Print Friendly, PDF & Email

Si la formation tout au long de la vie semble faire l’objet d’un large consensus, elle n’en est pas moins confrontée à de nombreux défis liés, notamment, au contexte socio-politique. Peut-elle conjuguer des visées démocratiques et humanistes avec des objectifs économiques de plus en plus durs, dus à l’internationalisation des échanges ? Constitue-t-elle une simple “béquille”ou, au contraire, un authentique moyen de restaurer les personnes dans leur dignité en leur assurant une reconnaissance sociale ? Quelle place doit-elle prendre par rapport à la formation initiale ou comment la formation initiale doit-elle s’inscrire dans cette formation tout au long de la vie ? De quelle façon a-t-elle évolué depuis la loi “Delors” de 1971 qui en a donné les lignes essentielles ? Autant de questions qui, parmi d’autres, ont été débattues le 3 février 2004 lors de la journée d’études annuelle qu’Éducation & Devenir organise au Sénat, en collaboration avec les CEMÉA, le CRAP-Cahiers pédagogiques, la FCPE, la Ligue de l’enseignement, la PEEP. Les Actes de cette journée sont maintenant publiés.
Sommaire