Print Friendly, PDF & Email

Par François Jarraud

LE FAIT DU JOUR

Retraites : Les syndicats donnent rendez-vous le 7 septembre

ÉDITORIAL

Bac : Les profs trahis par l’informatique

LE SYSTEME

La loi sur l’absentéisme adoptée l Retraites : Les syndicats obtiennent la correction du projet de loi l Retraites : Le triste sort des mères de trois enfants l CLAIR : CLAIRement improvisé… l L’Open University bat des records

L’ÉLÈVE

Ma rentrée au collège dans le 93 l Elancourt offre les devoirs de vacances à ses jeunes

LA CLASSE

Remise de prix en Sorbonne et en allemand pour Luc Chatel

LA RECHERCHE

Le congrès du GFEN, Derniers jours : Soutenez le Café et cultivez votre pédagogie avec L’anthologie des textes clés en pédagogie…

CITOYENNETE

La grogne du ghetto du Gotha

LES DISCIPLINES

SES : Institutions internationales et mondialisation l Sciences de l’ingénieur l Les maths sur iPad.

Le fait du jour

Retraites : Les syndicats donnent rendez-vous le 7 septembre

Sept confédérations, CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, Unsa, ont annoncé le 29 juin une journée nationale de grèves et de manifestations, le 7 septembre, contre le projet ide réforme des retraites.

“Cette réforme, une des plus dures d’Europe, arrive dans une situation économique dégradée où le chômage est en hausse continue et touche plus fortement les jeunes et les seniors”, notent les syndicats. “Les politiques de rigueur se généralisent dans toute l’Europe en aggravant les inégalités et hypothèquent fortement toute reprise. Des initiatives intersyndicales viseront à interpeller le gouvernement et ses représentants, aux niveaux national et local, le 13 juillet, jour du Conseil des ministres qui adoptera le projet de loi. Durant l’été, les organisations syndicales interpelleront les parlementaires”.

Mais c’est au moment de l’ouverture de la discussion du projet de loi au Parlement que les syndicats entendent faire presssion. “Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA décident d’une nouvelle journée nationale de grèves et de manifestations le 7 septembre 2010, au moment où s’ouvrira le débat parlementaire. Elles appellent tous les salariés du privé et du public, les demandeurs d’emploi, les jeunes et les retraités à construire ce jour une mobilisation d’ampleur”.

Communiqué

N’hésitez pas à réagir sur les actualités qui vous interpellent, comme sur la plupart des articles du Café en vous rendant dans le forum correspondant (menu de droite).

Pour pouvoir réagir, il faut préalablement s’être inscrit sur le site et être identifié. À très vite !

Bac : Les profs trahis par l’informatique

Alors que les correcteurs rendent les copies et que l’on se rapproche des jurys, la machine du bac apparaît à tous comme une remarquable machine. Pourtant les difficultés informatiques font de cette année un moment pas commun.

Les problèmes ont commencé bien avant le bac où les enseignants ont découvert des affectations parfois lointaines. En Ile-de-France, où un taux plus important des enseignants ne dispose pas de véhicule et où les déplacements sont difficiles, les premiers convoqués ont signalé dès le début des affectations inhabituelles. On a pu voir des enseignants du 95 invités à corriger le BTS dans le 91. C’est-à-dire à traverser toute l’agglomération. Tel jury du bac au fin fond du 78 ne compte pratiquement que des enseignants habitant à 2 heures de transport en commun. Il semble qu’un problème informatique au SIEC, le service des examens, ait géré de façon très pénalisante les affectations.

C’est maintenant la question des remboursements que doivent affronter les correcteurs. Normalement l’application Image In devrait s’intercaler avec Chorus pour générer les paiements. Mais, de fait, même dans les académies où Image IN est bien accessible, les enseignants sont invités à remplir à la fois sur ordinateur leur fiche Image In et à la main un dossier qui sera transmis aux services académiques. Tout cela laisse augurer un remboursement très tardif.

Revenir au sommaire

La loi sur l’absentéisme adoptée

Ce n’est pas une surprise : l’Assemblée nationale a adopté en première lecture le 29 juin la proposition de loi sur l’absentéisme. Seuls 2 députés UMP ont voté contre avec 188 socialistes et 25 communistes et apparentés. Les députés ont adopté le principal article qui assure la suspension des allocations familiales de façon automatique. Ils ont aussi voté en faveur de “l’amendement de la honte” : “ Le conseil d’école pour les écoles primaires et le conseil d’administration pour les collèges et les lycées présentent, une fois par an, un rapport d’information sur l’absentéisme scolaire dans l’école ou l’établissement”.

