L'Expresso du 7 novembre 2022

-Le fait du jour-

Hugues Draelants : Manuel de sociologie de l’éducation

Peut-on réconcilier les enseignants avec la sociologie ? C’est tout le pari du "Manuel de sociologie de l’éducation" (édition de Boeck supérieur) que publient Hugues Drealants et Branka Cattonar. Pour eux il est clair que la sociologie peut apporter beaucoup aux enseignants. Pas seulement des connaissances théoriques. Mais un savoir utile au quotidien dans la classe. Et pour le démontrer leur ouvrage ne se limite pas à 12 solides chapitres sur l’école, les élèves, les inégalités et le métier enseignant. Chaque chapitre propose des conseils pratiques qu’ils n’hésitent pas à nommer des "ficelles" pour expérimenter et réfléchir. C’est vraiment une nouvelle façon d’aborder la sociologie de l’éducation. Et si vous devez emporter un seul livre de sociologie, n’hésitez pas c’est celui là !

Le ministère confirme que les enseignants sont insatisfaits et épuisés

La moitié des enseignants français signale un sentiment d’épuisement professionnel élevé. C’est le premier enseignement du "Baromètre du bien être au travail" réalisé pour la première fois par la Depp, division des études du ministère. On le savait depuis Talis le Baromètre Unsa et, tout récemment, l’enquête de l’ASL. Les enseignants français n’en peuvent plus. Mais cette fois ci c’est le ministère qui l’affirme et qui livre les détails de leur insatisfaction. Reste à voir ce qu’il fera de cette situation. Pour le moment les enseignements de cette étude percutent les décisions du gouvernement.

Voie professionnelle : Une réforme tout dans la douceur…

"On souhaite rassurer et dire que la réforme n’est pas écrite.. Il n’y aura pas de big bang en septembre 2023". Alors que se réunissent aujourd’hui les 4 groupes de travail sur la réforme de la voie professionnelle, la mobilisation exceptionnelle du 18 octobre des professeurs de lycée professionnel et de leurs syndicats contre la réforme fait changer la communication de Carole Grandjean, ministre de l’enseignement et de la formation professionnelle. Alors qu’Emmanuel Macron a nettement cadré la réforme aux Sables d’Olonne, la ministre s’efforce de faire croire que rien n’est joué.

-Les disciplines-

Perrine Gourio : Construire la notion de désert médical

"La géographie doit être citoyenne. Les élèves doivent s’engager". Professeure au lycée V Duruy de Bagnères de Bigorre et interlocutrice académique pour le numérique, Perrine Gourio a conçu, avec sa collègue Gwilhmet Primel, une séquence sur un thème rarement abordé en classe : les déserts médicaux. Un thème que les élèves ont appliqué à leur région dans une démarche d’investigation.

Lire la suite

-L'élève-

L’invitation de la semaine : « Rêve d’Égypte »

Le Musée Rodin invite les professeurs du premier et du second degré, mercredi 9 novembre, à découvrir l’exposition « Rêve d’Égypte » et les trois séances gratuites qui leur sont proposées pour préparer leur sortie scolaire ou construire un projet pédagogique en lien avec l’exposition. L’exposition présente pour la première fois la relation de Rodin à l’art égyptien. Pour Rodin, l’Égypte est tout à la fois un sujet d’étude, un modèle à suivre et une source d’inspiration. Un livret-jeu est à la disposition des jeunes visiteurs. Des visites actives sont proposées aux écoliers, collégiens et lycéens.

Lire la suite

-Le système-

Budget 2023 : Les amendements de la Nupes rejetés

Plus de 200 amendements avaient été déposés pour le budget de l’enseignement scolaire et de la culture. Ainsi LFI a déposé des amendements pour le recrutement des 8000 professeurs supprimés sous le quinquennat précédent. Un autre amendement trouve 650 millions pour assurer la gratuité effective de l’école. Tous ces amendements sont financés par prélèvement sur l’enseignement privé. Du coté du Ps aussi des amendements rétablissent des postes supprimés et crée des postes d’EPS. Les écologistes demandent 1 milliard pour la revalorisation des enseignants et 15 millions pour financer des sorties scolaires. Tous ces amendements ont été balayés en commission de la culture et de l’éducation le 20 octobre. Seuls deux amendements de la majorité et des indépendants ont été adoptés. Les crédits de la mission enseignement scolaire sont adoptés par la commission. Sur les questions d’éducation le parti présidentiel trouve à droite de quoi construire une majorité.

