de mobilier, le recrutement de vacataires pour répondre à un taux brut de scolarisation en forte hausse serait à l’origine d’une baisse de niveau. Rappelons que l’Unesco se souciait récemment du problème de la qualité de l’enseignement dans la région.
Sur All Africa
Rappel : Café du 09/11/04