Le dossier

Sur la loi

Retraites : Les syndicats obtiennent la correction du projet de loi

Le Snuipp et l’UNsa ont écrit au gouvernement pour signaler le cas des instituteurs. “L’actuel projet de loi ne respecte pas la réforme statutaire qui a mis en place le corps des professeurs des écoles et les modalités d’intégration des instituteurs dans ce corps”, a écrit, par exemple, Sébastien Sihr du Snuipp. “Cette réforme prévoyait pour les instituteurs ayant accompli 15 ans de service le maintien du bénéfice des services actifs. Cette disposition… a conduit la très grande majorité des instituteurs à attendre d’avoir au moins 15 ans de services actifs pour demander l’intégration par liste d’aptitude ou par concours interne dans le corps des professeurs des écoles. Or l’article 5-IV de l’actuel projet de loi portant réforme des retraites fixe, à compter du 1er janvier 2016, à 17 ans la durée des services actifs prise en compte pour la liquidation de la pension. Cet article priverait tous les instituteurs intégrés ayant entre 15 ans et 17 ans de service actif en tant qu’instituteurs du bénéfice de la catégorie active.” Selon Les Echos, le secrétaire d’Etat à la fonction publique a promis de modifier le texte du projet de loi.

Lettre Snuipp

Article Les Echos

Retraites : Le triste sort des mères de trois enfants

Les mères de trois enfants sont une autre victime des nouveaux textes.

Le ministère entend revenir sur la loi qui accordait aux mères de trois enfants le droit de partir à la retraite à 52 ans et non 55, pour tous ceux qui n’auront pas fait leur demande avant le 12 juillet 2010. Mais l’impact sur le montant de la retraite risque d’être très lourd. Voici quelques exemples.

Fabienne a 31 ans d’ancienneté et trois enfants.

Si elle part en retraite en septembre 2010, à 52 ans, elle touchera 69% du dernier traitement brut (exemple, Prof Ecole ou Certifié, 11e échelon, 1869 net). Si elle continue à travailler, la bonification des 3 enfants ne comptera plus. Si elle part :

– en sept 2011, à 54 ans, elle touchera 52% de son traitement brut (1411 E)

– en sept 2012, à 55 ans, elle touchera 56% de son traitement brut (1509 E)

– en sept 2013, à 56 ans, elle touchera 60% de son traitement brut (1629 E)

Exemple : Francine a 31 ans d’ancienneté et trois enfants, maître formateur.

Si elle part en retraite en septembre 2010, à 52 ans, elle touchera 69% du dernier traitement brut (exemple, PE, 11e échelon, 1985 net). Si elle continue à travailler, la bonification des 3 enfants ne comptera plus. Si elle part :

– en sept 2011, à 54 ans, elle touchera 52% de son traitement brut (1499 E)

– en sept 2012, à 55 ans, elle touchera 56% de son traitement brut (1603 E)

– en sept 2013, à 56 ans, elle touchera 60% de son traitement brut (1730 E).

Même en gagnant des échelons, il faut en moyenne 5 années de travail supplémentaire pour qu’une instit puisse repartir au même taux.

Communiqué Se-Unsa

CLAIR : CLAIRement improvisé…

“La méthode est inacceptable” juge le Sgen-Cfdt de l’académie de Versailles. Le syndicat se plaint que le rectorat ait fait appel à des établissements volontaires pour participer au dispositif CLAIR de façon opaque. Cela a conduit à bloquer des postes “ sans aucune concertation avec les organisations syndicales ni information auprès des personnels concernés” explique le Sgen. “ Les équipes sont invitées à réfléchir sur des projets alors même que des moyens, des orientations claires n’existent pas. Quel est le rôle exact du préfet des études ? son recrutement ? ses missions exactes ?”

Communiqué

Sur le dispositif CLAIR

Un rapport parlementaire demande de suspendre la gratuité des écoles françaises à l’étranger

C’est Le Parisien qui fait connaître les conclusions du rapport parlementaire sur l’enseignement français à l’étranger. Depuis 2007, sur l’invitation personnelle de N Sarkozy, les citoyens français ne paient plus les frais de scolarité de leurs enfants dans les lycées français à l’étranger. Cette décision coûte plus de 100 millions d’euros par an ont estimé les députés. CE sont généralement les enfants de riches expatriés qui en bénéficient. “Des familles gagnant de 500 000 à 2 millions d’euros par an avaient été éligibles à cette fameuse PEC (prise en charge) par l’Etat”, écrit Le Parisien. L’extension projetée au collège et à l’école primaire couterait 700 millions. Mieux encore, les entreprises françaises qui finançaient les écoles pour garder leur personnel se désengagent. Les députés demandent de “suspendre” cette mesure.

