Print Friendly, PDF & Email

A la suite de l’émission “envoyé spécial” du 18 janvier 2018, un débat, pas nouveau, a pris de l’ampleur : il concerne la place des écrans dans la petite enfance. La thèse portée par cette émission, ainsi que quelques autres reportages, est que l’on aurait affaire à des enfants (en bas âge) ayant des syndromes de type autistique et qu’en supprimant les écrans on résoudrait ce problème en un mois ! Certains spécialistes se sont élevés contre cette approche qu’ils considèrent comme caricatural et même scientifiquement fausse (voir les références ci-dessous). Ils rappellent qu’il faut penser posture éducative avant de désigner quelque coupable que ce soit. Au-delà de cette querelle, il y a à nouveau une question récurrente : quid de la responsabilité des journalistes (médiateurs professionnels) dans la forme et le fond des contenus qu’ils proposent au public. Au moment où les “fausses nouvelles” font l’objet de multiples articles, débats, lois et autres propos, cette opposition assez radicale entre deux points de vue, dont l’un est particulièrement médiatisé, n’est pas très saine. Pour l’éducateur, l’enseignant de maternelle, le directeur d’école, le parent, comment recevoir ce premier message et éventuellement le second, si tant est qu’il soit aussi médiatisé (ce qui n’est bien sûr pas le cas) ?

L’académie de médecine relayée elle aussi par les médias et au travers des productions prolifiques de Serge Tisseron, avait popularisé le fameux 3 – 6 – 9 – 12 pour tenter d’indiquer les limites à donner à l’usage des écrans à la maison et à l’école. En parallèle, des expérimentations de sevrage d’écrans ou même la médiatisation de l’attitude de parents, patrons de la Silicon Valley, ou encore la symbolique tentative d’interdiction des smartphones à l’école, toutes ces actions visent en fait à faire prendre conscience d’un problème plus vaste. Au travers des écrans, boucs-émissaires à fonction symbolique, il s’agit d’alerter plus globalement sur une question éducative comme le suggèrent les auteurs de la lettre ouverte citée précédemment (et signée par le même Serge Tisseron). Or le premier lieu d’observation institutionnel de ce genre de problème c’est l’école maternelle !

L’entrée dans la scolarité à partir de deux ans et demi, trois ans pour une bonne partie des enfants français, permet d’observer et d’analyser un phénomène dont on ne perçoit qu’un écho déformé, mais qui est bien réel : celui du recours éducatif par les parents à des moyens de substitution à leurs propres difficultés éducatrices/éducatives. Rythmes de travail difficiles à supporter, idéologie du bien être individuel, sentiment d’inconséquence voire incivilité ordinaire, beaucoup de jeunes parents sont confrontés à des choix difficiles à faire dans l’éducation de leurs enfants. La vulgarisation d’une certaine psychologie de l’éducation et sa médiatisation ont amené à des incompréhensions, voire à des dysfonctionnements éducatifs. L’exemple de cette émission du 18 janvier n’est pas fait pour arranger les choses. La médiatisation brutale d’une anomalie psychologique et surtout de sa solution “magique” : supprimer les écrans et en un mois le problème (autisme ?) sera résolu laisse rêveur.

L’enjeu de fond est ailleurs : qu’en est-il de la conscience éducative des jeunes parents ? Comment la société et son évolution dans plusieurs domaines a transformé l’accès à cette conscience éducative ? Pourquoi les écrans sont-ils (après le cinéma, la télé, puis Internet, puis les smartphones) les seuls responsables médiatisés ? La recherche d’explications rationnelles et facilement repérables par tous permet de faire passer le message : images chocs, formules publicitaires et autres propos de spécialistes. Et pourtant, curieusement, cela ne marche pas si bien que ça. Il suffit pour s’en convaincre de constater la permanence des usages des écrans dans toutes les couches de la population. On peut aussi relire ce qui se disait et ce qui était préconisé à propos de la télévision dans les années 1980. Qui est alors concerné par ces campagnes ? Chacun se sent concerné, surtout pour les autres, mais le problème reste entier et perdure. C’est probablement parce qu’on trouve une cause qui n’en est pas une à un problème mal posé.

Que faire alors ? Les enseignants d’école maternelle et primaire sont au front désormais. Ils se trouvent confrontés à des parents et des enfants qui sont parfois perdus face à ces évolutions. Il est urgent que l’on mène dans toutes les écoles une réflexion collective sur “l’agir éducationnel”. Pourquoi le faire dans les écoles ? Parce que les enseignants eux-mêmes sont aussi pris dans ces évolutions, surtout s’ils sont parents. Autant commencer par ses propres attitudes avant d’engager un vrai travail avec les familles et les enfants (ce qui se fait, mais rarement surtout avec les familles). Ensuite dans la place que l’on donne aux écrans dans le temps scolaire. Il ne s’agit ni de laisser faire ni d’interdire, il s’agit de faire émerger la pertinence. Cette pertinence est dans l’équilibre de la personne dans sa globalité. La fameuse “personne intégrale”, décriée parce que portée par des congrégations religieuses depuis de nombreuses années, est pourtant une des clefs de compréhension les plus importantes. On n’oppose pas manuel, intellectuel, on n’oppose pas livres et écrans, parole et écrit, on essaie de valoriser l’équilibre, une forme de chemin vers une complétude de vie.

Vis à vis des parents, il est aussi important d’apporter des éléments de coopération dans ce domaine. Ce fameux équilibre, cette forme d’écologie éducationnelle qu’il est nécessaire de travailler n’est pas un dictat ni une attitude politiquement correcte, c’est d’abord une manière d’aider à penser le monde et à penser sa propre vie. Or dans la famille, penser sa propre vie c’est bien sûr penser la place que l’on donne aux enfants dont on se sent responsable. Les écrans ne savent pas éduquer, ne remplacent pas l’accompagnement, ne sont pas des iles de la tranquillité parentale. Mais ils ne sont pas non plus ces objets au pouvoir démoniaque à tel point qu’ils seraient la cause des maux de “MON” enfant. L’émission “d’Envoyé Spécial” ne rend pas service aux parents, aux enseignants aux éducateurs. Malheureusement il semble que nombre de “médiatiseurs” se sentent forts de leur posture et qu’ils en profitent pour diffuser leurs propres angoisses et leurs réponses à ces angoisses. Un médiateur, journaliste, enseignant, etc.…, c’est d’abord, ce devrait être d’abord, quelqu’un qui “met à distance”… Il y a du travail à faire dans plusieurs directions, nous avons essayé d’en esquisser quelques-unes en évitant de désigner un coupable trop facile qui aurait pour fonction d’éviter tout travail d’analyse et de réflexion personnelle d’abord, collectif ensuite.

Bruno Devauchelle

Le reportage complet d’envoyé spécial

Une vidéo utilisée dans le reportage d’envoyé spécial du 18 janvier

Site qui conteste cette analyse des écrans