Print Friendly, PDF & Email

“Plus que de traiter de la prévention de la délinquance, la plus grande partie du texte propose d’aggraver la répression pénale, alors qu’il faudrait au contraire renforcer les mesures préventives dans les domaines de l’éducation, de l’action sociale, de la santé”. Rarement texte aura autant fait l’unanimité chez ceux qui auront en charge de l’appliquer. Les principaux syndicats de médecins, de psychologues, de psychiatres, de magistrats, de personnels de la protection judiciaire de la jeunesse s’opposent au projet de loi sur la prévention de la délinquance qui arrive en discussion au parlement. Ils sont rejoints par des mouvements de parents (Fcpe, Confédération syndicale des familles, Anas, Cnafal etc.).

Pour ces organisations, le texte “est mû par un esprit de suspicion à l’encontre de larges catégories de populations. Au lieu d’être considérés comme personnes devant être accompagnées, protégées ou soignées, les familles fragilisées, les mineurs, les malades mentaux sont désignés comme présumés délinquants et source de danger pour la société. Les préoccupations d’ordre public prennent le pas sur les politiques de la famille, de l’éducation ou de la santé.

Dans le droit fil de cette inspiration, ce texte remet en cause le secret professionnel des travailleurs sociaux et des professionnels du champ de la santé, au risque pour les personnes en demande d’aide d’être stigmatisées, harcelées, fichées. Ce faisant, le texte instaure la confusion des rôles et des statuts. Le maire se trouverait à la fois investi de pouvoirs dans le champ de l’action sanitaire et sociale qui ressort de la compétence des conseils généraux et d’un rôle de quasi-éducateur ou de quasi-procureur de la République. Or, ce cumul de pouvoirs confiés à un élu local, particulièrement aux prises avec l’environnement immédiat, constituerait un danger pour les libertés individuelles”.
Communiqué