Article du Parisien

L’Open University bat des records

L’Open University, la grande université d’enseignement à distance du Royaume Uni, vient de battre un record mondial de téléchargement sur iTunes : 20 millions. Ce résultat a été obtenu en deux ans. L’O.U. propose 525 cours sur Internet.

Open University

Revenir au sommaire

Ma rentrée au collège dans le 93

Le nouveau site “Mon entrée au collège” du Conseil général du 93, permet de découvrir chaque collège du département de façon interactive. Menus du restaurant scolaire, travaux, cartable enligne interactif, sécurité, toute la politique du département est accessible.

Site Mon entrée au collège

Elancourt offre les devoirs de vacances à ses jeunes

La municipalité de JM Fourgous ne peut faire autrement que proposer des cahiers de vacances numériques. Elle s’est associée avec un acteur bien connu de ce secteur pour proposer une connexion gratuite jusqu’à la rentrée.

Elancourt

Le rapport Fourgous

Revenir au sommaire

La classe

Remise de prix en Sorbonne et en allemand pour Luc Chatel

Luc Chatel a remis mardi 29 juin les certificats de compétences A1 aux écoliers parisiens. Une cérémonie de remise de prix suffira-t-elle pour promouvoir un enseignement en crise ?

C’est l’autre côté de la médaille de l’Ecole traditionnelle. Il y a un versant autoritaire. Il y a un versant remise de prix. Le 29 juin, Luc Chatel s’est déplacé pour présider lui-même la remise des certificats de compétences A1 aux écoliers parisiens. Pour cela le ministre avait mobilisé la Sorbonne, le recteur de Paris, Patric Gérard, les inspecteurs, les enseignants et quelques centaines d’écoliers ravis de vivre cette cérémonie.

Lisez le reportage du Café

Revenir au sommaire

La recherche

Le congrès du GFEN

“Déferlante destructrice de bien des acquis sociaux et vision terne de l’avenir se conjuguent pour entretenir la désespérance, le repli sur soi, le renoncement à agir sur le cours des choses”, écrit le GFEN. Mais c’est mal connaître ce mouvement pédagogique que croire qu’il peut ainsi baisser les bras. “Tous n’ont pas renoncé, y compris dans ce contexte difficile, à affirmer des valeurs, faire la preuve qu’il n’y a pas de fatalité à l’échec, à l’exclusion, à la normalisation des esprits.”

Le GFEN regroupera ces esprits forts lors de son université d’été qui se tiendra du 6 au 9 juillet à Saint-Ouen (93). Parmi les principaux invités Jean-Yves Rochex et Sylviane Giampino.

Le programme

Derniers jours : Soutenez le Café et cultivez votre pédagogie avec L’anthologie des textes clés en pédagogie

Sous-titré “Des idées pour enseigner”, ce livre nous offre en quelques pages la synthèse des principaux ouvrages pédagogiques sur les apprentissages, l’enseignement, la relation pédagogique et le métier d’enseignant. Sur chacune de ces questions il confronte les points de vue des grands auteurs : Meirieu, Astolfi, Develay, Houssaye, Lévine, de Peretti, Perrenoud etc.

Autorité, échec scolaire, aide aux élèves, compétences : voilà quelques mots qui encadrent le débat actuel sur l’Ecole. Chacun bénéficie d’un chapitre dans cet ouvrage qui présente les réflexions de 28 grands pédagogues francophones. Une bible de la pédagogie ? Certainement pas car si la pensée y est riche, elle est aussi diverse, contradictoire parfois, en tous cas elle s’enrichit de ces confrontations.

Et l’ouvrage vaut ce que vaut son auteur. Danielle Alexandre “est tombée dans la pédagogie toute petite”. Elle nous a confié son avidité à se nourrir des travaux de sciences de l’éducation. Elle est passée par l’école normale d’institutrice. Elle a toujours enseigné dans des établissements considérés comme difficiles, par choix délibéré. Elle a enseigné de la maternelle au lycée et partagé son temps avec la formation. Tout cela lui a donné la possibilité de confronter théories et terrain. Et aussi une grande expérience de l’enseignement et des théories pédagogiques.

Alimenté à de telles sources, c’est dire que l’ouvrage pourra intéresser aussi bien l’enseignant que l’étudiant. Etudiants et débutants découvriront avec facilité et gain de temps la pensée des grands auteurs des sciences de l’éducation et ainsi mieux préparer les concours et examens. Les enseignants se plongeront dans l’ouvrage pour se former ou pour réfléchir aux difficultés de parcours qui émaillent ce métier. Les plus méchants feront une lecture comparative avec les discours officiels…

Grâce à ce livre, le lecteur pourra lire Astolfi sur le rôle de l’erreur, Perrenoud sur les compétences ou la différenciation, Meirieu sur la relation pédagogique, Peretti sur l’évaluation, Houssaye et le fameux triangle pédagogique, Hameline et les objectifs pédagogiques… Chacun pourra ainsi revenir aux sources. Pour le Café pédagogique, cet ouvrage est le livre de l’année.

