Print Friendly, PDF & Email

“Marine Le Pen prévoit une mesure radicalement nouvelle, totalement inédite dans l’histoire de l’école en France : elle veut «reprendre en main le contenu et les modalités des enseignements » et que « le Parlement fixe de façon concise et limitative ce qui est attendu des élèves à la fin de chaque cycle ». Confier cette tâche considérée comme première, à une institution par nature politique n’a jamais été mis en œuvre, ni de près, ni de loin”, écrit Claude Lelièvre sur son blog. “Les enseignants devraient donc désormais être les fidèles exécutants de programmes politiques définis foncièrement par le Parlement, et dont « le détail (…) et les labels validant les manuels scolaires relèveront du ministre de l’Education nationale ». Sont ainsi prévus un « renforcement de l’exigence de neutralité absolue du corps enseignant en matière politique, idéologique et religieuse vis-à-vis des élèves qui leur sont confiés », un « accroissement du pouvoir de contrôle des corps d’inspection en la matière », et une « obligation du signalement des cas problématiques sous peine de sanctions à l’encontre des encadrants ». Cette mise sous tutelle directement politique des enseignements serait sans précédent, et cette mise sous surveillance fort inquiétante. Marine Le Pen a indiqué clairement ses objectifs et pris ses responsabilités. A chacune et chacun de prendre les siennes.”

Sur son blog