Lire la suite

Snuipp Fsu : Urgence pour le métier enseignant

 » Cette semaine, les résultats de deux enquêtes du ministère (DEPP) montrent à la fois l’épuisement des personnels de l’éducation nationale mais aussi un temps de travail hors norme : les PE travaillent en moyenne 43h par semaine. A titre de comparaison, c’est trois heures et demie de plus que pour les autres cadres A de la Fonction publique. À cela, s’ajoutent les jours travaillés pendant les vacances, soit en moyenne 34 jours pour les PE sur la totalité des vacances », écrit le Snuipp Fsu, faisant allusion aux dernières Notes de la Depp.  » Cette enquête montre également un niveau d’épuisement sans précédent des PE puisque seulement 6/10 sont satisfaits de leur travail, ce qui est inférieur à la moyenne des Français… Ces résultats déconstruisent les raccourcis, souvent trop rapides, sur le métier enseignant. Dans ces conditions, comment imaginer confier des missions supplémentaires aux PE en échange de rémunération supplémentaire comme l’a proposé le ministre, Pap Ndiaye, lors d’une récente interview où il évoquait la surveillance de la pause méridienne. Aucun travail supplémentaire ne pourra être demandé aux enseignantes et enseignants. Il est urgent de reconnaître et de rémunérer les missions déjà effectuées à leur juste valeur. »

Lire la suite

Crise énergétique : L’Unsa écrit à Borne

L’UNSA Éducation a écrit le 18 octobre à la Première ministre pour demander un plan d’amélioration du bati scolaire et une aide pour les collectivités locales.  » L’accroissement du coût de l’énergie pourrait tendre la situation financière de tous les établissements scolaires : pour les collèges et les lycées, chauffage et électricité représentent bien souvent à eux seuls la moitié du budget de fonctionnement de ces établissements. Cela pourrait conduire très rapidement à des insuffisances de trésorerie, d’autant que les dépenses énergétiques pourraient être plus fortes que prévues. Pour les écoles primaires et maternelles, il faut veiller à ce que les élèves ne pâtissent pas des choix énergétiques des municipalités », écrit l’Unsa éducation.  » Il est en effet indispensable de procéder à des aménagements du bâti scolaire en isolant mieux les bâtiments, en généralisant l’éclairage basse consommation, voire en instaurant des dispositifs autonomes de production d’énergie. Cela passe obligatoirement par une planification des travaux permettant aux 63 000 écoles et établissements scolaires de notre pays de faire face aux enjeux actuels… il est de votre devoir de permettre à toutes les collectivités territoriales de disposer des moyens financiers suffisants pour faire face à cette crise énergétique et à ses conséquences. Il est indispensable, en outre, d’inciter ces mêmes collectivités à abonder leur financement des écoles et des établissements scolaires. Il ne peut y avoir de rupture d’égalité entre les territoires sur cette question. »

Lire la suite

Québec : « Apprendre pour vrai »

 » Moins de « bourrage de crâne », moins de « course aux notes », davantage de temps pour apprendre : des écoles québécoises ont entrepris une petite révolution en éliminant les examens traditionnels et les notes chiffrées, pour donner la priorité à l’apprentissage des élèves », écrit le quotidien Le Devoir. Ces écoles ont jugé qu’elles consacraient trop de temps aux évaluations du ministère et ont supprimé les notes (en dehors des évaluations officielles).  » « On s’est même demandé pourquoi on évaluait et pour qui on évaluait. Pour les parents, pour le ministère, pour la direction, pour les élèves, pour les enseignants ? On s’est rendu compte que l’évaluation devait être au service de l’apprentissage », précise Nathalie Arès, conseillère pédagogique et professeure de français au même établissement. »..