Adhérez au Café pédagogique et bénéficiez de cet ouvrage à prix spécial : Enrichissez vos lectures pédagogiques ! Le Café pédagogique vous offre l’ouvrage et votre adhésion à l’association soutenant le Café pédagogique pour 26 euros seulement !

Danielle Alexandre, Anthologie des textes clés en pédagogie. Des idées pour enseigner, Paris, ESF, 2010, 160 pages, 12,90 euros.

Obtenez l’ouvrage avec votre adhésion au Café pédagogique

Lisez l’entretien avec Danielle Alexandre

Revenir au sommaire

Citoyenneté

La grogne du ghetto du Gotha

Menacée par le vulgaire, une forteresse du Gotha se défend avec acharnement, raconte un article du Monde. Le Pré Catelan, dans le Bois de Boulogne parisien, était un des “ghettos du Gotha” chers au couple de sociologues Charlot. Pour un loyer dérisoire, le Racing disposait d’installations somptueuses dans le Bois de Boulogne pour le plaisir exclusif des familles de la haute bourgeoisie. B Delanoe ayant augmenté fortement le loyer et fixer des contraintes d’accès aux services, c’est le fonctionnement du ghetto qui est attaqué et qui suscite un conflit inattendu dans un milieu aussi réservé.

L’article du Monde

Revenir au sommaire

Les disciplines

SES : Institutions internationales et mondialisation

“Les organisations internationales ont depuis 1945 exercé une influence croissante dans les relations entre Etats et plus généralement dans le développement des échanges internationaux, vecteur principal de la mondialisation. Mais les crises qui s’enchaînent depuis 2008 (crise financière contaminant l’économie réelle, crise de l’énergie et des matières premières, crises alimentaires..) les remettent en cause”, explique le Centre d’analyse stratégique. Il organise le 7 juillet un colloque. “Dans un paysage « sur occupé », il importe de déterminer si les relations entre ces organisations évolueront vers la complémentarité ou se figeront dans le cloisonnement et la rivalité. Le G20 doit selon certains être érigé en instance principale de la coordination économique mondiale. Que deviendra le multilatéralisme ? Quelle sera alors la place des Nations Unies ?”

Le programme

Sciences de l’ingénieur

Eduscol met en ligne des ressources pour les nouveaux programmes de seconde en sciences de l’ingénieur.

Les resources

Les maths sur iPad

Génération 5 et Sesamaths proposent un manuel de maths de 5ème sur iPad. La vénérable culture scolaire rejoint l’objet à la mode.

Revenir au sommaire

le Cafe

Les anciens Expresso ?

Voir L’Expresso précédent

Les archives complètes de L’Expresso

L’Expresso directement sur votre site !

Vous nous l’avez demandé par téléphone, par courriel, par fax : comment afficher sur mon site personnel les informations quotidiennes de L’Expresso ? Le webmestre du Café vous propose deux solutions simples qui nécessitent juste le copier-coller de quelques lignes.

Vous pouvez ainsi faire bénéficier les visiteurs de votre site d’une information quotidienne et leur permettre d’être les premiers informés dans leur établissement.

Les conseils du webmestre

RSS : Le retour

Le changement de plate-forme avait mis à mal les fils RSS du Café. Ils sont maintenant pleinement rétablis. Vous pouvez vous abonner aux flux simplement en cliquant sur l’icône RSS en bas de page. Et cela pour chaque rubrique du Café.

Participer au Café ?

Il y a bien des façons d’aider le Café : lui manifester son soutien, lui apporter son obole, lui passer des informations. Il y a aussi écrire dans le Café. Si vous vous retrouvez dans les orientations du Café, si vous souhaitez participer à une aventure unique de mutualisation, contactez-nous !

Le Café en chiffres

Le Café pédagogique compte plus de 150 000 abonnés à ses différentes éditions. Au mois de mai 2007, nous avons reçu 611 728 visiteurs qui ont généré plus de 28 millions de hits.

Le Café à la carte

Si vous découvrez Le Café Pédagogique, sachez que vous pouvez recevoir chez vous, dès parution et gratuitement, “L’Expresso”, le flash quotidien d’actualité pédagogique et toutes les éditions du Café pédagogique.

Pour s’abonner

Revenir au sommaire