Print Friendly, PDF & Email

Vincent Peillon a choisi Toulouse, le Café Créteil. A Toulouse, le ministre a accueilli les nouveaux enseignants par une réflexion sur le métier d’enseignant. Il les a invité, selon l’AFP, à repousser  » l’école du tri, les meilleurs d’un côté les mauvais de l’autre » au bénéfice de « l’école de la coopération, de la confiance, de l’estime du respect ». Alors que les Ecoles Superieures du Professorat et de l’Education ont été mises en place de fa_çon ultra rapide cet été, le ministre a bien précisé que « ce ne sera pas parfait », invitant les étudiants à aider à améliorer les choses.

A Créteil, la rectrice, Florence Robine s’est déplacée pour accueillir les nouveaux enseignants. Elle leur a parlé solidarité et équipe. Solidarité avec les jeunes et avec l’institution et travail en équipe pour relever les défis d’une académie pas comme les autres. Le directeur pédagogique, P. Le Pivert , a aussi encouragé les nouveaux enseignants en évoquant leur formation.

« L’accueil était sympathique et très positif », nous a dit Damien (le prénom a été changé), un jeune professeur d’histoire-géographie. Le premier couac n’a pas tardé, la réunion pédagogique disciplinaire s’est réduite à des informations administratives. A Créteil aussi on « essuie les plâtres ». Aujourd’hui les stagiaires découvrent leur établissement…

Dépêche AFP