Lire la suite

-La classe-

L’école menacée par les idéologies réactionnaires

 » Le refus de conceptions dites « pédagogistes », le recours de plus en plus coercitif à la modélisation des pratiques professionnelles, l’orientation professionnelle précoce des élèves et la mainmise du patronat sur la formation professionnelle… bien des sujets permettent de constater qu’au-delà de fondements idéologiques différents, ce sont les mêmes orientations de politique éducative qui sont annoncées. Mêmes convergences quand il s’agit de renforcer l’organisation hiérarchisée de l’école : partisans de l’ordre et technocrates du management en affirment la nécessité ». Carnets rouges consacre son numéro 26 aux effets de la droitisation sur l’école publique.  » À bas bruit souvent, portée par une vision décliniste du système scolaire, l’extrême droite s’intéresse beaucoup à l’éducation depuis des années. Il s’agit pour le RN de restaurer « l’efficacité du système éducatif1 » alors que « démagogie, laxisme et relativisme privent nos enfants de repères et de valeurs pourtant essentiels à la cohésion sociale et nationale ». Éric Zemmour est en phase lorsqu’il affirme que « nous assistons depuis trop longtemps au délitement de notre système éducatif et à l’effondrement du niveau scolaire des jeunes Français ». Les uns et les autres cultivent une vision totalement mythifiée de l’histoire de l’école sur le mode populiste du « c’était mieux avant », note C Passerieux.  » La nostalgie de l’École d’antan est depuis longtemps une antienne, accompagnée le plus souvent par la problématique du déclin de l’École et de sa nécessaire « restauration » », estime Claude Lelièvre dans un article sur les « focalisations réductrices »  » Cela a pris de l’ampleur dans les années 1980 et s’est encore développé en ce début du XXIème siècle. La campagne présidentielle de cette année en a été l’illustration, aussi bien pour les savoirs (« les disciplines ») que pour les comportements (« la discipline ») ». Erwan Le houx évoque le cas des vouchers qui continuent de planer dans le programme de la droite comme une menace au dessus de lécole publique. Richard Vassakos analyse le cas de Béziers, une ville gérée par l’extreme droite. Paul Devin interroge le devenir de l’éducation civique.  » Dans une société démocratique, l’éducation civique ne peut se limiter à l’imposition de normes. Si la transmission de valeurs est une condition de la vie sociale, elle ne peut ni nier la diversité des identités ni refuser la liberté des choix. C’est la capacité d’un jugement raisonné et éclairé par la culture commune qui garantit un libre exercice de la citoyenneté. Or, nombreux sont ceux qui défendent aujourd’hui une conception normative, limitée à l’instruction de comportements ».

Lire la suite

L’apprentissage des maths dans ANAE n°180

Le comptage sur les doigts est-il nécessaire et faut-il l’introduire de façon explicite dans l’apprentissage pour tous les élèves ? Quel est le rôle des fonctions exécutives dans l’apprentissage et en particulier de l’inhibition, dans de multiples facettes du développement du nombre non symbolique et symbolique ? Quel est le rôle des compétences langagières dans l’apprentissage des mathématiques ? Qu’est-ce que le concept d’environnement familial d’apprentissage en numératie ? Quels sont les effets de l’anxiété et du contexte émotionnel sur les performances arithmétiques ? L’intérêt d’une approche stratégique. Les émotions, le math self-concept et la capacité de la mémoire de travail sont-ils susceptibles d’influencer les performances des enfants en mathématiques au début des apprentissages ? Comment les difficultés de résolution de problèmes pourraient être attribuées, au moins en partie, à des difficultés de compréhension des énoncés verbaux plutôt qu’aux traitements numériques ? Autant de questions auxquelles le numéro 180 de la revue ANAE tente d’apporter des réponses.

Lire la suite

-Les disciplines-

La sobriété au programme du Printemps de l’économie

"La sobriété pour être acceptable ne doit pas être punitive". Pierre Pascal Boulanger a choisi en mars dernier le thème de la sobriété qui s’impose aujourd’hui dans le débat politique. La 10ème édition du Printemps de l’économie se termine aujourd’hui. Un magazine spécial, destiné aux élèves, est sorti. Et toutes les conférence sont transmises sur le site du Printemps. " La sobriété peut-elle être le coeur d’un système économique alternatif ?" c’est le thème d’une des conférences de ce jour par les économistes atterrés (fiche pedagogique sur le site). Il sera aussi question du PNB et du Revenu national soutenable, de la planification écologique (par France Stratégie) , de la réduction du temps de travail dans le cadre de la sobriété etc.

Le printemps de l’économie

Lire la suite

SES : Le vieillissement avec un outil de France stratégie

 » Les notes d’analyse de France Stratégie sont des ressources que l’on peut proposer aux élèves et mobiliser dans le cadre du traitement des programmes de sciences économiques et sociales. Elles traitent de sujets qui mettent en évidence des enjeux économiques et sociétaux qui entrent en résonance avec ce qui est enseigné. Des activités peuvent être proposées à partir de la note d’analyse « Protection sociale : le choc du vieillissement est-il (in)soutenable ? » avec pour objectif d’étendre ou d’approfondir certaines connaissances et de travailler des savoir-faire », note le site académique de Nantes.

Lire la suite

La vidéo

L'édito

Pour Pap Ndiaye, des vacances apprenantes…

Il a tout pour séduire. Venant après un ministre honni, Pap Ndiaye est intellectuellement proche de très nombreux enseignants qui respectent le militant anti-raciste et le brillant intellectuel. Mais deux mois après sa nomination, Pap Ndiaye semble ne s’être toujours pas installé aux affaires. Aucune décision ne semble porter sa marque. Si le ministre participe aux instances et rencontre des enseignants, la continuité l’emporte largement dans un ministère qui semble lui échapper. On lui souhaite des vacances apprenantes… La chance de succéder à Blanquer Contrairement à ce que certains croient, il n’est pas donné à tous les ministres de l’Education…

Lire la suite

La semaine